Notre démarche stratégique de transformation et de rassemblement, sur la base d'un bilan de la période écoulée et des enjeux de la période nouvelle - Congrès PCF

Retrouver notre raison d'être
Contributeurs :

Présenté comme cela, on pourrait croire que cela serait uniquement un retour au passé, sans analyse poussée des tentatives de mise en place du socialisme dans le monde. Je crois que le PCF l'a fait cette analyse, peut-être même trop, poussée par la doxa dominante (par le canal médiatique notamment) de la repentance permanente en tout lieu et en toute date, ne permettant pas une analyse sur nos bases des erreurs et manquements. Mais, bref, il ne s’agit pas de cela… Il s’agit de revenir à notre raison d'être, à certains « fondamentaux », dans notre approche programmatique et ce au bénéfice, non pas des « classes populaires » comme nous le lisons souvent, mais de notre classe tout simplement. Je ne développe pas mais cette façon de s'extraire volontairement de cette « catégorie » montre, à tort ou à raison, notre éloignement de notre base sociétale (et donc électorale), ce qui peut expliquer aussi pas mal de déboires. Revenir à notre raison d'être, ce n’est pas tomber dans une opération cosmétique de changement de nom ou de logo (nous serons au mieux des ex-communistes alors quel intérêt?), même s’il est évident que la communication doit être revue et adaptée aux réalités de notre époque. Non, il est surtout nécessaire de reparler de « gros mots » qui faisaient notre force et la referons à l’avenir. Des mesures programmatiques très concrètes, où l’on explique très clairement le mécanisme adopté, et où on le popularise par tracts, affiches, Internet et réseaux sociaux, campagnes électorales… Voici ces « gros mots », peu à peu disparus ou mis en retrait de notre vocabulaire, à remettre au goût du jour : _Nationalisation/Régionalisation/Municipalisation (même si expropriation serait plus juste, on ne va pas en plus les indemniser) : création ou retour dans le giron public, pour mener des politiques publiques : La Poste, EDF, GDF, SNCF, une banque (LCL ?), un constructeur automobile (Renault), une marque de grande distribution (Carrefour ?), un fournisseur d’eau, un fournisseur Internet/téléphonie, Total, etc… Le tout concurrençant s'il le faut le privé là où le marché est libre, n'ayons pas peur de la comparaison ! _Gratuité : planification du nécessaire pour vivre en eau, électricité/gaz, gratuité d’Internet, de la santé à 100 %, des transports professionnels, modulation de la TVA (0 % sur les produits de première nécessité, 100 % pour le luxe)… _Fin du salariat et donc de l'Exploitation : oui, le salariat n’est pas ou n’est plus le nirvana… Il faut inverser le rapport de force et instaurer un salaire à vie (populariser et discuter Bernard Friot, nous avons des intellectuels qui développent des idées qui ne sont même pas dans notre programme !!!) permettant de vivre et ainsi renverser le rapport de force au travail, nous ne le ferons plus dans les entreprises ! « tu veux que je travaille pour toi, j’ai déjà de quoi vivre, donc tu dois m’offrir des conditions avantageuses et intéressantes pour que je vienne chez toi » pourra-t-on dire à notre propriétaire des moyens de production. Fini la peur de partir, de revendiquer… Fini le travail sur les bases des capitalistes ! Au pire, nous sommes les producteurs, nous pouvons produire selon nos propres moyens et créer des collectifs de travail (associations, SCOP…) dans un territoire, utiles à ce territoire. Une base intéressante existe déjà dans notre programme avec la sécurité Emploi/Formation, à développer d'urgence ! _Planification : écologique et sociale, agricole et médicale, mettre le paquet sur un sujet pour faire bifurquer notre économie pas à pas et la décapitaliser. _Salaire maximum et donc imposition à 100% au-dessus d’un seuil de revenu par mois Il y aurait bien d’autres mots, d'autres combats, mais observons que ces 5 points constituent en soi un programme révolutionnaire à la vue de notre quotidien, quelle que soit l’échelle territoriale, montrant l’originalité du Parti Communiste. Lors de négociations électorales et pour qu’elles aboutissent avec d’autres partenaires, un de ces points doit être au minimum mis en œuvre pour alliance et/ou soutien, peu importe avec qui (à l'exclusion de l'extrême-droite, cela va sans dire), jouons le culot jusqu'au bout ! Peut-être pensez vous que cela est simpliste, je pense que non. Présentons cela à la population et appliquons le quand nous sommes aux responsabilités, un point à la fois si nécessaire. Faisons sentir à la population qu'elle vit dans une municipalité, un département, une région, un pays original. Faisons sentir qu'être sous administration communiste, ça change la vie ! Le financement me dira-t-on? Je ne suis pas économiste, il y a un travail de recherche à effectuer sur ces points, mais ces derniers sont nécessaires à notre classe le plus rapidement possible. Là est la vérité ! Nécessaires, urgents et essentiels ! Nous devons donc trouver les moyens d'y parvenir ! Les économistes du PCF ou proches de lui doivent donc y travailler, mais des bribes de réponses sont à mon avis déjà dans les bacs. L’économie est au service des besoins humains, pas le contraire. Prouvons le ! Médiatiquement, ils nous faut être intraitables sur ces points, les répéter inlassablement, en refusant de répondre aux questions politiciennes et inintéressantes des journalistes. Ramener au réel, sortir de l’événementiel, du « court-termisme », réaffirmer notre originalité. Le programme de lutte sur tous les terrains (élections, villes, régions, manifestations, Europe…) doit être celui-ci, des choses concrètes, claires et précises, permettant un chemin progressiste pour notre peuple mais aussi pour les autres peuples. Ce programme est internationaliste, il peut s’appliquer partout. Il nous est propre à nous communistes, car personne n’ira jamais aussi loin sur ce terrain ! De plus, son application ne présume pas des moyens pour y parvenir, que cela soit par des élections, par des luttes sociales, par notre présence aux responsabilités, par la pression que nous exerçons sur un gouvernement (cf 1936 avec le gouvernement Blum ou encore 1945 avec le gouvernement De Gaulle). Nous sommes ainsi libres de le déployer à tout moment, sans emprunter tel ou tel calendrier de l'adversaire. Soyons simples et concrets, ne nous dispersons pas, ne nous adaptons pas au cadre qui nous est posé dans les débats médiatiques, dans les élections, dans la bonne société… Soyons des détonateurs concrets, retrouvons notre raison d'être, soyons communistes !!!!

Les commentaires