Notre démarche stratégique de transformation et de rassemblement, sur la base d'un bilan de la période écoulée et des enjeux de la période nouvelle - Congrès PCF

Communisme - Mouvement effectif, visée et parti
Contributeurs :

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/congrespcf/pages/942/attachments/original/1523374019/Communisme_-_Mouvement_effectif__vis%C3%A9e_et_parti.pdf?1523374019

Les commentaires

  • a commenté 2018-05-04 23:32:22 +0200
    Bonjour Jean et merci pour ta contribution.

    Je voudrais rebondir sur ton enthousiasme à comprendre comment Jean et Lucien Sève proposent d’allier la SEF et le salaire à la qualification personnelle (salaire à vie, version Friot) pour sortir du débat contradictoire, devenu polémique, vers le haut…

    Et, reprenant leur propos, tu cites : « La sécurité emploi-formation va évidemment moins loin que la
    généralisation du salaire à vie dans la voie de l’émancipation communiste du travail ; de ce point de
    vue, la deuxième recouvre entièrement la première. Mais pour cette raison même, celle-ci peut
    apparaître comme plus rapidement réalisable que la deuxième, elle pourrait même la préparer… ».

    Pour ma part, et partageant ainsi je crois l’argumentation de Bernard Friot, je reste toujours et encore perplexe dans le fait que l’on pourrait envisager (toujours plus tard…), de sortir du capitalisme… en le confortant aujourd’hui ; car :
    - demander des emplois, c’est demander des employeurs auxquels se soumettre ;
    - taxer le capital, c’est le légitimer ;
    - partager le travail, c’est le considérer dans son acception capitaliste : en quantité fini ;
    - etc. etc.
    Oui, c’est toujours mieux que pire… en attendant… mais en attendant quoi ?
    En attendant d’être libres, forgeons nos chaînes ?
    Bien sûr que, sur le terrain, dans l’immédiat, tout ce qui peut être arraché pour rendre la vie meilleure doit l’être. Mais pour autant, doit-on faire de ses conduites défensives, notre boussole ?
    On ne va au communisme qu’en faisant du communisme.

    Si la S-Emploi-F porte en elle la remise en cause de l’emploi qui reste le support majeur du salaire dans le mode de production capitaliste, alors peut-être qu’elle pourrait préparer le déploiement du salaire à la qualification personnelle… oui ! mais en est-elle là ?
    En ce sens d’ailleurs, il me semble que l’idée de Sécurité Sociale Professionnelle de la CGT serait plus avancée…
    Et puis, n’est-il pas plus naturel et enthousiasmant, après avoir épier et reconnu tous les coins et recoins d’émancipation déjà existants, de travailler à leur élargissement, leur extension… ?
    Exemples :
    “Le statut des fonctionnaires anticipe ce qui devrait être le statut de tous les travailleurs : des salariés sans employeur, auto-organisés, co-propriétaires d’usage de leur lieu de travail, au salaire à la qualification personnelle.”
    “On sait (savait) produire les soins et l’éducation sans actionnaire, sans employeur, sans prêteur : on devrait pouvoir produire tout de la sorte.”

    Je sais que tu l’as lu car tu t’y réfères à plusieurs reprises, mais je ne résiste pas à finir en citant, à mon tour, le propos final de BF dans “Vaincre Macron”, et que je partage pleinement.

    « Tout atermoiement dans la poursuite du déjà-là, laisse du champs à la bourgeoisie et désarme le salariat. Comment, après trente ans de batailles perdues parce que menées en nous inscrivant dans les termes imposés par l’adversaire, pouvons-nous continuer à réfléchir en deux temps au contenu différent, celui du court terme où on aménage le capitalisme et celui du long terme où il aura disparu ? Mais par quel miracle aura-t-il disparu ?
    Le long terme n’est affaire que de court terme, et réciproquement. Une addition de courts termes cohérents avec le capitalisme “en attendant” le communisme donne l’échec de l’alternative communiste.
    Le contenu de cet ouvrage répond à l’exigence d’identité du projet et du chemin. Aucun lyrisme dans le projet, aucun prosaïsme dans le chemin : la révolution permanente, une proposition parfaitement audible s’il s’agit d’honorer en permanence le combat de nos anciens en le poursuivant. »

    Encore merci pour ton travail et ta contribution.
    Stéphan
  • a commenté 2018-04-25 18:24:29 +0200
    Après une lecture attentive de cette contribution, je suis un peu plus éclairé sur le distinguo entre visé et mouvement effectif. J’en apprends tous les jours bien que j’approche de mes 68 ans. J’avoue que c’est difficile d’appréhender le marxisme qui reste parsemé de difficultés de compréhension. Je ne peux donc pas donner un avis tranché. Encore merci pour tout ce travail de vulgarisation.
  • a pris position important 2018-04-25 18:24:27 +0200
  • a commenté 2018-04-24 08:31:04 +0200
    UNE CONTRIBUTION IMPORTANTE ET CLAIRE
  • a pris position favorable 2018-04-24 08:31:03 +0200
  • a commenté 2018-04-23 16:32:08 +0200
    Jean,

    Voilà une vision dialectique de la visée,
    merci.
  • a pris position favorable 2018-04-23 16:32:06 +0200
  • a commenté 2018-04-23 12:02:42 +0200
    Bonjour Alain,
    pour accéder au texte, il faut copier le lien et le coller dans un nouvel onglet.
  • a commenté 2018-04-17 10:23:26 +0200
    Le lien correspondant au texte de Jean Quétier ne déclenche rien de lisible …
  • a pris position important 2018-04-17 10:23:25 +0200
  • a commenté 2018-04-11 19:35:54 +0200
    Contribution très intéressante Jean.
    Quelques remarques : sur les futurs possibles je crois qu’il y a tout intérêt à s’inspirer des processus historique qui ont existé, et à ce titre l’émergence du capitalisme et son établissement comme mode de production dominant a été long. Je crois que nous aurions tout intérêt à retravailler l’idée avancée dans les années “80” de société mixte de transition qui permette de construire de nouvelles hégémonies sur le long terme, mais qui donne à voir ce qui peut être fait de suite.
    il me semble que la critique sur la FI que font Lucien et Jean Sève se complète avec la tienne.
    A mon sens le point central de la critique qui est faite sur le parti, ce ne sera pas peut être pas l’avis des auteur, c’est la place centrale qu’a pris la démarche électorale dans la stratégie du PCF. Si l’abandon de la dictature de prolétariat était nécessaire, nous pas su nous sortir d’une démarche profondément étatiste.
  • a pris position favorable 2018-04-11 19:35:53 +0200