Écologie, enjeux de classe et projet communiste - Congrès PCF

Une Vision Communiste de l'Energie. Droit à l'Energie pour tous !
Contributeurs :

Une vision communiste de l’énergie pour le droit à l’énergie pour tous. Pour l’Organisation des Nations Unies l’accès à l’énergie est un besoin vital pour l’homme. L'accès pour tous à l'électricité doit être un Droit de l'Homme fondamental et universel car il permet l'accès aux autres droits fondamentaux que sont l'accès à l'eau, à la santé, à l'éducation, à l'emploi, à la sécurité, à l’émancipation de la femme, à l’égalité des sexes et évidement contribue à la réponse aux millions de migrants qui cherchent une vie meilleure de par le monde. Le contexte : la libéralisation des marchés de l’électricité, entamée avec la première directive Européenne de 1996 transposée en droit français dans la loi de 2000, a conduit à l’éclatement du service public de l’Electricité et du Gaz, depuis toutes les directives Européennes sur l’énergie et les loi Françaises s’inscrivent dans la libéralisation du secteurs, la loi NOME et la loi transition énergétique s’inscrivent elle aussi dans cette libéralisation, elles considèrent l’énergie comme une marchandise et comme moyen de profits. Ancrée dans la Sainte loi de la concurrence « libre et non faussée ». Dans ce contexte le développement des ENR (Energies Nouvelles Réparties) sous couvert de répondre aux enjeux climatique servent en réalité au démantèlement du service public national solidaire, avec sa péréquation tarifaire et son tarif réglementé. Elles sont un outil pour le capital et font partie d’un processus de longue date visant à démanteler les politiques énergétiques et sociales des Etats pour passer sous contrôle complet des forces ultralibérales supranationales. L’Energie est un des maillons essentiels du nouvel ordre économique Libéral, ainsi qu’un moyen d’en finir avec l’Etat nation. On nous parle de production « décentralisée, locale » comme si la production nationale était centralisée. Il suffit de regarder la carte de la France, pour constater que les mailles régionales de production existent déjà.. Les outils (Linky, Super-Grid, l’auto production et le renvoi d’électricité par les installations privées sur le réseau) mis en place ont pour but l’éclatement de la desserte publique sur le territoire national. Ils permettent aux groupes des multinationales (Total, Butagaz, EON, etc.) de réaliser des profits sur l’électricité, avec des Délégations de services publics pour la distribution comme pour l’eau. On le voit avec le 4ème paquet énergétique « une énergie propre pour tous les Européens » qu’ils veulent en finir avec la péréquation tarifaire et imposer une facturation différenciée reflétant les coûts réels, par exemple d’acheminement et de gestion des réseaux ce qui mettrait fin à la facture d’abonnement identique pour tous. L’objectif est de passer à des opérateurs privés le très juteux marché de l’électricité et de permettre d’augmenter les prix du Kwh. Ce serait la mort du service public de l’énergie et tout cela sous slogan environnementaliste ! Comme si c’était le service public qui générait les émissions de gaz à effet des serres. Mais la triste réalité est là, les émissions de CO2 depuis 20 ans sont toujours trop importante, la France doit toujours diviser par 4 ces émissions. Pour nous Communistes nous devons réaffirmer : • L’énergie n’est pas une marchandise, elle doit être sortie de loi du marché. Ce qui veut dire pour la France, remettre en cause toutes les directives Européennes sur l’énergie, avec l’abrogation de la loi NOME. • L’électricité a une place prépondérante dans la réponse aux besoins fondamentaux des êtres humains, c’est pour cela qu’aucune personne ne devrait en être privée quelle que soit la saison de l’année. Le gaz répond, dans une moindre mesure que l’électricité, aussi, à un besoin autre que le chauffage. Il est donc indispensable de garantir à tous les êtres humains un droit d’accès à ces énergies. • Inscrire dans la constitution Française, l’accès à l’énergie comme un droit fondamental. • sortir les énergies renouvelables des griffes du marché, et les développer là où elles sont le plus efficaces en ayant pour critère l’intérêt collectif, et aussi celui de l’environnement. Mais point de dogmatisme, ceci vaut aussi pour le nécessaire développement des technologies nouvelles, photovoltaïque et éolien, produisant de l’électricité, sachant qu’il faut poursuivre les recherches visant à résoudre l’épineux problème du stockage. • Création et développement d’un Grand service public national de l’énergie, avec la renationalisation du secteur de l’électricité, du gaz, du pétrole. Pour une cohérence nationale de la politique énergétique répondant aux besoins des usagers et aux enjeux climatiques. • Mise en complémentarité des Energies à la place de la concurrence entre elles, en utilisant chacune dans leur fonction essentielle. • Cette visée politique ne peut pas s’envisager en fermant de façon irréaliste des Centres de Production Nucléaire, dont la renommée et les qualités de sécurité et de sureté sont reconnues mondialement. Il faut renforcer formation et sécurité, en créant partout les postes statutaires nécessaires. Il faut mettre en place des règles « SEVESO » spécifiques au Nucléaire. • L’Actuel gouvernement dans la continuité de ceux à qui il a succédé, ne peut pas apporter de solutions durables, puisque c’est avec la complicité des employeurs de la branche, qu’il porte le fer contre ce qui à fait la puissance du pays. Vraiment il faut réagir contre cette politique de casse. Car, nous ne pouvons accepter cette marche forcée instituant une Energie pour les pauvres et une Energie pour les riches. • Nous lançons un appel à tous, dans le cadre de la préparation active de notre Congrès, pour réfléchir, agir et construire un Service Public à la hauteur des enjeux planétaires auxquels nous sommes confrontés. • - Gilles PEREYRON, élu Communiste de la ville de 69230 ST Genis Laval. Vice Président de l’ONG « Droit a l’Energie SOS FUTUR ». - Pascal LAZARRE, Communiste. Ancien Secrétaire Général du Syndicat CGT Energie LYON. Ex membre de la C.E. de la Fédération des Mines Et de l’Energie.

Les commentaires

  • a commenté 2018-02-23 12:20:03 +0100
    Entièrement d’accord avec la contribution de pascale Lazare qui s’inscrit pleinement dans la réalité concrète et non dans une vision hypothetique d un monde tel que l’on aimerait qu’il soit.
    En France dans un pays qui compte 13 millions de personnes en précarité énergetique et dans un monde ou 3 milliards d’etres humains sont privés de toute accés à l’energie;
    La principale question qui se pose aujourd’hui est comment répondre aux besoins des populations et de l’industrie tout en diminuant les émissions de gaz à effet de serre.
    la lutte contre la précarité énergetique est aussi un enjeu important de la transition énergetique dans un environnement ou l’on constate la rarefaction des ressources fossiles et l’augmentation de la population mondiale estimée à 9milliards en 2050..
    l’energie ne doit plus etre un secteur de speculation comme les autres, l’énergie est un bien commun vital ou les critères écologiques et technologiques doivent etre pris en compte par une maitrise publique à tout les niveaux plutôt que d’opposer l’etat et les collectivités territoriales comme le preconise la vision simpliste de l’autonomie énergetique des régions alors que la programmation des investissements de production et l’organisation de la distribution et des réseaux releve d’un service public national qui prévoit l’égalité de traitement des usagers
    sur tout le territoire
    aucune source d’énergie ne peut à elle seule couvrir l’ensemble des besoins ,tant que les technologie de stockage de l’électricité ne seront pas au point et que l’intermittence des énergies renouvelables ne sera pas réglée ( l’éolien et le photovoltaique ne marche que sous certaines conditions météo , qui necessite des moyens de substitutions souvent catastrophiques pour l’environnement.
    Dans ce contexte , réduire la part du nucléaire à marche forcée est incohérent avec la légitime et vitale volonté de réduire les émissions de CO2 .Le mix énergetique doit donc équilibrer le nucléaire avec une sureté renforcée, les énergies renouvelables et fossiles en développant la recherche dans le cadre d’un grand service public de l’énergie soucieux du pouvoir d’achat des consommateurs et des couts engendrés pour l’industrie
  • a pris position favorable 2018-02-23 12:20:03 +0100
  • a commenté 2018-02-16 01:00:37 +0100
    contribution importante et serieuse , abordant le sujet de l’energie electrique fondamentalement ; reste que la question de la sureté des centrales nucleaires , meme avec des mesures importantes et necessaires exposées ici , sera toujours pregnante ! cette contribution merite de trouver une place centrale dans le debat sur l’energie
  • a pris position important 2018-02-16 01:00:37 +0100
  • a pris position favorable 2018-02-16 01:00:37 +0100
  • a commenté 2018-02-07 11:49:09 +0100
    Un élément pour la contre-offensive indispensable à mener sur le champ de l’Energie, face au “Capitalisme qui se maquille en Vert”
  • a pris position favorable 2018-02-07 11:49:08 +0100
  • a commenté 2018-02-06 10:08:27 +0100
    Utile au débat et à la compréhension de l’épineux problème de l’Energie !
  • a pris position favorable 2018-02-06 10:08:27 +0100
  • a publié dans Écologie, enjeux de classe et projet communiste 2018-02-06 10:07:11 +0100