Nouveaux modèles d'organisation - Congrès PCF

Concevoir positivement le rapport entre le parti et un Mouvement comme FI .
Contributeurs :

Aujourd’hui, et après plusieurs décennies d’étiquetage et de ciblage médiatique visant à discréditer l’idée même du communisme, il est bien plus facile pour tout citoyen qui veut s’engager de se dire « Insoumis » (un sigle encore jeune qui est en cours d’étiquetage ) que de se dire « communiste », de participer à une « coordination » plutôt que de se syndiquer, de cliquer pour un soutien sur internet plutôt que de manifester physiquement, de discuter sur FACEBOOK plutôt que de prendre la parole dans une assemblée . On peut le regretter mais c’est ainsi et cela signifie que l’essor d’un mouvement tel que FI, récent et organisé essentiellement sur la base des réseaux sociaux, provient fondamentalement d’une sorte de désincarcération médiatique (désétiquetage) temporaire mais réelle de la pensée anticapitaliste, et d’une réaction à cette pression médiatique organisée méthodiquement par les oligarchies pour marginaliser et diviser toute idée de rébellion à l’ordre qu’elles imposent. L’étiquetage « Populiste » étant très difficile à discréditer par les médias dominants d’une part faute de références historiques précises qui pourraient servir de repoussoir mais aussi compte tenu de l’usage souvent manipulé qu’ont su en faire les pouvoirs oligarchiques en recherche de faux nez politiques.(cf LREM) C’est donc ce paradoxe que les communistes français doivent résoudre, soutenir et imprégner un mouvement basé pour l’essentiel sur leurs idées mais dont l’essor dépend notamment de sa capacité à se démarquer d’eux et en particulier de leur parti. Au vu des postures hégémoniques entretenues par le groupe restreint qui pilote hors de toute démocratie interne le Mouvement FI, et en particulier au vu de son agressivité vis a vis du PCF, une réaction instinctive des militants communistes serait non seulement de sortir du mouvement mais aussi d’adopter une posture à minima concurrente pouvant aller jusqu’à l’opposition frontale. Pour contourner cette situation contradictoire, les communistes doivent surmonter les postures des cadres autoproclamés de FI, considérer le mouvement France Insoumise plutôt comme une opportunité pour convaincre et diffuser leurs idéaux que comme une concurrence. Un mouvement fondamentalement aussi proche de nos idées doit être considéré avec bienveillance et les communistes, insoumis historiques, doivent se fondre dans ce mouvement pour le faire grandir et aussi pour l’empêcher de devenir un objet de manipulation visant notamment à les marginaliser mais aussi peut être a affaiblir et diviser durablement la gauche radicale. Cette analyse devrait aboutir à une décision pour le PCF d’organiser méthodiquement la présence des communistes au sein de FI pour l’encrer durablement dans une posture qui unit les forces de gauche et éviter que se développe une impasse politique qui consisterait par exemple à transformer FI en parti. A ce titre, coordonnant leurs actions et impulsant l’orientation sur le terrain, les communistes par leur action militante doivent se donner l’objectif d’étendre leur influence au sein du mouvement et d’accéder aux organes dirigeants sans y être hégémoniques . Le congrès doit se donner pour objectif d’énoncer clairement l’implication des communistes au sein de FI tout en définissant les conditions d’une coopération durable entre le parti et le mouvement. A partir du retour d’expérience des élections législatives qui a démontré que la « charte électorale imposée par JLM » avait coûté très cher en nombre d’élus ,un premier objectif devrait être de mettre au point et de défendre « à froid » les conditions du processus de rassemblement sur les questions électorales et ses retombées financières dans le cadre imposé par la loi actuelle.

Les commentaires

  • a commenté 2018-04-07 15:20:21 +0200
    Il est au contraire temps que le Parti Communiste Français s’affranchisse de ses liens avec ce qui se nomme “Front de Gauche” et qui ne signifie plus rien.
    La France Insoumise n’est pas un parti, c’est un mouvement hors sol qui n’a aucune base d’organisation démocratique. Où sont les instances ? Qui décide ? Qui vote ? Bref, rien à voir avec le Parti Communiste.
    D’autre part, pourquoi voit-on souvent Monsieur Mélenchon, le “Lider Maximo” de la France insoumise, et très rarement Monsieur Pierre LAURENT ? Parce qu’il y a un rapport direct entre Monsieur Macron, Chef-comptable à l’Elysée, et le Lider Maximo. L’un sert de repoussoir à l’autre, et inversement. Autrement dit, aucune place pour la politique, uniquement pour la communication et le marketing politique, rien de plus.
    Pour autant, devons-nous laisser cette situation se poursuivre ? C’est là que le Parti Communiste Français retrouve toute sa place.
    Si d’autres mouvements, nébuleuses ou partis souhaitent rejoindre le Parti Communiste, qu’ils se manifestent.
    Toutes ces alliances construites dans l’urgence n’ont plus lieu d’être.
    Le Parti Communiste Français devrait se réaffirmer aujourd’hui comme un parti de gouvernement, et pas simplement de contestation. Qu’on veuille que ce soit le peuple qui reprenne le pouvoir pour un gouvernement du peuple par le peuple est bel est bon.
    Mais très franchement, ce n’est pas le bon moment.
    Le moment, c’est de gagner les élections : européennes d’abord, et surtout les municipales ensuite. On semple oublier dans les instances du Parti Communiste que ces élections municipales ont lieu dans deux ans, c’est-à-dire demain en politique.
    Concentrons-nous sur ces deux sujets, concentrons les moyens sur ces élections. Le reste viendra “il faut laisser du temps au temps”, comme disait celui qui disait aussi “après moi, il n’y aura plus que des comptables”. Il n’a pas eu tort…
    Aussi, je propose la création d’un outil simple, facile à créer, à mettre en oeuvre et à coordonner : LE MOUVEMENT DES FORCES PROGRESSISTES (cf. article du “Monde Diplomatique” de Mars 2018). Je n’invente rien, tout cela a existé depuis… Juillet 1939…
    Cela servira à inciter les citoyens qui ne souhaitent pas s’inscrire à un parti de participer quand même à la transformation économique, sociale, fiscale, politique de la France, au plus près du terrain.
    Toute cette base de savoirs, de connaissances, peut être regroupée, synthétisée pour permettre une réorganisation sans précédent des pratiques politiques, économiques, fiscales, sociales.
    A un moment, il n’est plus suffisant de s’interroger.
    Il faut déterminer les premières réponses, les premières propositions en vue des élections.
    Quoiqu’en pense Monsieur Pierre LAURENT, le nom de celui qui conduira les affaires de la France lors de la prochaine élection présidentielle est essentiel à connaitre le plus rapidement possible. Ensuite, tous les autres noms – et là je le rejoins – pourront être annoncés un peu plus tard, exception évidemment faite des candidats et candidates aux élections qui se profilent.
    Le Parti Communiste Français a une chance comme elle arrive rarement. Espérons que les idéologies laisseront la place au pragmatisme et à l’intérêt des citoyens et du pays.
  • a commenté 2018-04-04 22:37:46 +0200
    Si j’ai bien compris, et si je prolonge l’idée, à terme, c’est le Parti Communiste tout entier qui se fondrait dans la FI pour contrebalancer la main mise du PG de ce mouvement.
    Je ne crois pas que cela la bonne voie à suivre pour plusieurs raisons :
    - Le PCF porte la visée communiste. Si nous nous retrouvons dans la défense d’un modèle de société solidaire, le débat est loin d’être tranché sur la question des classes et des rapports de production,
    - Je n’ai jamais aimé l’entrisme par ce qu’il est un poison,
    - Et il me semble que les insoumis doivent aller au bout de leur parcours. C’est à eux d’apprécier le caractère démocratique ou non de leur organisation.
    - Tu sembles considérer comme acquis que la forme parti n’a plus lieu d’être. Je ne suis pas sur que ce soit cet enseignement qu’il faille tirer des dernières élections.
    N’est-ce pas plutôt le “Politique” qui est remis en cause plus que sa forme ?
    Non, la forme parti reste encore un des outils d’émancipation, de démocratie, d’action et d’accès à la connaissance (je parle pour ce que j’ai vécu au sein du PCF).
  • a pris position defavorable 2018-04-04 22:37:46 +0200
  • a commenté 2018-03-29 15:39:01 +0200
    Le Parti Communiste Français n’a en rien besoin de reproduire ses erreurs et errements passés.
    S’il se considère comme un parti de contestation, alors toutes les unions entre les carpes et les lapins sont bonnes, au sein de nébuleuses qui n’ont rien à voir avec de la politique. Au mieux, ce sera du Pepe Grillo à la française grâce à Monsieur Mélenchon.
    Si le Parti Communiste se considère comme un parti d’opposition, alors c’est un premier pas vers le pouvoir, et donc devenir enfin un parti de gouvernement.
    Qu’on cesse de casser la tête à tout le monde avec l’histoire de l’appropriation par le peuple, il y a des choses plus urgentes à faire. De surcroît, l’appropriation du pouvoir par le peuple pour le peuple, se réalisera d’autant plus rapidement et sera de bonne qualité si le Parti Communiste est au commande.
    Dans un premier temps, il me semble simplement urgent de présenter les grands axes du communismes Français. Il deviendra alors plus simple de l’opposer aux inepties des ultralibéraux en faisant participer les citoyens.
    Je pense notamment aux élections européennes et surtout municipales, puis présidentielles.
    Il m’apparaît que le plus efficient, au-delà des questions qu’on se pose et qui sont probablement très importantes, on redécouvre le sens du terme directivité. C’est aussi de cela dont les citoyens ont besoin : d’une direction, d’un objectif, des moyens concrets et surtout d’une méthode pour reconquérir le pouvoir local, territorial, national.
    Mitterrand avait dit : “après moi, il n’y aura plus que des comptables”. On en a une brillante démonstration avec le Président actuel, qui modifie tout sans se soucier le moins du monde des humains. Tout est fait comme d
  • a commenté 2018-03-23 10:34:16 +0100
    Bonjour, votre commentaire semble ignorer la séquence politique de la présidentielle et des législatives passés. Pour rappel le PCF à appellé à soutenir JLM à la présidentielle en y mettant sa force militante mais aussi financière ( notamment en éditant des tracts et affiches ). Nous l’avons aussi aidé en ne présentant pas de candidats. Notre aide à aussi déterminante en matière de parrainages : 416 parainages d’élus PCF sur un total de 806… Avons nous oublié comment cette aide majeure à été récompensée ? Tout d’abord par l’interdiction faite par les cadres nationaux(Parisiens) de la FI à leurs militants locaux de discuter avec les fédérations départementales du PCF. Ils disaient “d’abord la présidentielle, apres on discutera”. La présidentielle passée, Pierre Laurent a relancé la FI pour mettre en place un accord national. Refus de la FI qui n’a concédé que quelques rares accords qui lui ont surtout servi à dire “vous voyez nous avons permis à quelques communistes d’etre réélus députés (Marie Georges Buffet par exemple”), passant sous silence les si nombreuses circonscriptions où ils ont présentés un candidat contre nous y compris face à des circonscriptions détenues par le PCF-Front de Gauche ( ! ). C’est ainsi que des députés PCF comme Fabien Roussel, André Chassaigne ou Elsa Faucillon ont réussit l’exploit d’etre élus alors qu’ils avaient à subir la concurrence de candidats FI… (Au passage nous nous avons su retirer des candidats pour faciliter l’élection de candidats FI comme dans la circonscription ou JLM était candidat à Marseille par exemple).
    Unis nous pouvions facilement emporter 70 circonscriptions. Dans ma circonscription, le candidat PCF a fait 10% et le candidat FI 10%, ensemble ils l’emportaient… Pourtant la FI n’a jamais accepté de rencontre avec nous. Faut il aussi rappeller les SMS de Mélenchon qualifiant le PCF de “mort et de néant”? Faut il oublier qu’il demandait de ne surtout pas emmener de drapeaux PCF dans ces meetings? Faut il que nous soyons naifs au point de croire qu’une alliance avec la FI serait “positive” alors qu’ils font preuve sur leurs réseaux de l’anticommunisme le plus crasse, insultants notre direction et nos candidats pour mieux tenter de capter les militants. Faut il rappeller aussi les élections en Corse ou JLM a appellé à voter pour les indépendantistes au lieu de la liste de la Corse Insoumise constituée de PCF et d’Insoumis sincères? Mettons nous bien en tête que la FI ne veut pas d’alliance avec nous ni d’accords (qualifiés de “tambouille”), qu’ils considèrent qu’avec nous ils font de plus mauvais scores que sans nous. De plus ils ne font plus référence à la Gauche mais au Peuple ce qui sucite pour ma part plus que de la méfiance. Temps en venu pour nous de nous affirmer, de porter nos candidats aux européennes et de préparer notre candidat à la présidentielle, le candidat du PCF, le parti du Commun.
  • a pris position defavorable 2018-03-23 10:34:16 +0100
  • a commenté 2018-03-22 16:50:16 +0100
    Réponse à Nicolas FEREY
    En fait, il est important que les adhérents et les militants du Parti Communiste établissent une différence entre ce qui est immédiat et ce qui construit l’avenir. Les luttes sont essentielles, mais la réorganisation ne l’est pas moins.
    Il convient donc de dissocier les deux :
    D’une part les luttes contre le comptable de l’Elysée, qui confond entreprise du CAC 40 et République Française, et d’autre part l’organisation du Parti pour les échéances à venir.
    Je le redis, le plus urgent étant de recréer les moyens humains et matériels pour faire du Parti Communiste un parti de gouvernement.
    Cela ne se substitue pas aux luttes, c’est une autre étape qui ne s’appréhende pas de la même façon.
    Tout à fait d’accord pour une union, mais le moment, me semble-t-il, n’est pas venu, tant que le Parti Communiste ne sera pas “en ordre de bataille”, comme on dit.
    Sinon, on acceptera tout et n’importe quoi, par pur opportunisme, pour les postes, les places, et non pas pour les citoyens.
    Le moment viendra pour cela. Il me semble plus urgent que nous construisions nous aussi un “Mouvement des Forces Progressistes” sur le terrain, pour rassembler tous les citoyens qui ne viendraient pas naturellement adhérer, mais qui souhaiteraient prendre part aux élections à nos côtés.
    Le Parti Communiste est, en réalité, très avantagé : ce n’est pas qu’il fait peur dans les rangs de la majorité présidentielle, mais il impressionne : par sa culture, son histoire, ses expertises et tout le mouvement des intellectuels et des scientifiques – tels que vous – qui le soutiennent.
    Autrement dit, le Congrès devra servir à cela : réaffirmer les luttes, désigner lesquelles, mais surtout tracer une organisation pour une mission : gagner les élections (européennes, municipales) et la principale : l’élection présidentielle. Je peux paraître un peu trop optimiste, mais pourtant, je pense que cette victoire est historiquement à notre portée. Il suffit de ne pas en avoir peur, de la prendre à bras le corps, de se l’approprier, et cela fonctionnera.
    La misère engendrée par l’ultralibéralisme dont le Président actuel est un laquais ne tiendra pas plus d’un mandat.
    Fraternellement,
    Hervé EIDELMAN-BOMPARD
  • a commenté 2018-03-20 17:49:38 +0100
    Comme je suis communiste et scientifique, rationaliste, l’incohérence et l’inconsistance des idées et des stratégies politiques m’insupportent. Nous avons frayé avec le PS, avec les trahisons qu’on connait, avec des programmes dits socialistes mais en fait néo-libéraux, et j’entendais très peu de camarades (sauf textes alternatifs minoritaires, mais cohérents) se plaindre de cette alliance de la carpe et du lapin, certainement pour des raisons bassement matérielles de ressources financières et pour réussir la lutte des places à défaut de réussir la lutte des classes.

    Et maintenant, j’entends que nous ne pourrions pas nous allier avec des forces comme la FI, mais aussi Ensemble, ou d’autres d’ailleurs, sous prétexte qu’elles seraient des PS Bis, alors que nous étions alliés sans plus de vergogne avec le PS depuis avant ma naissance… Par ailleurs, le programme de la FI est extrêmement éloigné d’un programme PS, et beaucoup plus proche de nos idées, et donc je ne comprends pas cette pudeur de gazelle. Je n’ai pas plus d’affinité avec un Hollande qu’un Mélenchon, un Valls, ou un Macron, mais au niveau programmatique, la FI, y’a pas photo, en particulier concernant le programme sur l’université, défend exactement ce que nous défendons.. Et sur beaucoup d’autres domaines, c’est aussi le cas.
  • a commenté 2018-03-20 17:31:32 +0100
    Réponse à Nicolas FEREY
    Il me paraît en effet urgent de déconnecter le Parti Communiste de la France Insoumise, qui n’est qu’une organisation au service de Monsieur Mélenchon et non pas au service des citoyens éclairés et progressistes de ce pays.
    C’est la raison pour laquelle je me permets de vous inviter à lire “Le Monde Diplomatique” de Mars 2018, qui présente en “une” un article : “Politiser les colères du quotidien”.
    Par ailleurs, “Le Canard Enchaîné” du 7 mars 2018 révèle que le Parti Communiste Français a versé 500 000 euros à La France Insoumise dans le cadre de la campagne présidentielle passée.
    C’est pourquoi je propose la création du “Mouvement des Forces Progressistes”, en marge du Parti Communiste Français, pour les citoyens qui ne s’engageront pas en prenant une carte d’adhérent mais qui pourtant ont une furieuse envie de se battre pour qu’on en finisse avec des personnages tels que les milliardaires Français. Petit rappel : “Premier de la Nation, le budget du ministère [de l’Education nationale, ndlr] présenté dans le cadre du projet de loi de finance, s’élèvera, en 2017, à 92,49 milliards d’euros, dont 68,4 milliards pour l’Éducation nationale et 23,85 milliards d’euros pour l’Enseignement supérieur et la Recherche, soit 3 milliards de plus qu’en 2016”.
    Il existe en France un homme qui possède à lui seul plus que le budget de ce ministère, puisque sa “cagnotte” personnelle s’élève à 73 milliards d’euros (source : “Le Canard Enchaîné” du 14/03/2018.
    D’où l’urgence de réorganiser le Parti Communiste Français comme un parti de gouvernement, et pas seulement de contestation.
    Se battre, contester, lutter, oui. Mais préparer l’alternance est aussi une priorité. Le temps passe vite…
    Fraternellement,
    Hervé EIDELMAN-BOMPARD
  • a commenté 2018-03-20 17:30:17 +0100
    Réponse à Hervé RADUREAU
    Il me paraît en effet urgent de déconnecter le Parti Communiste de la France Insoumise, qui n’est qu’une organisation au service de Monsieur Mélenchon et non pas au service des citoyens éclairés et progressistes de ce pays.
    C’est la raison pour laquelle je me permets de vous inviter à lire “Le Monde Diplomatique” de Mars 2018, qui présente en “une” un article : “Politiser les colères du quotidien”.
    Par ailleurs, “Le Canard Enchaîné” du 7 mars 2018 révèle que le Parti Communiste Français a versé 500 000 euros à La France Insoumise dans le cadre de la campagne présidentielle passée.
    C’est pourquoi je propose la création du “Mouvement des Forces Progressistes”, en marge du Parti Communiste Français, pour les citoyens qui ne s’engageront pas en prenant une carte d’adhérent mais qui pourtant ont une furieuse envie de se battre pour qu’on en finisse avec des personnages tels que les milliardaires Français. Petit rappel : “Premier de la Nation, le budget du ministère [de l’Education nationale, ndlr] présenté dans le cadre du projet de loi de finance, s’élèvera, en 2017, à 92,49 milliards d’euros, dont 68,4 milliards pour l’Éducation nationale et 23,85 milliards d’euros pour l’Enseignement supérieur et la Recherche, soit 3 milliards de plus qu’en 2016”.
    Il existe en France un homme qui possède à lui seul plus que le budget de l’éducation nationale, puisque sa “cagnotte” personnelle s’élève à 73 milliards d’euros (source : “Le Canard Enchaîné” du 14/03/2018.
    D’où l’urgence de réorganiser le Parti Communiste Français comme un parti de gouvernement, et pas seulement de contestation.
    Se battre, contester, lutter, oui. Mais préparer l’alternance est aussi une priorité. Le temps passe vite…
    Fraternellement,
    Hervé EIDELMAN-BOMPARD
  • a commenté 2018-03-16 00:09:20 +0100
    Le parti ne pourra désormais grandir que par un rassemblement plus large, sans se disputer nos électeurs et les ressources financières induites, ni en suivant la stratégie de division de nos chefs, mais en agissant de concert avec tous les mouvements disponibles sur le terrain. Le rassemblement ne se fera par autour d’une structure comme la FI ou le PCF, mais par le rassemblement des militants de diverses sensibilités humanistes et progressistes, en refusant désormais tout compromis avec le capital et les sociaux démocrates pour des places…
  • a pris position important 2018-03-16 00:09:19 +0100
  • a pris position favorable 2018-03-16 00:09:19 +0100
  • a commenté 2018-03-15 20:46:51 +0100
    Bonjour,

    Pour ma part, je pense qu’il faut que nous arrêtions de nous positionner par rapport à la FI.

    Reconstruisons notre parti, soyons plus clairs et plus concrets, agissons en nous donnant à l’heure du numérique de nouveaux moyens internes pour notre fonctionnement propre et externes pour la communication interactive avec nos concitoyen-ne-s.

    Si nous nous retrouvons avec les adhérent-e-s de la FI sur certaines propositions et dans certains combats, tant mieux. Sinon en cas de positionnements différents, voire contraires comme sur le nucléaire, apprenons justement à expliquer nos différences voire nos divergences sans acrimonie et agressivité pour que nos concitoyen-ne-s comprennent le mieux possible et puissent se déterminer en connaissance de cause. Même si je sais que c’est très difficile avec certains militants intégristes du PG qui noyautent la FI.
  • a pris position defavorable 2018-03-15 20:46:51 +0100
  • a commenté 2018-03-15 13:28:30 +0100
    Il m’apparaît que le Parti Communiste Français n’a pas à s’allier avec une telle nébuleuse, qui a démontré jusqu’à la nausée que la France Insoumise n’avait aucune volonté de démocratie. Les déclarations tonitruantes de son “premier de cordée” Jean-Luc Mélenchon n’avaient pour but que faire parler de lui-même. Pour ma part, je ne vois pas un début de proposition de projet, à part changer de République. Celui qui hurle n’est que rarement celui qui sait.
    En cela, le Parti Communiste a engrangé un certain retard, puisqu’il n’est pas évoqué dans les sondages télévisuels ou radiophoniques. Le Congrès doit donc, à mon sens, permettre de se donner les moyens pour se réorganiser, se remettre en “ordre de bataille”, comme on dit, et repartir dans les batailles politiques. Néanmoins, si je suis naturellement d’accord avec les luttes, cela ne suffira jamais à un parti pour se transformer de parti de contestation en parti de gouvernement. Or c’est bien cela qui doit être en ligne de mire. Si La France Insoumise veut rejoindre le Parti Communiste dans une démarche de gouvernement, Qu’elle se déclare. Mais ce n’est pas au Parti Communiste de lui courir après. Réorganisons-nous, faisons apparaître le Parti Communiste de façon plus claire dans les médias, et nous verrons que la puissance réelle mais sous-exploitée du Parti Communiste pourra servir à faire venir à lui des partenaires. La France Insoumise n’est qu’une nébuleuse, c’est-à-dire un “Ensemble de choses dont les relations sont imprécises et confuses” (Dictionnaire Larousse). Voilà pourquoi cette planète peut être considérée comme une étoile filante. On n’y pense plus deux jours après son passage !
    Fraternellement,
    Hervé EIDELMAN-BOMPARD
  • a pris position defavorable 2018-03-15 13:28:30 +0100
  • a commenté 2018-03-11 18:58:03 +0100
    Salut Etienne
    A la lecture comparée de “l’avenir en commun”(FI) et de la “France en commun”(PCF) on constate qu’à plus de 90% ces programmes sont très proches , et pour cause ils sont tous les deux nés d’un enrichissement de “l’humain d’abord”
    Dans ces conditions dire que FI est “profondément anti communiste” est une erreur d’appréciation qui conduit nécessairement à une posture stratégique elle même erronée.
    Les signes de faiblesses de FI hors période électorale ne doivent pas nous tromper non plus sur le fait que justement ce mouvement est essentiellement une machine électorale et qu’il est fait pour renaitre précisément en période électorale, ne nous illusionnons pas en conséquence sur le caractere supposé éphémère de l’effet électoral FI.

    Mon propos ne suggère en aucune manière ni la liquidation du Parti ni la Fusion avec FI, il s’agit d’élaborer une posture intelligente qui ne nous coupe pas de cette masse populaire qui suit le moment électoral FI.

    Fraternellement
  • a commenté 2018-03-11 13:01:10 +0100
    La France Insoumise est un PS bis. Nous sommes la cible a abattre. Le mouvement n’existe que virtuellement et ceux qui l’incarnent sont entrain de le détruire de l’intérieur.
    Pour ma part, je pense plutôt que notre congrès, doit nous permettre de nous poser les questions de notre fonctionnement, de nos orientations et ce afin de stopper l’effacement du PCF et non l’accélérer par la fusion avec un mouvement moribond et profondément anti-communiste.
  • a pris position defavorable 2018-03-11 13:01:10 +0100
  • a commenté 2018-03-10 13:32:56 +0100
    Bonjour Gauthier
    Je comprends ta remarque mais il faut pour survivre et se développer que le parti adopte une approche qui évite son isolement.
    L’adhésion des communists et leur implication dans de nombreux mouvements ou organisation n’est pas une nouveauté et depuis longtemps elle s’est posée comme un élément essentiel de leur rayonnement( CGT/FSU/mouvement de la Paix/Secours populaire et plein d’autres…)
    La FI est encore un mouvement, idéologiquement très compatible avec nos idées et il a capté une part importante de l’électorat communiste en particulier pour les raisons que j’expose dans ma contribution.
    Trouver une posture adaptée et positive est à mon avis un moyen justement d’eviter La liquidation du Parti et une réponse essentielle à apporter lors de ce congrès

    Fraternellement
  • a commenté 2018-03-10 08:01:56 +0100
    Bonjour Yves,
    Je souhaiterais plutôt pour ma part que le Congrès porte plutôt sur le Parti, sa vie, les camarades, le programme, le monde tel que nous le voudrions et comment tout cela s’organise et se matérialise.
    Je ne souhaite pas devenir un supplétif ou faire de l’entrisme pour tel ou tel parti politique qui a son programme, son agenda, ses méthodes, ses intérêts propres à nécessairement distinguer de ceux de notre Parti.
    Après, pour certaines personnes se pose la question au fond de la liquidation du Parti et pourquoi ne pas en parler pour que chacun prenne ses responsabilités.
  • a pris position defavorable 2018-03-10 08:01:55 +0100
  • a publié dans Nouveaux modèles d'organisation 2018-03-03 12:37:56 +0100