Nouveaux modèles d'organisation - Congrès PCF

Vers un communisme municipal du XXIème siècle
Contributeurs :

Version complète de cette contribution ici : http://www.calameo.com/read/000776167510ac28dc51f Les héritages du « communisme municipal » sont l’une des forces actuelles du Parti Communiste Français. Des milliers d’élu-es communistes s’engagent chaque jour au plus près de leurs populations, et les municipalités communistes sont le terrain de politiques publiques innovantes, pensées et mises en œuvre dans une volonté de servir les intérêts populaires. Les « banlieues rouges » occupent encore une place particulière dans l’imaginaire politique de beaucoup de français, bien que l’audience nationale de notre parti se soit fortement réduite ces dernières décennies. Éducation populaire, culture, politiques sociales… mais aussi aménagement du territoire au sens large (Santé, transports, urbanisme, logement, etc) sont autant de terrains sur lesquels les élu-es communistes incarnent une pratique originale, parce-qu’au service du plus grand nombre. Héritée des conquêtes électorales de 1947 et de 1977, l’implantation des élu-es communistes est encore considérable, faisant du PCF le 4ième parti de France sur ce plan (derrière LR, l’UDI et le PS). Pourtant, le modèle est aujourd’hui en butte à des difficultés, et le contexte politique nous contraint à réinterroger nos pratiques, sous peine d’être dépassés par les événements et de perdre pied sur ce terrain. Pour éviter d'être pris dans l' « effet ciseaux » des politiques libérales, entre austérité imposée et mutation du paysage institutionnel, nous sommes confrontés à un impératif d'évolution dans nos fonctionnements et nos pratiques. Nous avons la capacité de conquérir une nouvelle visibilité politique, en articulant plus finement l'action du Parti et celle des élu-es communistes et apparenté-es, autour d'un fil conducteur : se poser en défenseurs des intérêts populaires au cœur de la Cité, dans l'action. Par ailleurs, la construction de projets métropolitains et intercommunaux offensifs permettra de prolonger l'ambition du Communisme municipal, en fédérant une large diversité de forces sociales progressistes. Si nous combattons l'évolution des leviers de pouvoirs locaux, en tant que communistes nous ne pouvons pas nous abstenir d'y porter le combat de classes avec les armes d'aujourd'hui. Cette voie n'est évidemment pas la seule qui doive être explorée, mais je suis convaincu qu'elle est essentielle pour tirer le meilleur d'une part importante de notre héritage collectif du XXème siècle et en projeter la force émancipatrice dans ce début de XXIème siècle !

Les commentaires

  • a commenté 2018-03-16 00:32:52 +0100
    A ce titre, beaucoup de partis (UDI en premier qui applique partout la même politique municipale, désastreuse, mais cohérente et qui s’applique partout avec la même recette), le niveau national sert à établir une ligne directrice de ce qu’il faut faire dans l’ordre au niveau municipal pour nos nouveaux élus pour administrer une ville. Il faudrait que le parti soit le lieu de la mise en commun de l’expérience des élus municipaux déjà au pouvoir, avec des questions et des réponses, comme “quelles sont les grandes étapes pour revenir à des régies publiques”, “comme aider localement à ce que l’école devienne émancipatrice avec les élèves au centre du système éducatif”, “Quelle politique culturelles et sportives”, “Comment devenir une ville en transition”…Bref un programme communiste, déclinable au niveau municipal.
  • a pris position important 2018-03-16 00:32:52 +0100
  • a pris position favorable 2018-03-16 00:32:52 +0100
  • a commenté 2018-03-11 19:14:06 +0100
    l’échelon municipal est a coup sur un sujet qui mérite une véritable révision de notre stratégie politique pour la rendre plus cohérente et en particulier intégrer un tronc commun à toutes les collectivités sur les principes défendus par le PCF dans la gestion citoyenne de la municipalité.

    Aujourd’hui on ne perçoit pas le tronc commun de la vision communiste pour la gestion des villes et l’impression qui ressort est que chaque équipe établit localement des programmes qui n’ont pas nécessairement une âme commune.

    je ne pense pas non plus que le support du parti auprès des élus est déterminant de leur pratique , alors que nous pourrions renforcer fortement la compétence et la cohésion de nos élus au travers notamment d’outils numériques spécifiques
    Fraternellement
  • a pris position favorable 2018-03-11 19:14:06 +0100
  • a commenté 2018-02-10 19:43:05 +0100
    Une contribution tout à fait appropriée. Faire de nos positions institutionnelles des leviers pour se renforcer et non une fin en soi… Ne soyons pas complices de l’austérité. Il est important de mettre le curseur en matière de stratégie électoraliste au bon niveau, soit, non pas comme une priorité, mais comme un outil de développement de notre projet politique.
  • a pris position important 2018-02-10 19:43:05 +0100
  • a publié dans Nouveaux modèles d'organisation 2018-02-07 14:46:53 +0100