Le Parti et les classes populaires, au travail comme dans la cité - Congrès PCF

Le Mouvement des Forces progressistes : pourquoi pas ?
Contributeurs :

Camarades, Il m’apparaît que le Parti Communiste Français a devant lui une formidable opportunité grâce à la gestion catastrophique et inquiétante du Chef-comptable du FMI envoyé à l'Elysée. D'abord, il ne fait pas de politique, il compte. Ensuite, ils n'aiment pas le peuple, il se demande comment tout prendre comme argent à ce magma "qui n'est rien". Et faire copain-copain avec les plus riches. Décidément, son narcissisme n'est plus caché. Ensuite, à part ses décisions des années 80 à la Margaret Thatcher, Première Ministre de mai 1979 à novembre 1990, mais comme un débutant, le grand changement n'est qu'une illusion. En fait, il se comporte comme un posticheur que l'on croise sur les marchés, et qui à force de parler, de faire rêver, vous vend des produits inutilisables ou totalement bidons. Il ne reste aux Communistes et à d'autres citoyens qu'à se rapprocher des gens et d'analyser et d'agir. Le Mouvement des Forces Progressistes permettrait de créer cette dynamique. Si des citoyens ne souhaitent pas adhérer au Parti communiste, il peuvent néanmoins avoir envie d'agir là où ils sont, avec les moyens qu'ils ont. En se regroupant, nous pourrons alors diffuser nos thèses programmatiques, nos idées, nos espoirs, notre envie de changement dans l'intérêt des citoyens. Des profs, des agriculteurs, des Chefs d'entreprise, des Médecins, la Jeunesse, des retraités, des artisans, tout le monde est concerné par le Mouvement des Forces Progressistes. Sans adhésion, juste regroupés en Comités locaux, régionaux, pour agir dans tous les domaines de la vie quotidienne. Il n'est pas nécessaire que les Responsables de section animent ce genre de chose. Ce qui convient, c'est de créer une dynamique, par voie d'affiche, par exemple, par du porte-à-porte, pour appeler les citoyens à participer à une action concrète. Cela ressemble sans doute à ce que tente d'organiser Monsieur Méchant long, mais le message, le but n'est pas même. La parole, les idées ne sont pas les mêmes. On peut aussi envisager, là où c'est possible, là où la volonté existe, de monter un barnum, un stand, pour appeler les citoyens, à réfléchir, à agir sur des sujets plus importants. Ces actions pourraient être coordonnées avec plusieurs de ces événements, dans une région, par exemple (Je pense à Wauquiez... !). Proximité, actions concrètes, rappel de nos valeurs et de nos idéaux, de nos actions, de nos buts, voilà à quoi servira le Mouvement des Forces Progressistes. Tout simplement à rassembler les gens cabossés, ceux qui vont l'être, ceux qui sont solidaires, quelle que soit leurs conditions. Hervé EIDELMAN-BOMPARD Simple militant à jour de son adhésion

Les commentaires