Nouveaux modèles d'organisation - Congrès PCF

QUEL PARTI POUR DEMAIN
Contributeurs :

Le parti doit s’afficher comme tel, un parti révolutionnaire, écologiste, pacifiste. Les gens, qu’il s’agisse des plus populaires ou des intellectuels conscients, sont tout à fait prêts à faire leur un programme offensif en matière de démocratie, de prise du pouvoir dans toute les sphères de la société par tous les citoyens, de sauvetage de la biodiversité. C’est en partageant des utopies qu’on parvient à changer le réel. Il est temps que le Parti s’assume lui-même, mette en avant des leaders communistes, avance ses propositions révolutionnaires sans se préoccuper de savoir si tel ou tel est susceptible de s’y rallier. Ce n’est qu’en ayant reconstruit l’image du parti qu’on pourra envisager des alliances, et non en continuant de se revendiquer d’un « Front de Gauche » qui n’existe que sur nos affiches. Le fonctionnement des médias oblige aujourd’hui à une présence constante sur le devant de l’actualité, et même si l’anticommunisme sévit, des portes parole et des dirigeants qui ont du charisme, le verbe facile et la formule percutante nous aideront grandement à avoir droit au chapitre. Oui, il faut développer les réseaux, se servir de tous ces moyens, tchater, tweeter, facebooker….. Le site actuel du PCF n’est ni attractif ni convivial, ni réactif, faites l’expérience d’aller sur ce site, et voyez combien de temps vous allez y rester. De même si l’on compare le site de l’Humanité avec celui d’un autre journal, il est lent peu réactif, ne conduit pas à ce que l’on cherche. La modernisation de nos démarches est indispensable, nos élus de la base aux député et sénateurs doivent tous se mettre à communiquer sur les réseaux sociaux de manière continue. La présence sur ces réseaux ne peut remplacer un fonctionnement démocratique, aujourd’hui le militant de base ne sent pas toujours une réactivité entre ce qu’il exprime et ce qui se décide au sommet. La prochaine direction doit être bien plus à l’image du parti, de sa diversité. Le prochain congrès doit dégager une direction moins issue de l’appareil, sélectionner des leaders à la parole efficace, les former à cet effet. Pourquoi n’y a-t-il actuellement personne de Poitou-Charente dans l’organe national ? QUELQUES REMAQUES POUR FINIR L’agenda de travail pour le congrès, dans le chapitre « de quel parti avons-nous besoin » demande « sous quel nom ? ». S’il s’agit là de velléités d’abandonner le nom de Parti Communiste Français il est évident que cela implique des renoncements et des reniements inadmissibles Il faut se distinguer de la « France Insoumise », en tout cas du petit cercle de ses dirigeants. Ceux-ci ont mis en place, à l’instar « d’En Marche » une simili adhésion électronique, qu’ils peuvent contrôler à leur guise. Il n’y a pas de cotisation, pas de carte d’adhérent. On tire au sort des gens sans représentation locale. On s’intéresse beaucoup, en ce moment, au fonctionnement anti-démocratique « "d’En Marche » Il faudrait mettre le nez dans les statuts de l’association « la France Insoumise » et de son pendant de financement. On verrait qu’il s’agit d’une prise de possession de subventions par un petit groupe. Marc BAUHAIN, Section de Royan, Charente Maritime.

Les commentaires