Amendements
Pour une nouvelle stratégie de rassemblement et d'unité populaire - Congrès PCF

amendement de la cellule côte vermeille adoptée à l'unanimité
Contributeurs :

. le rassemblement page 70 fin du chapitre 3.1 nous avons à tenir compte des expériences passées depuis 1936, des échecs des accords de sommet, adapter nos stratégies au contexte d'aujourd'hui, à l'actualité du communisme et notre conception du dépassement. Dans un contexte de lutte de classes intenses, tout est mouvement, ce qui implique d'impulser des dynamiques, de répondre rapidement aux évolutions. L'autonomie du PCF est un élément indispensable, mais ce n'est pas le seul. Un accord global dessaisit les citoyens des évolutions nécessaires en fonction des luttes, qui peuvent être intenses ("vous vous êtes mis d'accord, réglez le problème entre vous"). Pour laisser en permanence la démocratie s'exprimer, le chemin vers un changement de société doit être mouvant avec les luttes, les avancées, les difficultés. Plutôt que des accords globaux, il nous faut concevoir une dialectique entre initiatives communistes, luttes, accords entre acteurs de ces luttes, partis de gauche qui illustrent cette stratégie: tracer un chemin. Ces accords, y compris gouvernementaux, doivent reposer sur une autonomie acceptée entre partenaires (pas de solidarité globale), accord sur les points devenus majoritaire dans la population, en laissant ouvertes les autres questions. Pour donner le primat en permanence à l'intervention populaire, créons des espaces locaux, permanents, d'interventions politiques le plus près possible des "gens", pourquoi pas des assemblées citoyennes. Il faut le souligner, c'est un bouleversement inédit de la vie politique que nous proposons ainsi. A commencer par une conception totalement nouvelle de la majorité. Pour jouer tout son rôle, celle-ci doit cesser d'être aux ordres de l'exécutif -président de la République et gouvernement. Ses décisions -dans tout ce qui concourt à la gestion du pays- résultent des travaux du Parlement, qui reprend le primat dans les institutions et redevient véritablement la représentation nationale. Ceci appelle un va et vient constant entre, d'une part, l'élaboration et l'expression des exigences populaires en tout domaine et, d'autre part, le travail législatif qui doit les mettre en forme et en œuvre. Nous sommes au cœur de notre projet constitutionnel pour une 6ème République.

Les commentaires