Amendements - Bilan critique - Congrès PCF

A réécrire totalement
Contributeurs :

Ce texte est ultra-faible, pour ne pas dire indigent et doit être réécrit entièrement. Il doit apporter des réponses complètes et claires pour expliquer notre déclin depuis les années 1970 lorsque nos adversaires ont décidé de changer le cours des choses ayant résulté de l'après seconde guerre mondiale. Il doit aussi chercher des causes de notre affaiblissement dans ce qui se passe aujourd'hui dans le monde, et particulièrement dans les derniers pays dirigés par des parti communistes ou assimilés (Chine, Cuba, Vietnam, Corée du Nord, ...) Et surtout ne pas en arriver à nous auto-flageller ou à flageller nos directions successives, qui, comme chacun le sait, sont toujours à l'image de ceux qui sont administrés.

Les commentaires

  • a commenté 2018-10-22 08:32:49 +0200
    Dans ce que nous devons analyser pour bien comprendre ce qui se passe dans notre pays, en Europe et dans le monde, il faut s’interroger sur ce qui se passe dans les anciens pays de l’Est ou dans ceux d’Amérique du Sud qui se tournent vers l’extrême-droite après des expériences de plusieurs années de socialisme, parfois spécifique au pays concerné.

    Comment analysons-nous par exemple ce racisme des peuples des pays de l’Est dont on aurait pu penser qu’ils penchaient plutôt du côté de la solidarité, comportement et vertu qui leur seraient restés du passé socialiste?
  • a commenté 2018-10-18 09:09:06 +0200
    Les fermetures d’entreprise qui sont allées en s’accélérant comme les plans de réduction d’effectifs ont entrainé une perte de confiance en leurs dirigeants et en eux-mêmes, y compris parmi les militants les plus aguerris jusque là. Les échecs des syndicats dans les entreprises alors qu’ils étaient à priori mieux armés que les partis politiques pour faire face ont été suivis ensuite par l’incapacité des partis de s’opposer aux manœuvres régressives successives européennes, nationales et régionales (hormis 2005 contre le projet de traité européen, combattu aussi par le FN).

    Personnellement j’ai vécu un premier plan massif de licenciements (20% du personnel) en 1993 sur Nanterre qui a fait ensuite éclater le syndicat CGT et disparaitre notre cellule communiste, avec l’éloignement dans les 2 cas de nombreux camarades. J’ai été profondément marqué alors par la similitude des discours des responsables CGT et PCF qui ne nous apportaient en fait aucune aide concrète. Pourtant, par exemple, nous aurions pu être préparés par notre fédération CGT aux différentes phases rencontrées chez les salariés au fur et à mesure du passage des différentes étapes du plan. Nous avons obtenu un suivi des licenciés sur de longues années mais le nombre final est resté le nombre initial!

    C’est de là qu’est advenu mon éloignement du PCF qui sera acté pour moi vers l’an 2000 alors pour une quinzaine d’années, pendant lesquelles j’ai lu le journal Le Monde au lieu de l’Humanité.

    Et aussi, mon moindre engagement dans le syndicat qui s’arrêtera aussi, pour 5-6 ans à partir de 2001 lorsque j’ai changé de filiale au sein de mon groupe.

    Enfin, je m’interroge aujourd’hui sur la campagne menée à l’époque des années 80 avec mon père sur le “Produisons Français” qui, juste sur une grande partie du fond, a pu malheureusement conduire nombre de citoyen.ne.s à basculer vers l’extrême-droite, à l’aune d’un slogan plutôt douteux de nos jours, vous en conviendrez j’espère.

    Nous n’avons pas pris la mesure des contre-offensives de nos adversaires, alors que pourtant nous avions des analyses riches quasi-immédiates de ce qui se passait ou se préparait ou pouvait arriver.
  • a publié dans Amendements
    Bilan critique
    2018-10-17 20:21:00 +0200