Amendements
Le communisme de notre temps - Congrès PCF

pour une réécriture du texte traitant du féminisme
Contributeurs :

2017 a été l’année de la libération de la parole des femmes en France mais aussi en Europe et dans le monde. Partout elles ont partagé leurs expériences, dénoncé les violences subies, les discriminations multiples, le harcèlement qui entravent leur vie. Depuis des mois ces mobilisations ne faiblissent pas car les féministes savent bien que l’émancipation ne peut se réaliser sans l’articulation de l’égalité des droits et la remise en cause du système patriarcal. Leurs revendications et aspirations bouleversent la société toute entière, et malgré les contre offensives des réactionnaires et conservateurs du monde entier, l’idée que la domination patriarcale est un puissant frein à l’émancipation humaine est de plus en plus partagée. Pourtant nous y consacrons seulement quelques lignes dans le texte devenu base commune de discussion pour tous les communistes, ignorant par là, la parole et le combat des femmes, et ce qui est en mouvement dans la société, nous rendant spectateurs et spectatrices ou simple accompagnants-es de ce mouvement. Si le communisme est un féminisme il nous faut prendre ce combat à la hauteur où il doit être car sans cela notre projet se trouvera impuissant à construire les chemins de l’émancipation. Nous devons donner plus de sens à ce que nous appelons l’égalité réelle, pour construire une société non sexiste. Cela implique la volonté de construire une éducation non sexiste, une culture non sexiste et une organisation du travail non sexiste car nous savons bien qu’il ne suffira pas de dépasser le capitalisme pour éradiquer le patriarcat et par là se débarrasser de toutes les formes de domination. Je formule le vœu que dans le cadre de la préparation de notre congrès cette question essentielle du combat communiste fasse l’objet d’une réécriture et qu’il donne aussi sens à l’ensemble du texte y compris en ce qui concerne l’organisation de notre parti.

Les commentaires

  • a commenté 2018-11-02 13:03:10 +0100
    Bien d’accord avec toi. Cette insuffisance criante de la base commune, que l’on retrouve aussi sur l’écologie, la question des migrants, du racisme ec., va de pair avec une hypertrophie des questions économiques; les seules grandes campagnes proposées sont celle sur le coût du capital ou la SEF…Campagne utiles, mais pas en négligeant les autres contradictions sociales. Il faudra beaucoup de travail sur ce texte pour lui donner un contenu communiste rassembleur et en prise sur la société réelle.
  • a commenté 2018-11-01 18:21:05 +0100
    Bonjour Hervé,
    Je te remercie également pour la correction de ta réponse.
    J’ajoute un avis personnel sur la possible confusion entre Le Temps du Commun, La France en Commun du PCF et l’Avenir en Commun de la FI. Je suis convaincu que ce n’est pas un hasard mais plutôt que cela relève de la stratégie d’effacement derrière la FI, stratégie portée par une partie de l’actuelle direction nationale, mais pas qu’elle.
    En lisant la France en Commun, version campagne électorale de 2017, on constate une volonté de “coller” au projet de la FI sur plusieurs questions importantes. Il est temps de désenfumer le parti à la faveur d’un grand courant d’air frais salutaire.
  • a commenté 2018-11-01 17:19:40 +0100
    Bonjour Gérard,

    Merci pour tes précisions et je comprends peut-être mieux pourquoi dans ma section et ailleurs ce programme “La France en commun” n’avait aucun relais interne, comme d’ailleurs malheureusement tant de publications de notre parti. Je trouvais aussi le nom mal approprié au regard de celui choisi par LFI càd “L’Avenir en commun”.

    Par ailleurs, je dois être excusable du fait que je suis revenu au PCF en Septembre 2015 après 15 années de mise de côté volontaire pendant lesquels je n’ai pas suivi les évolutions “internes” du PCF: et cela me permet de dire qu’avec cette période longue d’éloignement j’ai pu constater combien le PCF n’imprégnait plus la société, notamment à cause de la censure de plus en plus manifeste dans les médias, sans parler des orientations libérales répétées à chaque seconde des émissions de radio comme de TV.
  • a commenté 2018-11-01 16:26:38 +0100
    Mon commentaire porte sur celui d’Hervé Radureau.
    Il nous propose de faire évoluer notre programme existant “La France en commun”.
    Ce document n’est notre programme, il n’est pas celui adopté au 37ème congrès qui s’intitulait “Le Temps du commun” et qui était d’un contenu très différent de “La France en Commun” texte d’opportunité sorti pour la campagne électorale de 2017, pour être compatible avec notre décision de soutenir JL Mélenchon. Je retrouve cette erreur formulée à plusieurs reprises y compris chez nos dirigeants. Il faut dire que pour embrouiller les esprits la direction du parti avait décidé d’appeler la version préparatoire du “Temps du Commun”, …“La france en commun”. Comprenne qui pourra!!La première présentation de ce texte a été faite le 20 mai 2015 par le comité du projet qui avait travaillé plusieurs mois selon ce qu’en dit le rapporteur. Puis nous fut proposé une "invitation à écrire un projet d’émancipation humaine complété d’un programme d’actions en 15 chantiers prioritaires et 15 mesures d’urgence. En Décembre 2015 fut publié un document “La France en Commun” comme une contribution du PCF pour l’élaboration d’un projet émancipateur et d’un programme d’action. Le préambule donnait rendez-vous au printemps 2016 pour une convention nationale du projet.
    Lors du 37ème congrès c’est “Le Temps du commun” qui a pris la place de l’ancien document soumis à la discussion des camarades. Bref c’est clair comme du jus de chique.
    Concernant “La France en commun” son statut est précisé par Pierre Laurent dans son intervention au CN du 1er décembre 2016 en ces termes pour engager la campagne de soutien à JL Mélenchon: "Ce premier tract national pourrait s’accompagner d’une affiche nationale du Parti communiste, d’un bandeau du PCF appellant au vote JLM et de la sortie rapide de nos propositions dans une petite brochure vendue deux euros : « la France en commun, sept axes pour un pacte d’engagements pour la France ». Je pense donc que “La France en commun” loin d’être notre référence en cours est un document à visée électoraliste à mettre aux oubliettes du parti. Si vous en avez le temps faites une lecture comparée des deux documents et la différence vous aveuglera.
  • a commenté 2018-10-18 09:53:55 +0200
    Dans cette partie du document final, il y a besoin selon moi d’intégrer le chapitre 2 du document initial et le sous-chapitre 3.3 en distinguant clairement ce qui tient de la visée et ce qui tient du projet.

    Pour la visée comme pour le projet, étape intermédiaire vue d’aujourd’hui pour atteindre le but visé, il faut essayer d’être percutant en étant bref , pour expliquer en quoi les défis à relever et les combats à mener sont à la fois de longue durée, de possibilité de transformations rapides et d’importance extrême à nos yeux.

    Il ne s’agit pas ici de présenter un programme qui est l’étape la plus proche dans le l’étape plus générale qu’est notre projet.

    Comme je crois l’avoir lu chez Guillaume, je partage l’idée que notre Congrès doit seulement pointer en quelques mots les sujets que nous devons retravailler au plus vite pour faire évoluer notre programme existant, la France en Commun, sans oublier pour être encore plus précis les sous-programmes à présenter en relation avec chaque échéance électorale.

    C’est une question d’efficacité et d’assurance parce qu’il nous faut d’abord avoir construit ce qu’est pour nous en France le communisme de notre temps.
  • a publié dans Amendements
    Le communisme de notre temps
    2018-10-17 10:07:09 +0200