Amendements
Le communisme de notre temps - Congrès PCF

Le communisme du 21ème siècle sera l'éco-communisme
Contributeurs :

je reprends à mon compte la proposition du camarade Christian Chanu, avec quelques modifications de détail d’inclure en page 10 ligne 19 dans le chapitre 3-1 la définition suivante de l’éco-communisme à compléter/corriger collectivement. Début de l’amendement: Le capitalisme mondialisé creuse les inégalités en France et dans le monde, exploite de plus en plus durement les travailleurs, accroît la pauvreté, multiplie les guerres et menace la survie de l'humanité, pour le seul profit d’une minorité d’actionnaires et de milliardaires. Le capitalisme mondialisé connaît des crises, par exemple en 2008 la faillite des banques et de la finance mondiales. Le capitalisme a fait alors payer sa crise aux peuples qui après avoir renfloué la finance avec l’argent public ont subi un chômage et des politiques d’austérité aggravés. Le capitalisme mondialisé n’est pas réformable. Dans sa course folle à l’enrichissement d’une minorité, le capitalisme mondialisé conduit l'humanité à la catastrophe. IL est urgent de changer de société. Les communistes ont pour but l’éco- communisme du 21 ème siècle, la société nouvelle qui permettra la satisfaction des besoins humains, la sauvegarde de l'humanité par la paix et l’écologie, le développement des individus. L’éco-communisme du 21ème siècle est le chemin vers l’Humanité, c’est-à-dire un monde sans discrimination par le sexe, la race ou la condition sociale, un monde sans frontières et en paix. Alors chaque femme et chaque homme sera un citoyen du monde. Cette société nouvelle ne naîtra pas spontanément, ni par une prise de pouvoir violente, ni en une fois par un grand soir électoral. Elle se construira progressivement par les luttes citoyennes pour imposer au capitalisme une transition sociale et écologique. Cette transition poursuivra des objectifs élevés de transformation de la société comme par exemple le droit au travail pour tous, un salaire et une formation à vie, la gratuité de l’éducation, de la santé et des transports en commun, la propriété sociale des biens communs comme l’eau, l’énergie, les communications. La société nouvelle vise l’émancipation des travailleurs car ils décideront à tous les niveaux quoi produire, pour qui et comment. Plus généralement la société éco-communiste redonnera du sens et de l’utilité à nos vies de travail car elles contribueront à la satisfaction des besoins sociaux et environnementaux et non à l’enrichissement sans fin de quelques-uns. Les communistes proposent un ensemble d’objectifs de transformation éco-communistes de la société; ils l’appellent le projet éco-communiste. Ils le mettent en discussion avec toutes et tous ceux qui ont pour objectif la sortie de la société capitaliste et la création d’un nouveau monde. Les communistes agissent pour le rassemblement de ces femmes et de ces hommes en France, en Europe et dans le monde.

Les commentaires

  • a commenté 2018-11-14 16:28:00 +0100
    #pascal lederer a raison dans sa réponse sur un point.
    “salaire à vie et formation”, peut effectivement évoquer la “sécurité emploi-formation”, Et sans doute veut se poser en alternative. Raison de plus de ne pas retenir la formule parce que le 1er terme n’est plus fondé sur une conception connue de la valeur.
    Par voie de conséquence, on peut d’ailleurs considerer que la proposition salaire à vie et formation et sécurité emploi-formation s’opposent aussi sur la question de la durée de le vie professionnelle. Aucune borne dans la première tandis qu’emploi-formation intègre le fait qu’à un moment le salarié du privé n’a plus à passer contrat de travail, puisqu’il est pris en charge en tant que retraité par la solidarité intergénérationnelle et interprofessionnelle. Le régime des fonctionnaires ne relevant pas du contrat, je ne développe. C’est sans objet.

    Finalement, je vois de moins en moins le lien avec le souci de la prise en compte de l’écologie…
  • a commenté 2018-11-14 11:17:28 +0100
    Merci à Francis Velain pour son commentaire
    Ce qui me semble intéressant dans la contribution que j’ai (avec quelques modifs) reprise à mon compte, c’est d’assigner à la lutte pour l’environnement (à travers la dénomination “eco-communisme”) une place indissociable de la lutte sociale pour le dépassement du capitalisme.

    Je partage les critiques de Francis Velain sur le salaire à vie, mais la formulation de Christian Chanu est “salaire à vie et formation”, ce qui évoque la “sécurité emploi-formation”, mais je suis d’accord que la formule est ambigüe. Je pense comme Francis Velain que la mise en cause de la loi de la valeur n’est pas fondée. Quant au fond, sur le “salaire à vie” de Friot, je ne suis pas en mesure de le critiquer de façon indiscutable. Il me semble que dissocier le “salaire” du travail est le problème principal. Cela dit, la notion de “salaire à vie” semble avoir une résonnance bien plus forte dans l’opinion que “sécurité emploi formation (SEF)”. Est-ce seulement une question de lutte idéologique? Voila plusieurs années que le PCF promeut la SEF comme solution au problème de l’évolution des technologies qui entraîne les licenciments dans la société capitaliste, mais cette proposition n’arrive pas à enthousiasmer les salariés. Suivre une formation à 40 ou 50 ans pour retrouver un emploi n’est peut-être pas ce que désirent les salariés menacés de chômage…

    Attention à ne pas isoler une phrase dans un texte pour lui faire dire autre chose que ce qu’il dit…Il est parfaitement vrai que pour la majorité des salariés, le travail n’a pas le sens d’un épanouissement, plutôt celui d’un asservissement. Redonner du sens au travail est une composante de la visée pour le plein épanouissement de chaque personalité humaine. Ce n’est pas exclusif d’autres éléments, mais c’est sans doute l’élément principal.
  • a commenté 2018-11-14 07:20:04 +0100
    “un salaire et une formation à vie” ?
    “Plus généralement la société éco-communiste redonnera du sens et de l’utilité à nos vies de travail” ?

    La liberté ne commence plus au-delà du temps à consacrer aux exigences du règne de la nécessité ? L’émancipation de tous et toutes n’est plus le sens du combat communiste. C’est le travail à vie ?
    Le communisme une société du travail à vie ????

    Je ne vois pas bien ici en quoi ce communisme serait plus écologique que celui du communisme émancipateur de Marx qui intègre l’homme comme être de nature, lui devant tout…. et à ce titre devant en être respectueux (cf. Le capital)

    Pour info, le théoricien du salaire à vie admet désormais à avoir des difficultés avec la notion de valeur. https://youtu.be/ABNoWW2TNcc?t=6352
    En 2012, il déclarait pourtant sans aucune hésitation “La qualification, c’est la valeur”.
    Faute d’une assise théorique solide sur ce qu’est la valeur, la redéfinition de l’horizon communiste est pour le moins à mettre en réserve au moins pour l’instant…
  • a publié dans Amendements
    Le communisme de notre temps
    2018-11-10 17:37:28 +0100