La révolution numérique - Congrès PCF

Contrôle du net
Contributeurs :

Derrière la question du contrôle du net il faut voir plusieurs questions sur lesquelles nous devrions travailler. La liste données ici n'est pas exhaustive, d'autres contributeurs devraient évidemment la compléter.


Il s'agit en premier lieu d’utiliser nos expressions communistes (et des expressions compréhensibles par tous) pour éviter la nov langue utilisée par certains sans doute pour noyer le poisson dans l'eau.


1) Démocratie du net (ou en nov langue, certainement, la neutralité du net):

Il est important que de nombreux choix et de nombreuses idées puissent figurer sur le net. Il n'est pas possible que les GAFAM (Google Amazon Facebook Apple Microsoft) contrôlent le net un peu comme des grandes familles capitalistes contrôlent la presse écrite. Il faut rétablir la démocratie en donnant la possibilité à chacun de pouvoir s'exprimer et de pouvoir exprimer une idée.


Les algorithmes des GAFAM (je pense principalement à google et facebook) ont mis en place des systèmes qui, par exemple, par les fermes du cliques permettent de ne faire voir que certaines choses. C'est ici la logique capitaliste, celui qui paye est en premier, celui qui ne paye pas ou peu est quasiment invisible. Il est donc nécessaire de tout mettre en œuvre pour que le prolétariat du net soit aussi visible avec les mêmes accès et droits que le 1%.


Derrière la question du contrôle du net il faut voir plusieurs questions sur lesquelles nous devrions travailler. La liste données ici n'est pas exhaustive, d'autres contributeurs devraient évidemment la compléter.


Il s'agit en premier lieu d’utiliser nos expressions communistes (et des expressions compréhensibles par tous) pour éviter la nov langue utilisée par certains sans doute pour noyer le poisson dans l'eau.


1) Démocratie du net (ou en nov langue, certainement, la neutralité du net):

Il est important que de nombreux choix et de nombreuses idées puissent figurer sur le net. Il n'est pas possible que les GAFAM (Google Amazon Facebook Apple Microsoft) contrôlent le net un peu comme des grandes familles capitalistes contrôlent la presse écrite. Il faut rétablir la démocratie en donnant la possibilité à chacun de pouvoir s'exprimer et de pouvoir exprimer une idée.


Les algorithmes des GAFAM (je pense principalement à google et facebook) ont mis en place des systèmes qui, par exemple, par les fermes du cliques permettent de ne faire voir que certaines choses. C'est ici la logique capitaliste, celui qui paye est en premier, celui qui ne paye pas ou peu est quasiment invisible. Il est donc nécessaire de tout mettre en œuvre pour que le prolétariat du net soit aussi visible avec les mêmes accès et droits que le 1%.


Pour autant il ne s'agit pas d'un net neutre comme certains le voudraient. Que veut dire la neutralité ou l'objectivité ? Par notre histoire personnelle, notre vécu personne ne peut être objectif (à moins d'être dieu). Nous avons des avis que nous pouvons échanger discuter. L'idée Communiste, notre vision du monde est subjective et nous ne demandons pas à tous d'avoir la même vision unique des choses. Il en va de même sur le net, il faut que toutes les idées respectables (voir le point sur la police du net) puissent s'exprimer sans entrave. C'est cela selon moi la démocratie.


2) Rapport de force du net (tient c'est bizarre là il n'y a pas d'expression de la nov langue)

La conclusion du point précédent amène évidemment à ce second point qui est le rapport de force dans le net. Il faut bien comprendre que le rapport de force des grandes entreprises du net est tel que les petits n'ont aucun poids. Il y a là une espèce de lien de subordination qui est mis en place. Microsoft est quasiment mis obligatoirement sur tous les ordinateurs ne serait-ce que par son système d'exploitation windows. Word est une forme de standard (mais c'est grâce à Libre office de moins en moins vrai). Microsoft a créé de nouveaux standards soit disant ouverts autour de ses applications que sont Word Excel et consort. Les logiciels libres se sont adaptés et les ont intégrés, mais l’inverse s’est fait vraiment attendre.


Derrière la question du contrôle du net il faut voir plusieurs questions sur lesquelles nous devrions travailler. La liste données ici n'est pas exhaustive, d'autres contributeurs devraient évidemment la compléter.


Il s'agit en premier lieu d’utiliser nos expressions communistes (et des expressions compréhensibles par tous) pour éviter la nov langue utilisée par certains sans doute pour noyer le poisson dans l'eau.


1) Démocratie du net (ou en nov langue, certainement, la neutralité du net):

Il est important que de nombreux choix et de nombreuses idées puissent figurer sur le net. Il n'est pas possible que les GAFAM (Google Amazon Facebook Apple Microsoft) contrôlent le net un peu comme des grandes familles capitalistes contrôlent la presse écrite. Il faut rétablir la démocratie en donnant la possibilité à chacun de pouvoir s'exprimer et de pouvoir exprimer une idée.


Les algorithmes des GAFAM (je pense principalement à google et facebook) ont mis en place des systèmes qui, par exemple, par les fermes du cliques permettent de ne faire voir que certaines choses. C'est ici la logique capitaliste, celui qui paye est en premier, celui qui ne paye pas ou peu est quasiment invisible. Il est donc nécessaire de tout mettre en œuvre pour que le prolétariat du net soit aussi visible avec les mêmes accès et droits que le 1%.


Pour autant il ne s'agit pas d'un net neutre comme certains le voudraient. Que veut dire la neutralité ou l'objectivité ? Par notre histoire personnelle, notre vécu personne ne peut être objectif (à moins d'être dieu). Nous avons des avis que nous pouvons échanger discuter. L'idée Communiste, notre vision du monde est subjective et nous ne demandons pas à tous d'avoir la même vision unique des choses. Il en va de même sur le net, il faut que toutes les idées respectables (voir le point sur la police du net) puissent s'exprimer sans entrave. C'est cela selon moi la démocratie.


2) Rapport de force du net (tient c'est bizarre là il n'y a pas d'expression de la nov langue)

La conclusion du point précédent amène évidemment à ce second point qui est le rapport de force dans le net. Il faut bien comprendre que le rapport de force des grandes entreprises du net est tel que les petits n'ont aucun poids. Il y a là une espèce de lien de subordination qui est mis en place. Microsoft est quasiment mis obligatoirement sur tous les ordinateurs ne serait-ce que par son système d'exploitation windows. Word est une forme de standard (mais c'est grâce à Libre office de moins en moins vrai). Microsoft a créé de nouveaux standards soit disant ouverts autour de ses applications que sont Word Excel et consort. Les logiciels libres se sont adaptés et les ont intégrés, mais l’inverse s’est fait vraiment attendre.


Comment faire donc en sorte que le libre puisse être plus important. Ici je rappellerai bien volontiers l'histoire de Netscape -> Firefox face à Internet Explorer. Le combat a été rude mais par des nouveautés et parce que microsoft s'est endormi sur ses lauriers, Firefox a pu devenir incontournable. Mais attention, Firefox est massivement financier (sponsorisé dans la nov lang) par Google. Ce financement leur a permis de prendre connaissance de fonctionnement et de mettre en place Chrome. Il n'est pas dit que lorsque Google considérera avoir suffisamment de connaissance, que Google continuerait à financer Firefox. C'est la même chose avec Linux (et même certaines distributions de Linux tel que Kubuntu ou autres) lui même en partie financé par microsoft. Android est un Linux, OS-X (le système d'exploitation d'apple) est réalisé sur un noyaux Free-BSD (un Unix libre comme Linux).


La question du rapport de force est capital puisqu'elle permet de maintenir des nouveaux développement, de la recherche... Il faut donner un poids plus fort au libre pour qu'il puisse continuer à se développer. Cela revient à la première question, la démocratie du net avec un contrôle citoyen du net avec un contrôle par les différents acteurs pour qu'il n'y ait pas une classe (une catégorie d'entreprise) qui domine le net au détriment du reste.


Mais cela pose aussi la question des moyens à utiliser dans cette lutte de rapport de force: pour une application donnée en cherchant bien sur le net nous trouverons un grand nombre de solution différentes. La question est donc de savoir s'il faut développer une concurrence libre et non faussée (avoir des projets concurrents) ou une coopération entre ces développements. L’organisation en coopération est ici une question importante.


Pour illustrer le cas de la concurrence libre et non faussée, je donnerai l'exemple des assurances, elles offrent toutes les mêmes grands classiques. C'est dans le détail qu'on y voit des différences et le citoyen lambda s'y perd. Les Communistes doivent proposer ici aussi un autre modèle de développement.


Un système de coopération (une coopérative) partage les moyens et les idées. Pour autant comment faire en sorte que la coopération ne soit pas non plus un frein? Faire le même développement dans différentes équipes et différents lieux n'est pas forcément source de véritable création même si cela peut l'être. C'est là encore le contrôle par les différents acteurs (développeurs et utilisateurs à minima) qui pourrait répondre à la question.


3) Police et responsabilité dans le net (ou contrôle entre autre des fakenews pour parler nov langue):

Il me semble que si la démocratie est nécessaire sur le net, cela ne peut se faire sans des intervenants responsable avec des contraintes et des protections.


Nous nous battons contre les idées répugnantes par exemple du FHaine laissées sur le net. Leur principe c'est de distiller beaucoup d'information fausses et mensongères quitte à condamner après coup le responsable quand il est reconnu. C'est bien là le problème.


Pour illustrer le cas de la concurrence libre et non faussée, je donnerai l'exemple des assurances, elles offrent toutes les mêmes grands classiques. C'est dans le détail qu'on y voit des différences et le citoyen lambda s'y perd. Les Communistes doivent proposer ici aussi un autre modèle de développement.


Un système de coopération (une coopérative) partage les moyens et les idées. Pour autant comment faire en sorte que la coopération ne soit pas non plus un frein? Faire le même développement dans différentes équipes et différents lieux n'est pas forcément source de véritable création même si cela peut l'être. C'est là encore le contrôle par les différents acteurs (développeurs et utilisateurs à minima) qui pourrait répondre à la question.


3) Police et responsabilité dans le net (ou contrôle entre autre des fakenews pour parler nov langue):

Il me semble que si la démocratie est nécessaire sur le net, cela ne peut se faire sans des intervenants responsable avec des contraintes et des protections.


Nous nous battons contre les idées répugnantes par exemple du FHaine laissées sur le net. Leur principe c'est de distiller beaucoup d'information fausses et mensongères quitte à condamner après coup le responsable quand il est reconnu. C'est bien là le problème.


Il faut que les lois soient aussi respectées sur le net. Cela a pour première conséquence qu'il serait nécessaire de pouvoir agir sur le net qu'en assumant ce que l'on y fait. Cela est évidemment aussi problématique: s'identifier avec son nom (et non pas un pseudo) sur nos états généraux peut aussi être dangereux. Pour ma part être visible sur le net est compliqué au regard par exemple de nos professions. Un peu comme passer d'un syndicalisme de l'ombre à un syndicalisme actif et visible bloquant dans les faits des évolutions de carrière.


Des solutions existent, il faut ici s’en donner les moyens et que l’état ici légifère.


4) Maîtrise des données personnelles:

La démocratie du net c'est aussi la maîtrise des informations que chaque utilisateur laisse à son insu. Les objets connectés peuvent être une avancée de société à condition que les usagers maîtrise ce qui est fait de leur données. Il faut ici mettre en place des lois et des contrôles de la part de l'état pour permettre à chacun de se protéger, d'être protéger et de pouvoir agir en connaissance de cause.


Cela a aussi comme première conséquence qu'il faut imposer mettre en place des serveurs de données partagé et surtout non regroupé. Pourquoi ne pas mettre en place des serveurs dans chaque départements et métropoles histoire que le nuage (le Cloud) ne soit pas localiser que dans une région du monde. C'est ici partager les informations.




(texte supprimé)


Je proposerai ici une première idée. Un peu comme avec gpg (le libre du PGP) il s'agirait de publier une empreinte sur des serveurs. Il ne serait possible de publier sur le net qu’avec une telle empreinte. Associé à cette empreinte la véritable identité (nom et prénom par exemple) serait masquée, et plusieurs pseudo pourraient y être attachés. Ces pseudo seraient eux la partie visible et normale d’apparaître sur le net permettant de rester « anonyme » si on le souhaite et tant que les règles sont respectées. Comme ces différents pseudo sont tous liés à une même empreinte, si un pseudo ne respecte pas des règles établies, une commission (la police du net ou la justice) pourrait faire le lien entre le pseudo et l'identité réelle de la personne pour pouvoir prendre les dispositions et sanctions nécessaires en cas d’abus.


Cela a aussi comme première conséquence qu'il faut imposer mettre en place des serveurs de données partagé et surtout non regroupé. Pourquoi ne pas mettre en place des serveurs dans chaque départements et métropoles histoire que le nuage (le Cloud) ne soit pas localiser que dans une région du monde. C'est ici partager les informations.




(texte supprimé)


Je proposerai ici une première idée. Un peu comme avec gpg (le libre du PGP) il s'agirait de publier une empreinte sur des serveurs. Il ne serait possible de publier sur le net qu’avec une telle empreinte. Associé à cette empreinte la véritable identité (nom et prénom par exemple) serait masquée, et plusieurs pseudo pourraient y être attachés. Ces pseudo seraient eux la partie visible et normale d’apparaître sur le net permettant de rester « anonyme » si on le souhaite et tant que les règles sont respectées. Comme ces différents pseudo sont tous liés à une même empreinte, si un pseudo ne respecte pas des règles établies, une commission (la police du net ou la justice) pourrait faire le lien entre le pseudo et l'identité réelle de la personne pour pouvoir prendre les dispositions et sanctions nécessaires en cas d’abus.


Pour être encore plus concret: je pense que lors de notre inscription sur ce forum (congres2018.pcf.fr) il faudrait une inscription par exemple avec un pseudo (visible par tous et chacun peut faire le choix d'y mettre sa véritable identité) et une identité (en tant que membre du parti) confirmée par cociel. Si une personne dérape (propos fascistes par exemple) même sous un pseudo, la "police" de ce forum pourrait recadrer (voir interdire sous différentes formes lecture/écriture) cette personne identifiée même si elle utilise un autre pseudo. En liaison avec les points précédents il est évident que la "police" du net doit elle même être contrôlée démocratiquement avec un rapport de force qui ne privilégie pas certains au détriment d'autres (rapport de force). Il ne s’agit pas d’abuser mais bien de garder un contrôle sur les intervenants, un contrôle, une police qui doit être sous le contrôle des intervenants pour ne pas en venir à des systèmes autoritaires.

Les commentaires