Elections Européennes 2019 - Congrès PCF

PCF Montpellier : Questions et pistes pour la bataille des européennes
Contributeurs :

Il s'agit d'un travail collectif d'une commission bataille des européennes, constituée au sein de la Section PCF de Montpellier, et dont je (Serge Ressiguier) suis rapporteur : Sommaire : A/ Premier tour de table et priorités. B/ Interrogations, obstacles à dépasser. C/ Quelques rappels par le rapporteur à partir des documents en cours, notamment CEN, commission chantier Congrès, et bien sûr résolution du CN sur les européennes D/ Pistes et propositions, globales et locales

Les commentaires

  • a commenté 2018-05-31 15:56:37 +0200
    PCF Section de Montpellier (Hérault) : atelier/chantier sur l’Europe, l’U.E., les Européennes de 2019
    Responsable-animateur : Serge Ressiguier ressiguierserge@wanadoo.fr ; autres participant.e.s Monique, Reine, Robert, Romain.
    Synthèse de deux réunions tenues les 16 et 25 Mai 2018 ; à transmettre : à la Section ; au PCF 34 ; au chantier national Europe du Congrès.

    A/ Premier tour de table et priorités : que mettre en avant ?
    • Intégrer les réfugiés/migrants dans la réflexion sur l’Europe, sur le thème : ce n’est pas d’eux que viennent les problèmes ; comment les accueillir ?
    • Entreprises et profits confisqués pour les actionnaires : comment mettre ça en avant, car la masse des gens n’ont pas cela à l’esprit.


    B/ Interrogations, obstacles à dépasser :
    • On risque le casse-pipe sur cette élection, ça fait 30 ans qu’on dit « il faut une autre Europe »…
    • Les gens ne veulent plus de « l’Europe », mais en majorité ne veulent pas non plus en sortir. Ils nous disent aussi « à quoi ça va servir, 10 pelés communistes ou partenaires de plus ou de moins ? »
    • Le piège du « c’est la faute à l’Europe », sans voir nos propres dirigeants.
    • « En Europe, l’humain d’abord, pas la finance » est-il ou non un slogan efficace, pour montrer l’enjeu de classe ?
    • 57 % n’ont pas voté aux dernières européennes, et ceux qui ont voté…même au sein des adhérents, c’est compliqué ; trouver ce qui ressort le plus : notre souveraineté ? comment accrocher, intéresser, motiver ? La fermeture n’est pas non plus la solution : la finance passera, et ce sont les humains qui seront bloqués.


    C/ Quelques rappels du responsable chantier, d’après des docs CEN, la commission chantier Congrès, et bien sûr la résolution du CN :
    Lecture de classe : quelle Europe ? Pour qui ?
    « Nations souveraines et associées »
    « Coopération à géométrie choisie »
    1/ Le chantier Européennes a un statut spécial
    2/ Ne pas tronçonner, la bataille des européennes inclut le local/régional (à préciser chez nous, cf SNCF et transports, statut des travailleurs détachés, services publics…), le mondial (5 occurrences dans le court doc de la résolution du CN)…et bien entendu le terrain spécifiquement européen : rôle du Parlement européen (un exemple : il coélabore, approuve, ou bloque, les DIRECTIVES européennes, cf celle sur le rail s’est jouée à 24 voix près sur plus de 700 député.e.s en Décembre 2016, et ce dans un Parlement pourtant mal élu !)
    3/ Etat actuel des forces, en fonction du type de scrutin :
    Il faut 5 %, soit, avec l’actuelle abstention, au moins 1 millions de voix
    Le PCF en a fait 600 000 aux Législatives 2017
    Pour l’heure, très haute probabilité de 5 listes à gauche du PS : risque de tomber à zéro député si on ne fait pas bouger les lignes.
    Tendance actuelle : ne pas faire une croix sur le rassemblement politique, tout en préparant notre présence sans attendre ; sous la forme d’une signe fort avec le monde associatif, syndical, bref citoyen-ne-s impliqué-e-s dans le mouvement social ; jusqu’à faire bouger les orgas politiques, mais…sans attendre.
    Au Parlement, notre groupe PCF et autres progressistes est passé de 35 députés au début de la législature, à 52 : il a donc exercé une certaine force d’attraction, encourageant pour l’avenir.
    Faire des propositions de candidatures PCF, ET monde militant.

    D/ Pistes et propositions, globales et locales
    • D1 Pédagogie, formation :
      Grosse pédagogie à faire dans la population…et le Parti, nos analyses gagnent à être connues : stage dans les Fédés ? Il y a dans ces documents des données nouvelles importantes et intéressantes, que nous ne connaissions pas, ou mal.
      Il faut arriver à faire le lien entre Directives européennes et décisions de nos dirigeants, sans lesquels rien de tout cela ne serait adopté.
      Donner confiance aux communistes pour entrer en campagne : il faut que chaque communiste ait au moins, pour partir en campagne, un argument concret pour chaque gros thème ; le reste est à renvoyer au collectif
      Une réflexion collective qui viendrait du national, à traiter localement au niveau Fédé, Montpellier, grâce à la participation des député-e-s sortant.e.s ? et/ou des candidat.e.s communistes et partenaires ?
      Elaborer un argumentaire pour les adhérents, qui condense quelques points forts afin de rencontrer la population, dans le débat et à l’occasion des luttes.
    • D2 Communication, matériel spécifique :
      Pour de bonnes affiches, percutantes et lisibles : consulter par internet les camarades sur la lisibilité des affiches, les couleurs, les caractères. Affiches avec repères, avec un PCF identifié clairement ; et dans la continuité : couleur, logos…
    • D3 Contenu et démarche, PISTES locales et globales :
      Etablir des relations plus suivies avec les autres partis communistes européens, même ceux avec lesquels il y a des désaccords : faire le point ; et avancer.
      OK pour travailler avec, et accueillir dans leur diversité, les acteurs du mouvement social
      Solidarité dans notre programme ; notamment, envoyer UN SIGNE FORT de solidarité, lutte et coopération avec le peuple grec, dans les conditions nouvelles créées ; être POUR services publics européens, etc.
      PISTES : s’appuyer sur ce qui sort des luttes, des besoins : SNCF (séparation des infrastructures, NON ! Les réunifier. EDF idem). Port intermodal de Sète, Universités et Lycéens, Hôpitaux avec la venue de la sénatrice PCF Laurence Cohen le 11 Juin au CHU de Montpellier, etc : montrer l’IMPORTANCE DU VOTE EN LIEN AVEC LES LUTTES ; mettre du lien entre ces luttes, ces aspirations, ET la bataille des européennes : privatisations barrages hydrauliques, non ! autoroutes privatisées, à renationaliser ; cf l’A 75, TB entretenue. Travailleurs détachés : EGALITé ! des conditions de travail, salaires, cotisations.
      Euro doit avoir la même valeur partout : égalité vers le haut des conditions sociales, et du développement
      Géodis : les salariés en lutte ont vu des travailleurs détachés sous-payés surexploités, ils ont bloqué le dépôt Géodis (frêt), idem Kéolis (voyageurs)
      Emploi, dépenses publiques (hôpitaux, services publics, Etat, collectivités cf Montpellier Métropole : non aux traités d’équilibre, et aux contrats d’austérité budgétaire que vient de signer avec le Préfet le Maire-Président de la Métropole)
      Sortir les services publics des traités
      Préserver le cadre national ; oui, nos docs disent « nations souveraines, libres ET associées » ; il faut en effet marcher sur les deux jambes (souveraineté nationale ET coopération nécessaire, à l’échelle financière/économique/informationnelle de ce que fait le capitalisme au niveau mondial, afin de le dépasser vers une mondialisation communiste), grâce à des accords à « géométrie choisie ».
      Suspension des accords préférentiels, économiques et culturels et sportifs, avec l’actuel Etat d’Israël et ses crimes (l’article 2 de cet accord européen permet cela).
      OTAN : rappeler qu’il faut en sortir (les gens ignorent notre position) ; la paix.
      *********************************************************************************
  • a publié dans Elections Européennes 2019 2018-05-31 15:46:30 +0200