Le Parti et les classes populaires, au travail comme dans la cité - Congrès PCF

Concrétiser la voie ... des sans voix
Contributeurs :

Bonjour à tous, J'ai 34 ans, je suis en France depuis Avril 2012, et maintenant français (depuis Novembre 2017), J'ai constaté, malgré moi, la mise à l'écart d'une partie visible de nos concitoyens ("administrativement" récents, en passe de le devenir ou en pleine réflexion)... une mise à l'écart du débat national. Et pourtant ils sont parfois nos voisins, nos collègues, nos commerçants , des membres de notre famille...etc. Bref, des citoyens comme tous les autres. Malgré un droit de vote, acquis, de plein droit, par la citoyenneté "Française"... ils n'osent pas s'exprimer sur des sujets aussi importants que la gestion de nos communes, nos quartiers, notre économie ...etc. Au-delà du travail remarquable de plusieurs associations (de terrain), il existe un manque de considération généralisé. En pratique, ils ont le sentiment de devoir subir des orientations dictées par les autres ; soit par gêne ("on ne doit pas déranger, donc je ne dit rien"), soit par un sentiment de complexe, développer par la pression de l'histoire ("je m'exprime mal en français", " je ne suis pas important(e)", "je reste un(e) étranger(e)"). Nous devons, nous communistes, fraternellement, pédagogiquement et concrètement nous rapprocher de cette part de nos concitoyens ... afin, de mieux partager nos idéaux et nous faire la caisse de résonance de ces voix. Comment faire ? , et bien, en sus de nos actions, se rapprocher quotidiennement d'eux, sur le terrain, le jour du marché, la sortie des écoles, la sortie des mosquées, des églises, des synagogues , des bibliothèques ..etc Et parfois, mettre en avant nos camarades maitrisant plusieurs langues (ou dialectes) .... se faire le miroir de nos semblables. En synthèse, ma suggestion porte sur un déploiement (plus vaste) de notre représentation dans les lieux populaires... là justement ou se retrouvent malgré eux (nous) ceux qui partagent le même bateau. Fraternellement, Lamine

Les commentaires