Elections Européennes 2019 - Congrès PCF

Pour un véritable débat sur l'UE et l'euro
Contributeurs :

Aujourd'hui force est de constater que les institutions européennes sont des prisons des peuples, des nations et des travailleurs qui sont les premières victime de la politique néo-libérale de l'Union européenne. Mais personnellement je ne suis pas convaincu par la stratégie du parti et du PGE pour construire une europe sociale car selon moi l'UE est une création des bourgeoisie européennes qui ne peut pas être changer dans un sens plus sociale comme le montre le cas Grecques avec Tsipras qui a du se soumettre aux créanciers, à l'UE et à la BCE en 2015 ou les renégociations des traités promise par les social-démocrate du PS en 1997 et 2012 qui n'ont jamais abouti. C'est pour cela que je voudrais qu'un vrai débat sans tabou se tienne au Parti pour avoir une position claire sur l'UE et l'euro .

Les commentaires

  • a commenté 2018-01-14 12:28:21 +0100
    Favorable
  • a pris position favorable 2018-01-14 12:28:20 +0100
  • a commenté 2018-01-10 11:15:24 +0100
    Ça fait plus de 20 ans que le Parti propose une Europe sociale avec nos alliés européens sans trop de résultat favorable pour les peuples et les travailleurs européens au contraire les libéraux, les conservateurs et les mouvements d’extrême droite prospères grâce à la construction européenne actuel .
  • a pris position important 2018-01-10 11:15:23 +0100
  • a pris position favorable 2018-01-10 11:15:22 +0100
  • a commenté 2018-01-07 15:22:20 +0100
    Sortir ou pas sortir de l’Europe, je trouve le problème mal posé. Notre véritable grande question, c’est la question du rapport des forces en France et en Europe. Sortir c’est ce que réclame les forces d’extreme droite et les nationalistes de tout poil. Rester est inconfortable vis à vis de ce qui se passe en Grèce et du caractère régressif de toutes les réformes engagées par l’Europe. Notre choix est de mettre carte sur table aux peuples européens. Nous n’avons pas de boules de cristal, mais confiez plus de responsabilités aux forces progressistes en ayant plus de députés nous sortiraient de cette équation s
  • a pris position important 2018-01-07 15:22:20 +0100
  • a commenté 2017-12-31 17:50:00 +0100
    Je partage entièrement cette exigence d’un “débat sans tabou” sur la question de l’UE et de tous ses attributs.
    Notons tout d’abord que de scrutin en scrutin les élections européennes se caractérisent par une participation de plus en plus faible,nous sommes en-dessous du seuil de 50% pour le dernier scrutin en date.
    C’est le signe que pour une grande partie de l’électorat les résultats de ces élections quels qu’ils soient n’auront aucune conséquence sur les politiques menées au niveau de l’UE.
    N’oublions pas que le parlement européen n’a de parlement que le nom puisqu’il n’a pas le pouvoir de légiférer c’est à dire de proposer des lois, pas plus qu’il n’a de pouvoir réel sur les politiques budgétaires et monétaires conduites par l’UE.
    Cependant l’ensemble des traités européens en vigueur, notamment le traité budgétaire imposent leurs régles à tous les Etats membres de la zone euro dont les politiques austéritaires (déficit budgétaire….)
    Ces règles imposées interdisent toute politique progressiste au sein des Etats membres de l’eurogroupe.
    Ce qui signifie que l’on ne peut porter un projet politique de transformation radical aux plans économique et social dans notre pays sans s’extraire notamment du traité budgétaire.
    Les documents adoptés lors de notre dernier congrès, le programme “La France en commun” ne sont absolument pas clairs sur ces sujets, prôner une union des peuples souverains et solidaires est tout à fait recevable mais ne fait pas un projet politique structuré.
    Il faudrait donc 1° Faire de ce sujet un sujet de débat spécifique au sein de tout le parti 2°Construire à partir de ce débat un ou plusieurs textes 3° soumettre ce – ou ces – texte(s) au vote de tous les adhérent(e)s 4° faire de ce texte la base de notre participation aux élections européennes.
    C’est seulement à ces conditions que le parti pourra aborder les prochaines élections européennes dans de bonnes dispositions et sur des bases collectivement établies.
    Ne perdons pas de vue qu’un positionnement clair et structuré de notre parti sur la question européenne nous permettra de gagner en crédibilité sur un plan plus général.
    NOTE AUX GESTIONNAIRES DU SITE : Serait-il possible de respecter les paragraphes des textes, cela les rendrait beaucoup plus lisibles !
  • a commenté 2017-12-29 12:56:18 +0100
    Bonjour Hervé,
    “Mais en fait ta critique vient elle du flou autour de cette autre construction européenne et dans ce cas je te suis plus facilement.”
    Oui ma critique vient essentiellement du flou qui autour de cette autre construction européenne qui a mes yeux ne pourra pas se mettre en place sans une rupture réelle avec l’UE actuelle (c’est-à-dire une sortie de l’UE et de l’euro) car les bourgeoisies des nations européennes ne l’accepteront pas.
    Mais aussi je regrette le blocage d’une grande partie du PGE (dont certains membres du PCF) par rapport a une éventuelle sortie de l’UE et de l’euro pour construire ensuite une véritable europe au service des travailleurs.
    Car pour changer les traités il faut avoir l’accord de l’unanimité des États membres de l’UE et bien qu’il faut garder espoir je ne pense pas que les partis membres du PGE pourront prendre le pouvoir dans tous les pays membres de l’UE en 5 ans .
    Et nos camarades du PCP (Portugal) et du PCE (Espagne) membres du PGE ce sont dit favorable a une sortie de l’UE et de l’euro si ils arrivaient au pouvoir pour construire une nouvelle europe plus proche des travailleurs .
  • a commenté 2017-12-22 06:20:26 +0100
    Bonjour Frédéric,

    Je n’arrive pas à comprendre la structure de ton raisonnement sur notre stratégie et celle du PGE vis à vis de l’UE quand tu t’appuies sur ce qu’ont fait Syriza et Tsipras en Grèce et encore plus sur ce que n’ont pas fait les socialistes français vis à vis des traités.

    Ce que je vois, c’est l’isolement et la faiblesse (pour ne pas dire le manque de volonté réel pour les socialistes français, pas forcément suivis par leurs homologues des autres pays) sans oublier pour la Grèce le manque d’un soutien puissant des autres pays qui expliquent les échecs.

    Si tu es d’accord avec l’idée du besoin d’une autre construction européenne, alors chercher à bâtir des rassemblements avec d’autres forces hors de France me parait le chemin inévitable et même impératif.

    Mais en fait ta critique vient elle du flou autour de cette autre construction européenne et dans ce cas je te suis plus facilement.
  • a pris position important 2017-12-22 06:20:25 +0100
  • a commenté 2017-12-21 15:21:54 +0100
  • a publié dans Elections Européennes 2019 2017-12-21 15:20:00 +0100