Écologie, enjeux de classe et projet communiste - Congrès PCF

Préparation des assises de l'écologie
Contributeurs :

Cher(e)s Camarades,

 

Nous préparons des assises de l’Écologie dans le cadre du prochain congrès. C’est pour nous en effet un évènement extraordinaire.

La commission Écologie qui s’appelait « cadre de vie » date de 1969 et a produit de nombreux textes et livres sur l’environnement. Le livre de G. Biolat « Marxisme et environnement », aux Éditions Sociales date de 1973 ! Le comité central s’est réuni en 1973 sur un rapport de Pierre Juquin en juin 1976 : « Les communistes et le cadre de vie ». Nous étions le premier parti à faire cela.

Depuis nous n’avons cessé de produire des textes et d’agir en particulier au niveau des collectivités locales (Voir « Redue du Projet : « Communisme et écologie. Un enjeux historique ». mars 2011. Pages 6-7).

Nos derniers congrès ont montré de gros progrès dans la prise en compte des questions écologiques et environnementales. Le 37ème congrès qu’il faut relire en était une preuve de plus.

 

Je persiste à penser que c’est plus dans la mise en œuvre, dans l’appropriation collective de nos texte et de nos décisions, dans l’impulsion envoyée ou pas de la part de nos directions fédérales et du conseil national. Je sais que des pont de vue différents sur certains sujets bloquent la mise en œuvre de nos décisions majoritaires de congrès. Il faut débattre de tout cela et intervenir.

 

Depuis la création de la commission Ecologie, à laquelle je participe toujours, je n’ai pas lâché le combat. Et par la présente contribution je tente de poursuivre.

On a beaucoup produit, plus que ne le pensent et savent de nombreux camarades.

Des livres (liste ci-dessous), des revues (en particulier « Progressistes »), des articles dans l’Huma, des comptes rendus de réunion,  des auditions, des débats, des stages de formation, l’édition régulière de « Planète Humanité », des tracts, etc. Je pense qu’il faut dresser un bilan et intégrer tout ce travail.

 

Pour ma part, ci-joint quelques notes et articles que j’ai écrits depuis le dernier congrès. C’est ma contribution personnelle et permanente pour notre travail collectif. Je persiste et je signe !

Je souhaite de bonnes assises en étant le plus nombreux possible et un grand congrès.

 

Je pense qu’il faut une synthèse théorique et pratique de nos travaux. Pour ma part, je réfléchis à l’évolution de l’écologie  et de l’écologisme, depuis 1968. Pourquoi nos textes sont-ils ignorés. Y-a-t-il des « constantes » politiques dans l’écologisme ?

 

Liste livres :

-          Gérard Le Puill : « Devant l’urgence climatique, bousculons les politiques ». Édit. du Croquant. 2017. 185 pages

-          André Chassaigne : « Et maintenant Monsieur le Président ? ». Édit. de l’Atelier. 2017. 93 pages

-          Olivier Dartigolles. « Macron, entreprise et démolitions ». Édit. de l’Atelier. 142 pages.

 

Cordialement.

Luc Foulquier

 

Actualité environnementale Macron et PCF

Les enjeux scientifiques ne s'accommodent pas ... 

Appel de 1500 scientifiques progressistes

Article Planète Humanité n°12

Préparation du congrès 2018

Préparation du 37e congrès

 

Les commentaires

  • a commenté 2018-02-02 15:15:21 +0100
    Citation de Luc Foulquier : Pourquoi nos textes sont-ils ignorés. Y-a-t-il des « constantes » politiques dans l’écologisme ?

    Bonjour
    Je ne cherche pas, ici, à compléter la contribution de notre camarade que j’approuve complètement.

    L’écologie, quelque soit le sens et la perception que chacun en a, fait face à une opposition frontale considérable des forces de l’argent mais pas seulement.

    Depuis 2011 et les années suivantes à la fête de l’Humanité, à l’aide d’une maquette, je montre comment il est possible de réduire de manière significative sa consommation d’énergie pour se chauffer en hiver. Je montre aussi qu’en été, toujours avec la même maquette, il est possible de supprimer l’usage de " tout système de climatisation" pour un habitat individuel.
    Alors que la totalité des personnes rencontrées sont conscientes d’être en présence d’une “chose” intéressante aucun journaliste, aucun spécialiste en écologie ne répond à mes sollicitations d’entrevue.

    Pourquoi mon travail est-il ignoré? Y-a-t-il, à l’œuvre, une politique d’empêcher le savoir?
  • a commenté 2018-02-02 12:20:11 +0100
    <>

    Bonjour
    Je ne cherche pas, ici, à compléter la contribution de notre camarade Luc Foulquier que j’approuve complètement.

    L’écologie, quelque soit le sens et la perception que chacun en a, fait face à une opposition frontale considérable des forces de l’argent mais pas seulement.

    Depuis 2011 et les années suivantes à la fête de l’Humanité, à l’aide d’une maquette, je montre comment il est possible de réduire de manière significative sa consommation d’énergie pour se chauffer en hiver. Je montre aussi qu’en été, toujours avec la même maquette, il est possible de supprimer l’usage de " tout système de climatisation" pour un habitat individuel.
    Alors que la totalité des personnes rencontrées sont conscientes d’être en présence d’une “chose” intéressante aucun journaliste, aucun spécialiste en écologie ne répond à mes sollicitations d’entrevue.

    <>
  • a pris position favorable 2018-02-02 12:20:10 +0100