Elections Européennes 2019 - Congrès PCF

Faire de l'Europe un enjeu et une zone de progrès et de paix.
Contributeurs :

Il est de bon ton dans de nombreux milieu de décrier globalement les institutions européennes. la France a été contrainte dans une série de domaines d"adopter des mesures que la bourgeoisie française se refusait de promouvoir. Sur de nombreuses matières l'Europe , à savoir l'Union Européenne, l'OCDE, le conseil de l'Europe de Strasbourg, la déclaration d'Helsinki de 1975 ont permis des avancées sociales et démocratiques.Les résultats de la seconde guerre mondiale par l'irruption du droit des peuples , la création de l'ONU, y ont contribué. l'existence de l'Organisation internationale du travail ont permis quelques avancées progressistes qui peuvent être remis en cause. Une autre question est des travailler à s'affranchir de l'OTAN qui interfère dans toutes les relations sociales et économiques. L'OTAN est d'abord aux termes de son traité un organisme militaire certes mais fondé sur une doctrine économique le libéralisme. C'est la conséquence directe du plan Marshall.

Les commentaires

  • a commenté 2017-12-21 09:49:25 +0100
    @ Kaldor François
    “Il est de bon ton dans de nombreux milieu de décrier globalement les institutions européennes.” Y compris dans le PCF… Pourtant un peu de marxisme permettrait une rapide mise à jour et éviterait les dérives “nationalistes” qui, en définitive, dévoient notre combat.
    L’UE n’est rien de plus, et rien de moins, que la superstructure étatique que les bourgeoisies européennes (incluant la française) ont installé pour s’adapter à la puissance des forces productives de l’époque. Exactement la recopie du mouvement, vieux de plusieurs siècles, qui a installé l’état-nation.
    Rien de tout cela n’est éternel, parvenu au pouvoir, le prolétariat, en le démocratisant, poursuivra le mouvement au fur et à mesure que se résoudront les contradictions nationales et continentales. Rappelons que la vocation des communistes est, quand c’est possible, d’abolir, progressivement, et démocratiquement bien sûr, toutes les frontières. En attendant, il n’est, ni dans l’intérêt des prolos, ni dans leurs pouvoirs, de démolir les superstructures voulues par la bourgeoisie qui, jusqu’à preuve du contraire, possède toujours les principaux moyens de production et d’échange. Par contre, comme au niveau de l’état-nation, il est possible d’y faire avancer les intérêts prolétaires. C’est à cela que doivent s’employer les communistes. Soyons conscient que, désormais, la plupart des entreprises qui comptent en France travaillent à hauteur de 50%, et parfois davantage, à l’export !
  • a publié dans Elections Européennes 2019 2017-12-20 22:53:30 +0100