La formation des communistes - Congrès PCF

Une formation sur les fondements de la visée communiste
Contributeurs :

Point critique N°1: le sens de la "PROPRIETE", tel qu'introduit dans la déclaration des droits de l'homme (article17). D'où formalisation et, ensuite, formation des communistes sur ce concept. ---divers aspects: propriété des biens de consommation, propriété des moyens de production, existence de prédations, responsabilité de tous dans la transmission de la planète aux génération futures, responsabilité de tous vis a vis de nos environnements actuels (solidarité humaine, relations au monde animal Point critique N°2: tenant compte de l'analyse des prédations, notamment capitalistes, reformulation du concept de LUTTE DES CLASSES. Extension du concept à la visée écologique. Point critique N°3; tenant compte des points précédents, analyse du cycle de la valeur, de la rémunération du travail de tous types, du besoin d'une sécurité sociale et profesionnelle. (à suivre)

Les commentaires

  • a commenté 2018-01-06 16:36:40 +0100
    Le camarade Velain a bien résumé la question.
  • a pris position défavorable 2018-01-06 16:36:39 +0100
  • a commenté 2017-12-21 15:09:26 +0100
    @Francis Velain: votre contribution m’a beaucoup éclairé. Il faut continuer à construire ce socle de formation sur les fondements.
  • a commenté 2017-12-21 14:05:03 +0100
    Quitte à former les communistes soyons précis sur ce qui a fondé notre identité idéologique. On y verra plus clair sur d’où nous venons et que fut jusqu’ici notre visée historique et du besoin ou non d’en changer ou pas…

    L’ordre des points me semblent bizarre mais je mis inscris :

    Point 1. Sur le fond, la propriété qui intéresse les communistes, n’est pas la définition juridique de celle-ci qui n’exprime que des réalités historiques. D’ailleurs, l’objet de la réflexion communiste touche avant tout à la propriété des moyens de production et d’échanges (dans ce mode production, cette propriété se confond sans fin avec celle de capital productif de profit).
    La propriété d’un bout de jardin ou d’une maison de campagne n’est pas le problème. (La propriété privée du logement en zone urbaine fortement peuplée l’est peut-être devenue mais d’autres raisons…). La propriété privée des moyens de production et d’échange est la condition de la liberté d’entreprendre. Quand comme aujourd’hui, l’efficacité des forces productives et l’ampleur des besoins sociaux interrogent l’équilibre de l’espèce humaine à la nature et autant le genre humain à lui-même, forcément le communisme est amené à se caractériser par la suppression de cette propriété privé (grande ou petite, individuelle ou associée) et tout autant à examiner comment préserver une capacité d’initiative propre à l’adaptation et aux progrès de l’humanité (cf la démocratie)

    Point critique N°2: reformuler la lutte des classes ? Encore faudrait-il que le capital ait changé au point d’avoir modifié sa structure de classes. La formation doit avant tout aider les stagiaires à découvrir l’approche de Marx qui commence par étudier le mode de production, pas les classes et leur lutte qui ne sont qu’une conclusion de cette étude du mode de production.
    Sur prédation, concept inutile. Il suffit là aussi de lire un peu Marx…. Ecolo plus que méconnu, à la hauteur de son temps (hormis quelques précurseurs). Plus fondamentalement : être matérialiste sans conscience de la nature est-ce possible ?

    Le temps de formation devrait donc être un lieu de découverte de l’effort de pensée de Marx et les stagiaires pourraient y trouver des fulgurances sur ce qu’est le capital en tout lieu et toute époque, et tout autant sur l’écologie ou l’évolution des rapports hommes/femmes etc. que nous ignorons souvent… au point de nous croire dépassés par d’autres !

    Notre plus gros problème, est d’avoir simplifié, pas seulement la pensée marxiste, mais sa méthode, son déroulé. Le formation a réactiver doit corriger ce défaut. Quand les hommes sont en difficultés, ils ont toujours intérêts à revenir aux classiques pour éclaircir leurs idées.
    Par exemple un Xénophon a senti le besoin de capital dans la Grèce de son temps et Aristote a clairement posé la problématique de la valeur. Pas inutile à faire connaitre dans la formation des communistes.

    Ce qui me renvoie au point critique 3.
    Je n’entends pas bien ce que c’est le cycle de la valeur mais il est évident que la résolution dès le XVIIe de la question de la valeur (avant même A. Smith et K. Marx) comme étant liée au temps de travail, donc objectivable, fut une avancée décisive. Ici les conditions historiques firent la clarté, Dès lors que le marché devient une nécessité sociale incontournable pour accéder aux nécessités de la vie, mieux vaut savoir ce qu’est la valeur… Aristote pouvait encore faire l’impasse sur la solution du problème qu’il avait si bien formulé. Ce n’était déjà plus le cas dans le régime féodal en fin de régime… (Cf. Révolutions anglaises).
  • a pris position important 2017-12-21 14:05:03 +0100
  • a pris position défavorable 2017-12-21 14:05:03 +0100
  • a publié dans La formation des communistes 2017-12-20 18:32:33 +0100