Amendements - Bilan critique - Congrès PCF

Bilan critique
Contributeurs :

Page : 6 et 7 Ligne : 2 à 55 et 1 à 13 Un bilan critique Sur la longue période nous avons essayé à plusieurs reprises d'engager des initiatives politiques pour favoriser le plus large rassemblement des hommes et des femmes qui aspirent à un profond changement dans notre société. C'est dans ce cadre que dès 2008/2009 nous prenons les initiatives qui nous mènerons au Front de gauche. Malheureusement cette expérience, par moment très enthousiasmante, se solde par un échec. Les raisons de cette échec sont multiples. Ils y a celles qui relèvent de nos partenaires mais il y a aussi les nôtres. Des erreurs plus faciles à corriger car elles dépendent que de nous. - La persistance de faire prévaloir des stratégies à géométrie variable, comme lors des municipales de 2014, rendant totalement inaudible notre positionnement. - L'hésitation de faire passer un cap au Front de gauche en freinant, par exemple, la mise en place d'espaces locaux du Front de gauche. - Nos erreurs d'appréciation sur la séquence 2016-2017, avec la tentation d'aller aux primaires avec le PS, sous-estimant par ailleurs l'ampleur du rejet du PS par l'électorat. C'est sur la base de ces erreurs d'appréciations à répétition que nous avons abordé l'année 2016, en tardant à prendre la décision sur notre choix pour la présidentielle et à aller à un accord législatif avec FI.

Les commentaires

  • a commenté 2018-11-10 17:13:40 +0100
    La lecture de notre histoire par Robert Ingey est “spéciale”. Il faut dire que c’est un des grands acteurs de notre effacement depuis plusieurs années.
    Chaque communiste a le droit de changer et notamment de ne plus croire en son parti. Le respect des camarades exige, à tout le moins de l’afficher et le dire clairement.
  • a publié dans Amendements
    Bilan critique
    2018-11-06 20:34:48 +0100