Nouveaux modèles d'organisation - Congrès PCF

Une confédération au niveau national et international avec d'autres organisations communistes
Contributeurs :

Au lieu de faire des alliances électorales pour le moins douteuses avec des organisations capitalistes comme le PS ou des groupes parlementaires avec des députés pro-Valls et anti immigration il est impératif que le parti communiste entame le plus vite possible des négociations avec d'autres groupes communistes dans le pays et dans le monde. Le capitalisme est en grande partie unifié pour faire ses mauvais coups. Face à lui les forces communistes doivent montrer un front uni. Il s'agit de refaire une internationale communiste. Les partis communistes n'arriveront à rien s'ils se replient sur leur pays ou en chapelles idéologiques. Je parle de confédération pour dire que chacune des organisations membres pourrait préserver sa personnalité dans ce nouvel ensemble. Il est inadmissible que des membres du PCF croient qu'il y a seulement des communistes dans ce parti ou que des communistes critiques de la politique de ce parti soient qualifiés d'anticommunistes parce qu'ils appartiendraient à une autre organisation communiste.

Les commentaires

  • a commenté 2018-01-15 14:49:28 +0100
    En effet le dialogue inter-communistes est indispensable face à la déferlante agressive du capitalisme dans toutes ses variantes . Trump-May-Macron-Merkel même combat pour maîtriser la colère des masses face à leur système de plus en plus ingérable . La France Communiste existe dans les profondeurs du peuple et c’est pour ça que nos capitalistes français avec le Medef procèdent par à coup dans les récessions sociales nécessaires pour sauvegarder le profit maximum face à la concurrence des bourgeoisies asiatiques en plein développement . Nos organisations communistes dans leur diversité peuvent très bien s’unir contre le système bourgeois et ainsi mobiliser les exploités et sa jeunesse . Le PCF est l’organisation primordiale en terme de militance communiste , mais nous avons vu récemment FO avec les camarades de LO , nombreux dans ce syndicat , mettre le réformiste Mailly en minorité . Les contacts au quotidien avec les militants du NPA-LO-POI dans les entreprises sont souvent très bons malgré les divergences souvent secondaires sur la stratégie de la lutte de classe . La relation avec la social-démocratie a été le plus souvent la cause des divergences , l’analyse du Stalinisme aussi . Encore aujourd’hui le processus du développement de la Chine avec son capitalisme monopoliste d’Etat pose question à de nombreux militants . A mon avis ils ont tort , il suffit de lire le rapport du camarade XI au 19ème congrès du PC chinois . La lutte pour construire la nouvelle société socialiste-communiste est un long parcours entravé d’embûches par les habitudes culturelles historiques des peuples d’où la nécessité de plan d’action réaliste et aussi scientifique . De même les hommes , même dirigeants , sont souvent “faibles” devant les difficultés , d’où la lutte intraitable contre toutes formes de corruption à tous les niveaux . La Mafia capitaliste est corrompue jusqu’à la moelle et nous en avons des exemples tous les jours . Nos habitudes dites bourgeoises sont aussi la cause de nos faiblesses militantes pour convaincre le peuple de lutter pour la nouvelle société fraternelle que nous proposons . Les communistes entre eux ont cette fraternité souvent critique mais unitaire contre nos adversaires de classe ; Le mépris bourgeois est partout dans les médias et les relations de travail , et nous luttons tous contre ces gens que décrivent si bien les Pinçon-Charlot .
    Alors unissons tous les communistes contre cette classe bourgeoise rapace et dégoûtante . Le prochain Congrès doit être un Congrès révolutionnaire nous rassemblant tous contre notre ennemi commun que l’histoire humaine veut sortir de notre vie quotidienne comme elle a sorti la société esclavagiste et féodale (encore malheureusement présente dans certaines parties de la planète . Le communisme n’est pas une utopie , il se construit chaque jour sur les contradictions et les faiblesses du système capitaliste dont les 5 siècles de domination arrivent à leur terme .
  • a commenté 2018-01-15 13:05:55 +0100
    Une ligne scientifique sérieuse doit aussi se préoccuper du regroupement des forces communistes et populaires sans agiter les habituelles caricatures sur le trotskisme.
    Oui, il manque une ligne idéologique dans le parti. La préoccupation de la direction est plutôt d’éviter l’éclatement du PCF.
    Pendant que cet éparpillement des forces communistes continue au niveau local et international, le capitalisme s’organise et porte des coups terrible. Et les forces populaires, les diverses chapelles communistes ne seraient pas capable de s’organiser ? Les vieilles rengaines, les anathèmes vont se perpétuer alors que la situation est des plus graves ? Les accusations mutuelles de sectarisme ne mènent à rien. L’analyse marxiste part des situations concrètes. On voit un capitalisme capable de se coordonner malgré les querelles internes entre prédateurs capitalistes et en face un dialogue serait impossible pour établir un début de coordination entre les partis communistes et les forces populaires pour défendre un prolétariat qui subit régressions sur régressions ?
  • a commenté 2018-01-13 20:49:46 +0100
    @ Bernard Sarton
    Vous parlez “d’unité d’action idéologique” avec les trotskistes et de léninisme… Si les trotskistes et la pitoyable direction actuelle du PCF sont parfaitement compatibles, lier communisme et trotskisme, au prétexte que ce dernier courant s’en réclame est une aberration ! Le trotskisme s’est opposé aux conceptions de Lénine (la période de collaboration en Trotski et Lénine correspondant à une mise en retrait par Trotski de ses conceptions personnelles qui l’avaient isolé), au Front Populaire (qu’il fallait “écraser”), à la Résistance (les soldats de la Wehrmacht étant des “frères” ; n’oublions pas que nombreux furent les trotskistes à s’engager aux côtés du collaborationnisme). Le trotskisme n’est qu’une variante radicale de la social-démocratie (que vous dénoncez avec raison), le fameux “Programme de Transition” en est une preuve. La ligne trotskiste est opposée au communisme. Les lambertistes (Mélenchon, Corbière, Simmonet, etc.), après être passés par le PS, portent le PG et la France insoumise. Le POI et sa scission, le POID, héritiers du lambertisme historique soutiennent la FI, eux aussi. Le NPA ne propose qu’un mélange de post-modernisme et de syndicalisme pour peser sur le réformisme (le PS, autrefois, puis le FdG, puis la FI, aujourd’hui). Quant à l’Union communiste (trotskiste), ou “Lutte ouvrière”, en plus de son sectarisme très caractérisé, de propose rien d’autre que des mesures syndicales, rejette l’écologie (et dont l’ancien chef était un petit patron lié à l’industrie pharmaceutique).

    Vous parlez de dogmatisme stalinien que vous liez à la nostalgie. Si la violence de la répression soviétique de cette époque-là est évidemment un élément tragique de l’histoire du communisme, parler de “dogmatisme” quand il s’agissait de mettre en avant le matérialisme dialectique, est une insulte au communisme lui-même. La période est à critiquer à l’aune du diamat, pas du trotskisme. Si le PCF veut être communiste, c’est au matérialisme dialectique qu’il doit se rattacher, pas à un globiboulga mi-cégétiste, mi-trotskiste. Rappelons au passage que Force Ouvrière, le syndicat où le trotskisme est le mieux implanté, est aussi le syndicat dont les membres ont le plus voté pour le fascisme (24% pour Le Pen, 1% pour Asselineau et 4% pour Dupont-Aignan).

    Le communisme n’est pas un ensemble de “chapelles” qui s’en réclament, mais une théorie scientifique sérieuse et complète. Le trotskisme s’y est toujours opposé, nous n’avons pas à nous compromettre avec eux.

    Il est quand même incroyable de parler de faire des alliances avec différentes organisations, au nom du rejet du dogmatisme ou des “chapelles”), quand, justement, le travers principal du PCF est de ne pas avoir de ligne idéologique.

    AVANT DE DISCUTER DES ALLIANCES, IL FAUT AVOIR UNE LIGNE COMMUNISTE A PROPOSER.
  • a commenté 2018-01-13 13:17:10 +0100
    Le PCF doit développer ses relations avec les organisations trotskystes (NPA-LO-POI) et autres chapelles se réclamant du communisme . C’est indispensable dans la lutte féroce que le capitalisme développe aujourd’hui et qui entraîne l’humanité vers le chaos . La social-démocratie en tant qu’organisation de collaboration de classe de la bourgeoisie ne peut plus être un compagnon de lutte contre le système capitaliste . Le mouvement communiste est plurielle aujourd’hui car il s’est débarrassé du dogmatisme stalinien même s’il y a encore des nostalgiques en Russie par exemple , et cela s’explique par l’histoire de ce pays . Le combat actuel exige cette unité d’action idéologique de tous les communistes . Cette alliance dite Léniniste de la révolution d’octobre a permis la chute du tsarisme et la victoire contre les “blancs” dans la guerre civile . Aujourd’hui nous sommes à la veille d’un phénomène révolutionnaire de la même trempe contre les castes milliardaires qui mettent les pays à leur botte autoritaire et même sanguinaire . Dés maintenant cette union des communistes peut permettre de vaincre le capitalisme sans attendre à travers des formes d’action contre la corruption , avec une stratégie électorale d’union du peuple sur une base révolutionnaire de changement de société , en créant les conditions d’une grève générale insurrectionnelle qui renverse les exploiteurs . C’est urgent car l’ennemi de classe est dans une offensive agressive mortifère pour sauver son système en crise historique permanente .
  • a pris position favorable 2018-01-13 13:17:10 +0100
  • a commenté 2018-01-05 13:39:58 +0100
    De la pluralité des débats et des points de vue au sein d’une mêmes famille politique nait une richesse nécessaire à l’appropriation des projets par la “base”, qui de ce fait se trouve déconnectée du processus de décision par un “ruissellement” du cn au cd puis aux sections où, le militant se sent instrumentalisé au profit de la “hiérarchie” du parti. Le dernier vote a bien montré que la base souhaitait ce que les “cadres” du parti souhaitainent.
    Ces distorsion du au “ruissellement” ne peuvent rebuter les jeunes militants notamment plus habitués à co-constuire dans la diversité un projet commun. Il s’agit in fine de redonner l’initiative à la base et de ne voir que la remontée vers le cn un exercice de représentativité démocratique bien compris.
  • a pris position favorable 2018-01-05 13:39:58 +0100
  • a commenté 2017-12-14 18:56:38 +0100
    Oui plutôt que des alliances douteuses et de circonstances avec des sociaux democrates et des écolos, qui ne nous aiment pas… et ne veulent pas changer de société, Se tourner délibérément vers les organisations à base marxiste, et de grâce, arrêtons de les traiter de gauchistes pour les repousser ! et fuir notre responsabilité quand on leur tourne le dos.
    À côté de cela comment accepter n’avoir aucun lien avec pratiquement tous les PC d’Europe et du monde ?
    Se réfugier dans cet entre soi avec la GUE, que des reformistes rêvant d’améliorer le capitalisme !
    Revenons à une nouvelle organisation avec les PC frères, dans le respect de chacun, mais avec le socle du marxisme comme étendard, et en proclamant haut et fort notre espoir dans le socialisme du XXIEME siècle (et sans renier celui du XX ÈME siècle)…
  • a pris position important 2017-12-14 18:56:37 +0100
  • a commenté 2017-12-13 08:18:12 +0100
    Les convergences internationales sont indispensables parce que la plupart des uqestions sont posées à tous les peuples. Mais pour ce faire, les alliances claires et non douteuses sont indispensables.
  • a pris position defavorable 2017-12-13 08:18:11 +0100
  • a commenté 2017-12-11 18:18:51 +0100
    Bonne idée, mais à la condition que cela se fasse de manière matérialiste dialectique :

    -que ce ne soit pas un ensemble d’organisations qui tâchent d’être d’accord, mais un ensemble cohérent, sur des bases idéologiques claires dont chaque organisation sera le bras armé. Pas un accord entre directions mais une véritable unité des militants. En raisonnant comme cela, les différences s’estomperont entre les organisations, non pas en opérant un compromis mou mais une véritable synthèse (au sens Marxiste), communiste et révolutionnaire.

    -que les principes politiques soient bien définis, au niveau international. Matérialisme dialectique, Ligne de Masse, Centralisme démocratique, etc. Il ne s’agit pas de passer son temps à définir les principes de base du communisme, en se rendant illisible. Il faut que tout soit clairement ( et “communistement” !) défini du départ.
  • a pris position favorable 2017-12-11 18:18:51 +0100
  • a publié dans Nouveaux modèles d'organisation 2017-12-11 17:15:55 +0100