Le Parti et les classes populaires, au travail comme dans la cité - Congrès PCF

Le "Droit à la métropole": un mot valise qui autorise le déni en politique
Contributeurs :

Le constat du fait métropolitain nécessite une analyse de la métropolisation constituée d'une technostructure oû la place du politique est formatée à minima et s'avère un moyen de corsetée la démocratie donc l'expression citoyenne. Ce que disait et démontrait , Henri Lefebvre, pour le droit à ville reste vrai et est emplifié pour les métropoles. Il convient de noter que ses réflexions sont utilisé dans le monde ( par exemple aus USA et en Amérique Latine. Ne laissons pas de place au déni en politique. L'urbanisation métropolitaine vise prioritairement l'accumulation du capital. Le droit d’habiter, de se déplacer, sont au cœur de compétences deviennues accessoires (transport, logement etc). Les 3000 personnes qui vivent sans toit dans Nantes Méropole ne sont pas un accident de l'histoire ... Les libėraux de tous poils semblent avoir laissé sans voix les ėlus(es) du PCF donc caution de choix au libéralisme. Il est indispensable de changer de stratégie Sauf å s'identifier aux radicaux d'antan. Le "droit à la métropole" apparaīt comme un mot valise si nous n' y prenons pas garde Il est donc indispensable de ne pas contribuer à la confusion. Le compromis politique et d'alliance à l'échelle des collectivités territoriales ne permettent pas de répondre aux besoins des habitants, car il n'est pas négocié à partir de contenus crédibles et précis. les électeurs par leur vote expriment clairement ce dont il ne veulent plus. La réflexion et le travail conceptuel doivent donc être la priorité. Ce congrès pourrait en être un point de départ, JPMARTEL44@OUTLOOK.FR Militant associatif 0670446112

Les commentaires

  • a commenté 2018-02-09 16:08:47 +0100
    D’accord avec le fait que l’existence des métropoles doit être analysé correctement, mais pour cela, nous devons chausser les lunettes de la lutte des classes. Pourquoi ces métropoles ? Bien sûr, parce qu’il s’agit d’aller vers ce qui favorise l’accumulation, moteur du capitalisme. Mais elles ne sont pas tombées des nues. Elles rentrent tout simplement dans la stratégie de l’U.E. qui a été construite par et pour le Capital. En quoi consiste cette stratégie ? Et bien détruire ce qui a fait la république française, c’est-à-dire les acquis de la révolution française, les communes, les départements et la Nation, qui sont des obstacles encore trop démocratiques pour le développement sans entrave de l’accumulation capitaliste. Et par quoi les remplacer ? Par le triptyque Métropoles-Régions-UE dans lesquelles la démocratie est réduite à sa portion congrue et s’apparente à un système dictatorial, celle de la grande bourgeoisie. Nous devons combattre ce système car il supprime la souveraineté nationale et donc la souveraineté du peuple à tous les niveaux (voir l’exemple de la Grèce !). Battons-nous pour la sortie de l’U.E., sans laquelle il sera impossible de mener une politique au service des travailleurs.
  • a publié dans Le Parti et les classes populaires, au travail comme dans la cité 2018-01-23 09:18:17 +0100