Initiatives - Congrès PCF

un communisme traduit dans le réel
Contributeurs :

Ce chantier nommé "solidarité concrète" doit à mon sens être une priorité. L'influence des idées communistes s'est considérablement et régulièrement réduite ces trente dernières années. Les scores électoraux en témoignent largement. Le PCF, en tant que porteur d'idées communistes, est totalement coupé des classes populaires qu'il est sensé représenter. Hors, à moins de retomber dans l'impasse de l'avant-garde guidant le peuple (souvent malgré lui), cet état de fait conduit à un PCF sans raison d'être... les classes bourgeoises possèdent déjà des partis qui servent beaucoup mieux leurs intérêts que nous ne le ferions. Soit le PCF agit pour ceux qui n'ont pas de pouvoir, soit il est inutile. Malheureusement, le PCF a été bien trop timide dans la défense des classes populaires ces dernières années, noyant son discours dans un humanisme bien pensant et niant les antagonismes de classe. La jolie fable des 99% opprimés par les 1% des plus riches plaît peut-être aux charitables petits-bourgeois prêts à toutes les mains tendues pour que rien ne change vraiment. Mais elle ne dit rien des rapports de production réels de notre société. J'ai conscience qu'un développement plus en avant serait nécessaire mais j'en ai ni la place ni le temps... L'essentiel de mon discours visant à montrer en quoi l'action de terrain peut aider le PCF à atteindre ses buts. Comme l'avait noté Marx en étudiant la Commune de Paris, l'enjeu du communisme n'est pas de capturer le pouvoir dans ces formes bourgeoises, c'est que le peuple se constitue lui-même en tant que pouvoir. Les initiatives de "solidarité concrète" citées ci-dessus vont dans ce sens et doivent continuer à se développer ... à condition cependant que ce ne soit pas simplement un moyen de grappiller quelques voix sur le marché électoral. Il faut que ces actions posent les bases, même modestes, d'une société nouvelle où le peuple prend en main son destin de manière fraternelle et démocratique. Ainsi, elles permettront au PCF de montrer l'originalité de son approche politique. Nous ne sommes pas un parti électoraliste comme les autres, nous n'avons pas la naïveté de croire que la conquête - ou la sauvegarde - de quelques positions électives permettra seule de changer la société. Même en situation de majorité parlementaire ou de direction d'un gouvernement, les communistes ne pourront agir qu'en appui d'un large mouvement populaire. Il est donc essentiel que le PCF participe à l'auto-organisation des salariés et des privés d'emploi afin que ceux-ci se constituent petit à petit comme une force populaire en capacité d'influer sur la conduite des politiques qui impactent leur quotidien. En ce sens, l'action de terrain me paraît être la première tâche des communistes. C'est ainsi que les idées communistes renoueront avec le réel, qu'elles montreront leur utilité, leur pertinence et leur efficacité, qu'elles seront au service des classes opprimées et qu'elles connaîtront une nouvelle diffusion. C'est tout ce que je leur souhaite.

Les commentaires

  • a commenté 2017-12-21 21:35:11 +0100
    D’accord avec Jérôme pour l’essentiel. Ce qu’il dit peut sembler évident pour tout communiste (et pour pas mal de non-communiste attachés à la transformation sociale), mais en réalité ça ne l’est pas du tout, puisque notre politique et notre action restent très éloignées de cela, je dirais même qu’au-delà des postures de façade et de la novlangue “sociétale”, notre politique et notre action ont plutôt tendu dans les faits à s’éloigner progressivement d’un effort prioritaire au service de “l’auto-organisation” des gens contre les différentes formes d’exploitation, d’oppression et de soumission, au profit d’une pratique politicienne et électoraliste de plus en plus dominante. Ca remonte à loin, et ce développement aura été inégal, mais il y a eu clairement accélération durant l’ère paillettes de Robert Hue, et la période “Front de Gauche” depuis 2009 n’aura fait que conforter le sauvetage de strapontins électifs et de petites rentes personnelles au détriment de notre rôle d’entrainement et de soutien efficace aux luttes transformatrices dans notre pays. Ce qui selon moi renvoie à l’exigence d’un débat stratégique sans concessions dans ce Congrès : QUELLE VISEE COMMUNISTE CONCRETE ET QUELLE STRATEGIE PRATIQUE DE TRANSFORMATION SOCIALE ? On espère que nos Gentils Organisateurs vont enfin nous ouvrir un chantier sur cela.
  • a pris position favorable 2017-12-21 21:35:11 +0100
  • a commenté 2017-12-17 14:53:14 +0100
    Le Parti communiste français doit, s’il veut mériter son nom, permettre au prolétariat de s’organiser pour mener la révolution. Cela implique qu’il redevienne un parti d’avant-garde, montrant la voie de la Révolution aux masses laborieuses. Cela ne se fera pas simplement en organisant des actions caritatives mais en organisant les masses.
  • a pris position favorable 2017-12-17 14:53:14 +0100
  • a commenté 2017-12-15 17:19:10 +0100
    Beaucoup cde remarques pertinentes dans ce texte. De bonnes pistes pour que le peuple se retrouve dans le PCF.
  • a pris position favorable 2017-12-15 17:19:10 +0100
  • a publié dans Initiatives 2017-12-12 18:37:33 +0100