Elections Européennes 2019 - Congrès PCF

PGE ou communisme ? SYRIZA ou KKE ?
Contributeurs :

Il est impératif, si l'on veut retrouver un peu de crédibilité, de remettre en cause notre adhésion au réformiste et flou PGE pour mettre en place une alliance réellement communiste. Prenons un exemple concret : Nous sommes les alliés du gouvernement Tsipras qui coupe les retraites et les salaires, limite le droit de grève, envoie la police contre les manifestants, fait des accords militaires avec le gouvernement de Netanyahou, gouverne avec l'extrême-droite antisémite, complotiste et cléricale, etc. Imaginons le PCF au pouvoir avec Nicolas Dupont-Aignan, Nicolas Bay, Christine Boutin ou, pourquoi pas, Alain Soral (un ministre grec explique bien que les juifs étaient responsables de l'attentat contre les Twin Towers). Parallèlement, le PCF a jugé que le Parti communiste de Grèce était sectaire, de par son refus d'appliquer les règles européennes. Etant franco-grec et communiste, j'avoue me demander ce que je fous dans un parti qui soutiens de telles saloperies. Dès lors, le choix me paraît clair : -Nous nous associons avec des communistes, autour d'un projet réellement communiste de lutte contre les monopoles, qu'ils soient européens ou nationaux, et d'organisation du prolétariat européen OU -Nous abandonnons officiellement la référence au communisme (on en est pas loin, déjà), et on propose des alliances à Debout la France ou au Parti socialiste, selon la trahison qui nous semblera la moins inconfortable.

Les commentaires

  • a commenté 2018-05-22 14:28:52 +0200
    Une chose est sûre, on a besoin de debats internes d’explications et de clarification des positions officielles du parti sur la question europeenne et la Grece en particulier car bon nombre de camarades ne sont pas a l’aise avec ça. il y a sans doute de bonnes raisons des deux cotés mais pour la plupart on ne les connait pas.
  • a pris position important 2018-05-22 14:28:52 +0200
  • a commenté 2018-02-01 17:15:55 +0100
    Il faut sortir de la langue de bois sur la question européenne et avoir un message clair. Pour une autre Europe, évidemment : ça ne gêne personne, mais il faut dire laquelle et surtout comment on y arrive… Et être capable de tenir une ligne ferme sur la question des traités.
  • a pris position favorable 2018-02-01 17:15:53 +0100
  • a commenté 2018-01-30 22:22:03 +0100
    @ R. Quinton
    On peut donc être communiste et trouver démagogique de dénoncer :
    -les privatisations
    -les exemptions d’impôts
    -l’alliance avec l’extrême droite
    -la coopération militaire avec un gouvernement d’extrême-droite
    -l’attaque contre le droit de grève
    -la baisse des retraites et des salaires

    Me qualifier de démagogue est assez limité. Je présente mes arguments, simplement. Présentez-nous les vôtres et nous pourrons débattre. Expliquez-nous en quoi le gouvernement grec est un allié de qualité. Ce point de vue sera très intéressant. Tâchez de ne pas être “démagogique”, camarade.

    Aussi curieux que ça puisse paraître, c’est le fait de trouver des excuses à de telles saloperies que je trouve démago, moi. Je ne parle pas de vous, camarade Quinton, évidemment, mais de la direction du parti. Elle soutient le gouvernement grec… Tant mieux pour elle. Moi, je soutiens les ouvriers et les syndiqués qui ont manifesté contre lui tout dernièrement. Je préfère être solidaire de ceux qui vivent avec 400 balles par mois, qu’avec les députés fascistes de la majorité (ceux d’ANEL) qui votent ces lois anti-populaires ou qui, au choix, défendent l’Eglise ou dénoncent les juifs.

    Pour ce qui est du Parti communiste de Grèce, je ne dis pas qu’il est parfait, loin de là, mais il tente tant bien que mal de demeurer un minimum fidèle au communisme. Persister à le trouver sectaire et encenser SYRIZA est une sinistre blague. Qu’il soit critiquable, c’est évident. Mais lui préférer SYRIZA est quand même pitoyable.
  • a commenté 2018-01-30 17:58:16 +0100
    La critique sur la Grêce et Tsipras est beaucoup trop simpliste et démagogique pour que cela représente une alternative.
    Il y a à définir ce que nous voulons pour l’Europe, et les rapports de force à établir pour y parvenir. Le travail commun avec le PGE est important pour cela.
    Je suis communiste, mais je n’ai clairement pas la vision du KKE
  • a pris position défavorable 2018-01-30 17:58:14 +0100
  • a commenté 2018-01-21 17:03:32 +0100
    @ JM Culcinelli
    “Nous nous sentons plus proche du premier” ? C’est bien le problème. Dénoncer “la politique européenne qui met à genoux la Grèce, ainsi que ses créanciers” mais continuer à soutenir le gouvernement qui l’applique… On dénonce les conséquences, mais on soutient les causes…
    Vous voulez " changer le rapport de force qui donne trop de place à la finance"… C’est sympa, en effet. A titre personnel, je pensais qu’être communiste c’était vouloir organiser les masses du pays pour mener la révolution et se débarrasser du mode de production capitaliste…
    Vous nous parlez de “convergences et de rassemblements en France et en Europe” et d’être “ouverts et à l’écoute des gens”… Je me permet de constater que le PCF est plus facilement à l’écoute de l’odieux gouvernement grec que des travailleurs de ce pays. Personnellement, je “converge” avec les prolétaires de tous les pays, pas avec leurs oppresseurs.
  • a commenté 2018-01-21 13:30:49 +0100
    On peut ne pas être satisfait du fonctionnement du PGE ,ceci dit on ne soutient pas Tsipras ni le kke.même si nous nous sentons plus proche du premier.nous dénonçons la politique européenne qui met à genoux la Grèce ainsi que ses creanciers.
    Il est urgent de contribuer à changer le rapport de force qui donne trop de place à la finance.le chemin va être long et difficile pour faire reculer les politiques d austérité.nous ne devons négliger aucune piste pour experimenter des convergences et des rassemblements en france et en europe.etre encore plus et mieux communiste oui mais surtout rassembleur ,porteur de propositions alternatives ,mais ouverts et à l écoute des gens.
  • a pris position défavorable 2018-01-21 13:30:48 +0100
  • a commenté 2018-01-09 23:25:35 +0100
    @ Dominique Campagna

    Cher camarade, que le KKE ne soit pas parfait, c’est un évidence. Toutefois, le comparer, comme vous le faites, à SYRIZA ou Mélenchon, me surprend. Qu’y a-t-il de commun entre des communistes, des opportunistes ou un néo-lambertiste ?

    Pour vous, entre SYRIZA et le KKE, “il n’y a pas de bons et de mauvais”. Vous mettez donc sur le même plan un Parti communiste, certes un peu fossilisé, et un mouvement opportuniste qui met son peuple au régime sec en s’alliant à l’extrême-droite, qui s’incline devant les impérialistes de tout poil (Allemagne, Chine, etc.), qui attaque le droit de grève et protège la toute-puissante et richissime Eglise Orthodoxe… J’avoue que votre position me choque profondément.

    Là où je vous rejoins, c’est sur le fait que le PCF n’a pas de leçons à donner. En l’état, il ferait même mieux de se faire discret, s’il veut continuer à se prétendre communiste.

    Concernant les alliances et les discussions, vous voulez “causer” “avec tous ceux [qui] le veulent”, avec les “progressistes en Europe”… Discuter avec d’autres forces que les nôtres est important, en effet. Toutefois, il s’agit de savoir pourquoi on discute et avec qui ! A l’heure où la menace fasciste plane sur l’Europe entière, faut-il, comme vous semblez le proposer, “causer” avec des forces “progressistes” qui versent dans le réformisme ou le populisme ? Ou faut-il, au contraire, discuter pour faire émerger un Front Populaire antifasciste et, pour cela, reconstruire une coordination internationale de Partis communistes fermes sur leurs principes qui, seule, peut porter un tel projet ?

    S’agit-il de "faire monter un rapport de force " ou d’organiser le prolétariat européen pour la lutte révolutionnaire ? S’agit-il de peser sur le pouvoir capitaliste, avec votre “rapport de force”, ou de lutte pour l’abolir et l’écraser ? S’agit-il de réformisme ou de communisme ? Du parti du “Commun” de Pierre Laurent, ou du Parti Communiste Français de Jacques Duclos ?

    Merci, camarade, pour votre contribution. Elle permet de reposer ces questions depuis la racine.
  • a commenté 2018-01-09 00:23:20 +0100
    Je comprends le désarroi du camarade franco grec mais à mon avis c’est plus compliqué que cela en a l’air. Ce n’est parce que KKE se dit communiste qu’il est encore. Je m’explique : les positionnements de Syriza et du KKE ne me paressent ni l’un ni l’autre satisfaisants. Le positionnement du KKE est de même nature que la position de Mélenchon. Avoir raison c’est bien mais cela conduit à l’isolement et cela n’est pas de nature à permettre des changements révolutionnaires. Rien n’est idéal. Ma position n’est pas d’abandonner le PGE, mais de reprendre des relations avec tous ceux qu’ils le veulent. Mais le veulent-ils ? Nous ne pouvons forcer personne et c’est bien là le problème. Veulent-ils encore nous causer ? Les ultimatum et les radicalisations ne sont pas révolutionnaires et surtout ne pas correspondre avec les grands sujets qui devraient mobiliser tous les progressistes en Europe. La pauvreté, l’immigration et la montée de l’extrême droite et des mouvements nationalistes. Pour moi il n’y a pas de bons et de mauvais. Nous n’avons pas de leçons à donner, nous avons à faire monter un rapport de force et élaborer des perspectives pour nos peuples d’Europe.
  • a pris position important 2018-01-09 00:23:20 +0100
  • a pris position favorable 2018-01-09 00:23:18 +0100
  • a commenté 2018-01-05 17:33:05 +0100
    Nous avons aujourd’hui suffisamment de recul pour juger de de la pertinence de notre stratégie (bilan qui devrait être fait par le Congrès !). Or, que constatons nous ? Nos résultats électoraux ne décollent pas. Notre identité disparaît dans des alliances improbables.
    On note la réticence de nos dirigeants à prononcer, même une seule fois dans un discours, le mot ‘Socialisme’.
    Notre participation au PGE, aux côtés d’organisations sociale democrates dont les objectifs affichés clairement sont ‘’ une gestion plus humaine du Capitalisme ! ’’, notre appui à Tsypras devient maintenant insoutenable, notre recherche du Rassemblement avec les rescapés du PS et des Verts, tourne au pathétique…
    À côté, des PC, celui du Portugal, sans se renier, construit une alliance profitable au peuple portugais, en désobéissant à Bruxelles ! En gardant une proposition claire de sortie de l’UE et de l’Euro, il préserve sa cohérence : Si le montage actuel ne fonctionnait plus, il dispose de son projet qu’il n’a jamais masqué.
    D’autres PC, qu’on qualifie bien vite de sectaires, comme frappés d’idiotie, persistent dans l’affirmation d’une Ligne claire pour aller vers le Socialisme.
    Ne pas assumer son passé, prôner une Ligne floue, c’est se condamner dans un avenir proche, à disparaitre.
    Il est temps de redevenir une vraie force de proposition pour sortir de ce capitalisme mortifère pour les hommes et la planète. Faisons le avec notre idéologie, adaptée au XXIeme siècle.
    Parlons clair à notre peuple, notre électorat, du chemin encore difficile qu’il faudra parcourir et créons l’Espoir par notre Projet. Alors nous retrouverons la voie de l’adhésion populaire… et, peut-être alors, pourrons-nous accepter des alliances dans des rassemblements où nous compterons beaucoup plus de 2%…
  • a pris position important 2018-01-05 17:33:04 +0100
  • a commenté 2018-01-04 09:17:26 +0100
    Analyse que je partage pleinement et qui décrit parfaitement la situation.
  • a pris position important 2018-01-04 09:17:25 +0100
  • a pris position favorable 2018-01-04 09:17:24 +0100
  • a commenté 2018-01-02 18:55:40 +0100
    Je suis d’accord avec vous camarade nous ne pouvons pas nous soumettre à la commission européenne au nom de l’europe social suivons l’exemple du PCP, PCE et du KKE .
  • a pris position favorable 2018-01-02 18:55:38 +0100
  • a commenté 2017-12-30 15:13:12 +0100
    En parallèle du PGE, une Alliance des Partis Communistes pourrait être lancée ?
  • a pris position favorable 2017-12-30 15:13:11 +0100
  • a commenté 2017-12-24 16:14:42 +0100
    On en revient toujours au même point : le PCF est-il communiste ou pas ? Pour l’instant, rien ne semble démontrer qu’il le soit encore, en tout cas. Ce congrès représente la dernière occasion d’en (re)faire un parti communiste. Si on n’y parvient pas, je ne m’y attarderait pas plus. Comme me le disait un ouvrier grec, l’année dernière : “J’ai lu une intervention d’un Pierre heu Laurent… C’est qui ? Un ministre d’Hollande ?” Honnêtement, j’ai pas osé répondre qu’il était secrétaire national d’un parti “communiste”.
  • a pris position important 2017-12-24 16:14:41 +0100
  • a pris position favorable 2017-12-24 16:14:40 +0100
  • a publié dans Elections Européennes 2019 2017-12-24 16:08:53 +0100