Nouveaux modèles d'organisation - Congrès PCF

Une nouvelle direction du parti...
Contributeurs :

Il serait intéressant de réfléchir sur une idée d'organisation nouvelle pour la tête du parti : au lieu de n'avoir qu'un seul secrétaire national du PCF, nous devrions en avoir plusieurs, comme une sorte d'assemblée. Cela permettrait de diversifier les personnes qui nous représentent nationalement (même si je me rends bien compte qu'il y en a déjà plusieurs, sachant que chaque élu ou personne engagée dans la vie de la cité se fait entendre... mais il n'empêche que dans la tête de tous les citoyens, lorsqu'on pense à un parti, on pense aussi à la personne qui "mène" celui-ci... Evidemment, je ne dis pas que Pierre Laurent se présente comme un dirigeant unique et absolu de notre parti, mais il représente tout de même celui-ci, en la qualité d'unique Secrétaire national). Ainsi, nous pourrions voter pour 6 personnes secrétaires nationaux du parti, et non plus un seul. Ne serait-ce pas un beau symbole de notre idée de rassemblement, de diversité et de transparence, de respect du vote de chaque citoyen ? Je pense que ce serait plus fidèle à notre pensée d'importance du collectif. Bien à vous...

Les commentaires

  • a commenté 2018-01-19 15:39:23 +0100
    Contribution d’Aline Béziat pour l’Assemblée des communistes
    de la section de Rochefort – 25 juillet 2017 -

    Suite aux propositions du Conseil National du PCF du 23 juin 2017 et en prolongement de la contribution du Conseil départemental de la Charente Maritime, que j’approuve, nos travaux, dans un livre ouvert pour le Congrès extraordinaire de 2018, doivent s’alimenter et être envoyés à chaque séance aux instances dirigeantes. Chacun pourra alors s’y inscrire, à tous moments et poursuivre cette œuvre collective. Notre objectif est la transformation profonde de notre Parti. Elle doit s’inscrire dans la nécessaire mise en cohérence de nos politiques, liée à la vision de notre économie, et en adéquation avec nos actions communes en direction du mouvement social et des couches populaires.

    Nous avons besoin d’un communisme du XXI siècle hautement démocratisé pour engranger un processus indispensable au dépassement du capitalisme. Sans un communisme visible, audible, crédible et actif, s’appuyant sur une Démocratie Communiste, inédite à ce jour, le dépassement du capitalisme ne s’active pas, et ne peut pas s’activer. Nous avons donc besoin d’une Démocratie et d’une économie communiste, qui tiennent le haut du pavé et qui permettent de construire du commun en commun, pour que la socialisation de la société puisse s’activer en permanence partout et par tous. Notre stratégie est de rendre le communisme vivant, s’appuyant sur la réalité des faits, et notre volonté de le lui redonner son lustre d’antan qu’il n’aurait jamais dû perdre. Nous demandons, aux instances dirigeantes que la Reconnaissance du potentiel politique de chacun, soit effective dans nos statuts, par le principe de la Désignation par reconnaissance base de la Démocratie Communiste.

    La Démocratie Communiste basée sur la Désignation par Reconnaissance va de fait dépasser la Démocratie libérale qui elle est basée sur la délégation de pouvoir et qui sert de pilier au capitalisme. La Reconnaissance se concrétise en permanence par le fait d’un relationnel de proximité, dans toutes les actions politiques que l’on mène en commun, et dans tout type d’Ensembles. Ainsi la Démocratie Communiste tisse des liens ténus, qui deviennent le socle d’une confiance incontestable, entre tous ceux qui travaillent la politique en commun, et entre les différents Ensembles, qui s’agrègent en permanence. La Désignation par Reconnaissance à Bulletin secret (pour respecter l’intime conviction de chacun et ne blesser personne) active de fait un jugement collectif incontestable qui fait force de loi. Elle stabilise une confiance rendue alors incontestable, et en valorisant les meilleures idées, qui deviennent de fait prioritaires sur le choix des personnes. Ce n’est pas un tirage au sort, mais le résultat d’un jugement collectif. C’est ainsi, par exemple que l’on évite la constitution de directoires, qui ne sont que des dérives qui réactivent en permanence la Démocratie libérale au grand bonheur du capitalisme. D’étages en étages, d’étapes en étapes, la Démocratie communiste en s’organisant et en s’activant partout de la même façon, est utile, et utilisable par tous, syndicats, associations, institutions, entreprises. Elle construit de fait, une pyramide de l’excellence de la politique, mais surtout elle active en permanence l’horizontalité politique. Ainsi c’est le potentiel politique de chacun reconnu et estimé par le jugement collectif, qui permet aux meilleures idées d’évoluer et de faire leur chemin, sans que personne ne puisse se les approprier à des fins personnelles.

    L’Économie Communiste doit être étroitement liée à la Démocratie Communiste, sinon elle sera happée dans la spirale de l’économie du marché capitaliste. L’économie communiste se doit d’abolir le Profit, c’est ainsi que le Communisme pourra dépasser le Capitalisme. La monnaie à deux fonctions celle de faire des Échanges et celle de faire du Profit. La même monnaie, l’Euro, peut être utilisable dans deux circuits bancaires aux statuts différents, un faisant du Profit, l’autre pas. Le communisme en sciant la branche du Profit fera mourir le capitalisme. Des banques, aux statuts utilisant la Démocratie Communiste, produiront de fait une monnaie dite commune et donc des échanges équitables. Une Banque d’État, créatrice d’une Monnaie Commune Nationale est même réalisable aujourd’hui avec l’Euro, et dès que le peuple le voudra. En attendant, rien n’empêche que des circuits bancaires à monnaie commune ne se concrétise immédiatement. En effet la BCE alimente à taux zéro, des circuits bancaires qui eux activent le Profit. C’est le changement de statut de la banque qui rendra la monnaie commune ou pas. Cette Monnaie Commune aura alors comme étalon le « Travail » Travail social et travail productif, allant même jusqu’à rémunérer le Bénévolat. En effet Toute activité sociale ou productive, a, et est une valeur, qui doit pouvoir s’échanger. Ainsi c’est avec la monnaie commune, que l’on fera disparaître la pauvreté, et le chômage.

    Ainsi la perspective d’une Économie Communiste, va redonner de l’espoir à des millions de gens. Certes le capitalisme ne disparaîtra pas de sitôt, mais avec cette perspective inédite, les luttes sociales pourront alors entrevoir des issues très positives. En effet avec cette économie réellement concurrentielle, elle les mettra en position de force pour négocier. La perspective de jours meilleurs pourra alors déclencher une véritable révolution démocratique, mais de, et par la Démocratie et l’Économie communiste.

    Aline Béziat – Rochefort 25 juillet 2017

    Voir : Manifeste pour une Démocratie Communiste, il a fait partie des contributions du congrès de 2016 http://congres.pcf.fr/82606

    Vous pouvez trouver également ce même texte dans les contributions hors chantier de 2018.
    Il invite à la réflexion pour un changement en profondeur de notre Démocratie interne. La Démocratie Communiste est utilisable partout et par tous dans toute la société pour s’approprier tous les pouvoirs politiques, sociaux et économiques. Pour l’heure, si ce Congrès est dit extraordinaire c’est qu’il invite chaque adhérent à produire des contributions pour l’élaboration de la base commune. S’il est innovant sur cet aspect-là, il deviendra réellement extraordinaire si un Congrès ordinaire lui fait suite avec changement de statut à la clef, qui transforme en profondeur notre Parti. Pour l’heure j’invite très fortement chacun à faire circuler les contributions de son choix, tout autour de lui, et d’inviter soit à les signer en rajoutant des appréciations, des suggestions ou les désapprouver en apportant des explications, et de les envoyer aux instances de Sections Fédérations pour qu’elles soient répertoriées et envoyées au National. Il s’agit de permettre au bouillonnement d’idées de s’exprimer par écrit au travers de contributions individuelles ou collectives qui s’expriment tout en leur apportant un poids politique de plus en plus fort, par des signatures, des appréciations ou des désaccords.

    https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/congrespcf/pages/338/attachments/original/1516007528/29_mars_2015_Manifeste_pour_une_D%C3%A9mocratie_Communiste.pdf?1516007528
  • a commenté 2018-01-19 13:35:06 +0100
    Bonjour Iannis,

    Personnellement, l’idée d’un triumvirat à la tête de notre parti me conviendrait assez bien, avec si nécessaire une organisation tournante entre les 3 camarades retenu-e-s.

    Nous devons apprendre à réellement travailler collectivement comme aussi à accepter d’avoir des nuances entre nous.

    Aujourd’hui nos adversaires réduisent la démocratie en limitant le nombre d’élus et celui des représentations territoriales favorisant en fait la présidentialisation à tous les niveaux, renforçant donc le monarchie républicaine qui s’est instaurée avec la 5ème République et que Macron exerce pleinement, avec une autorité forte inédite et inacceptable.

    Nous ne sommes pas partisans de la personnalisation médiatique qui s’en tient aux faits et gestes d’untel ou untel, mais il nous faut aussi donner de la chair à nos idées, ce qui veut dire qu’à tous les niveaux de notre pays, les communistes doivent se montrer et s’affirmer.

    Effectivement le CN est l’organisation souveraine de notre parti, au moins au niveau national, et les porte-paroles sont les camarades en charge de rendre publiques les positions adoptées. Le rôle du (ou des) SN n’est pas du tout le même car ils doivent principalement animer la vie et la réflexion au sein de notre parti. Evitons donc de continuer à entretenir cette confusion.

    Au passage se pose la question des différences de position qui peuvent exister entre différents échelons: nous vivons ce cas sur le sujet du projet de l’aéroport Notre Dame des Landes comme cela a été le cas face au projet Auchan à Gonesse. Pour moi, il importe que nous réfléchissions comment traiter ce genre de situation sans que cela nuise à notre parti, surtout si en dernier ressort nous souhaitons respecter les choix démocratiques de nos concitoyen-ne-s.
  • a commenté 2018-01-12 11:31:20 +0100
    Voir ma suggestion : Nouvelle organisation s’appuyant sur une Démocratie Communiste, rénovée et inédite en effet La Démocratie Communiste permet sans ne blesser personne de désigner par reconnaissance tous nos dirigeants.
    Ici pour ce Congrès il ne s’agit plus de faire des constats mais à partir de ce qui ne va pas, nous devons produire des innovations pour que notre Parti se transforme en profondeur. Ce n’est pas de la faute de Pierre Laurent si Marchais a désigné Robert Hue, lui Marie-Georges Buffet et elle Pierre Laurent. Ce n’est pas une affaire de personne mais une affaire de conception de notre Démocratie interne. Je t’invite à voir ce que je propose. Tu peux aller aussi visiter mon compte Facebook.
    Fraternellement Aline
  • a pris position important 2018-01-12 11:31:19 +0100
  • a commenté 2018-01-11 18:23:13 +0100
    Plusieurs SN serait à mon sens conte productif, et pas forcément plus démocratique. Avec ce système il existe un risque que plusieurs tendances voient le jour. Je crois que l’image renvoyée aux médias serait catastrophique par le risque d’éléments de langage différents.
    Le Parti peut aussi désigner ponctuellement des camarades spécialistes de telle ou telle question sans qu’ils aient obligatoirement un statut de porte parole.
    courage à nous toutes et tous
  • a pris position defavorable 2018-01-11 18:23:12 +0100
  • a commenté 2017-12-27 21:02:51 +0100
    Une assemblée de personnes qui nous représentent nationalement, ça existe déjà, ça s’appelle le Conseil National, et c’est lui qui est souverain entre deux congrès, pas le Secrétaire National. Et en modèle plus restreint il y a le Comité Exécutif National. La proposition a déjà été faite que le PCF se dote de plusieurs porte-paroles, mais ça n’a rien à voir avec le secrétariat national. A nous d’insister pour renouveler nos portes paroles et en avoir en plus grand nombre, si le fonctionnement actuel ne nous satisfait pas.
    Si on reproche au SN actuel d’avoir trop de pouvoir ou d’influence, rendre le secrétariat national collectif ne fera qu’aggraver la situation. Le problème étant que le SN est supposé exécuter les décisions émanant du congrès et du CN. S’il dépasse ce rôle exécutif et a, selon toi, trop de pouvoir, le problème est dans l’application des statuts, pas dans l’existence de cette responsabilité. Si on se contente de multiplier le nombre de SN sans améliorer le fonctionnement démocratique de notre parti, les travers qui sont reprochés au SN seront multipliés par 6. On peut même imaginer sans trop de difficulté que si nous avons six SN, ce sera une invitation à créer des tendances de fait dans le parti. Le ou la secrétaire nationale doit représenter aussi l’unité du PCF, et se plier aux décisions majoritaires même lorsqu’elles vont à l’encontre de ses propres positions, c’est le rôle d’un responsable. Euphémiser cet indispensable rôle de responsable en multipliant le nombre de SN par six, au nom d’une prétendue diversité, c’est renoncer à l’unité du parti, à l’application des décisions majoritaires et, par conséquent, à la démocratie même au sein de notre parti.
  • a pris position defavorable 2017-12-27 21:02:51 +0100
  • a publié dans Nouveaux modèles d'organisation 2017-12-25 12:50:30 +0100