Notre démarche stratégique de transformation et de rassemblement, sur la base d'un bilan de la période écoulée et des enjeux de la période nouvelle - Congrès PCF

Reflexion de la réunion de section de Saint Astier(24)
Contributeurs :

COMPTE RENDU DE LA REUNION DES COMMUNISTES DU 15 MARS DE LA SECTION DE SAINT ASTIER Présents : Christine Folgado, Violette Folgado, Georges Ridoin, Patrick Fanet, Suzy et Christian Bonnet, Claude Parade, Catherine Smith, Ginette Vallon, Georges Letellier, Jean-Luc Laforce, Nadja Martinez, Jean Bernard Mezergues. Excusés : Stéphane Ridoin, Aurélie Folgado, Benjamin Regonesi, Aurélie Verdon. A partir des trois documents : Le sens du combat communiste. Bilan et avenir de notre démarche stratégique. Les transformations du parti. Violette présente les trois documents de réflexion soumis à discussion. - Communisme, qu’est-ce ? - Stratégie qui en découle, quelle voie prendre ? - Quel Parti il faut, quelles transformations ? Communisme : le commun, dépassement du capital, lutte de classes. Nous sommes invités à travailler ces questions, sans opportunisme électorale ; Ce qui particularise le PCF ? A qui s’adresse-t-on ? Alliances, état de la gauche dans ses différentes composantes. PCF force de propositions, de rassemblement. Discussion : Jean-Luc : La 5ième République, le marqueur élection présidentielle, une République monarchique, l’assemblée nationale favorable au monarque. Le congrès doit faire le point et indiquer une visée, être porteur de « faire quelque chose d’autre », une société organisée autrement, tout n’est pas une marchandise. Il y a des points d’appui, pas suffisants ; là où on est aux affaires dans des communes, avec des moyens limités, on arrive quand même à faire des choses, exemple La Poste ; quelles solutions désertification médicale, centre de santé : médecins salariés ; SNCF réseaux de proximité. Les moyens financiers existent, 125 milliards pour renfloués les banques ! Patrick : 99% pas les moyens dans une société financiarisée ; 1% détient le pouvoir par la finance. Penser l’évolution de la société, le travail, on va vers la fin du salariat. On peut faire de l’humain dans une autre conception de la société. Pour gagner : les luttes, nécessité de l’unité, idem pour les élections. Réaffirmer l’identité communiste pour leur donner un contenu transformateur. Des points d’appui, la vie sociale. Chaque fois que l’on ne présente pas de candidat aux présidentielles on le paie cher après. Georges : le communisme ont une idée de Société, puisée dans la doctrine de Marx et Engels; nécessité de se faire entendre pour ce qu’on est. La lutte de classe existe bel et bien même en dehors de la conscience que l’on en a. Ginette : le communisme est une vision de la société, tout autre que la société capitaliste basée sur la division capital/travail. Dans notre pays il n’y a que le PC qui propose d’en sortir. Les autres dont FI avec leurs 3 champs d’intervention dont la sortie du nucléaire n’a pas pour objectif d’en finir avec le capital. Pour nous, communistes, c’est garantir les biens communs : eau et notamment les barrages hydrauliques. Les technologies ne doivent pas servir à diviser les travailleurs, en faisant éclater le salariat, mais les mettre au profit de la qualité de la vie. Nous sommes les seuls à proposer un changement radical de la société. Jojo : le sens du communisme c’est l’appropriation des moyens de productions et d’échanges pour le bien commun, les biens communs passent par les services publics. Avec la politique de Macron, des mécontentements s’expriment fortement ; des opportunités pour faire entendre d’autres voies. Rassemblement pour construire un rapport de force et ensuite des alliances, à partir de l’analyse de ce qui a été fait précédemment, des enseignements à tirer ; Définir les contenus pour rassembler les gens et pour quels objectifs. Ce qu’il y a à transformer au Parti ? Donner plus de place aux adhérents, aux territoires, avoir plus « d’influence sur les directions départementales et nationale » et parce que la lutte de classes à lieu en premier à l’entreprise, travailler à la place du Parti à l’entreprise. Suzy : Les Insoumis sont là où nous sommes. Faire plus les marchés. Être présents porteurs de thèmes ; thème par thème. Cathy : 1ier texte définir le communisme, un modèle de société qui nous est propre. Faire alliance on perd notre identité, pas d’alliances si pas anticapitaliste. Notre com. : marchés, boites aux lettres, affichage, Internet. Penser pour notre prochain journal à faire connaître les projets de lois déposés par nos députés. Nadja : propriété des moyens de production, mise en commun, dépassement du capital ; peut-on s’entendre avec ceux pas forcément anticapitalistes ? Comment on organise le commun, quel processus révolutionnaire ? Jean-Luc : historique du développement économique, crises du capital, le chômage. Le communisme porteur de progrès : Énergie, transports, santé, eau…doivent être hors secteur marchand : ils sont des biens du commun. Pourquoi « alliances » = perte ? Pourquoi « on laisse des plumes » ? Rassembler, faire germer. L’ « Alliance » ne peut pas préexister à ce qu’on a à faire. Claude : on a une base de travail, on ne part pas de rien. Il y a eu les congrès précédents. Ne devons-nous pas faire cheminer les gens à partir de leurs problèmes, pour les amener vers une autre politique, cette autre politique que nous portons Violette : revient sur les représentations du communisme, pas assez de communisme et l’importance de travailler le congrès en faisant du quotidien. La question de la jeunesse dans cette démarche. Christine : Nous n’avons pas à discuter de 3 textes, mais de 3 propositions portées à la réflexion des communistes en vue du congrès. Communisme =Humain au centre de la Société. Commun : Services publics. Mettre en place 6ième République. Dépassement du Capitalisme ne l’intéresse pas. Être plus radical. Pour créer une autre Société dans du commun. Avoir une autre conception du travail. Sur quelles alliances……entendre la base Georges : optimiste, le capital craint les idées « progressistes » qui sont bien là. Autres points à l’ordre du jour Notre activité locale : le collectif « La Poste » a écrit à la direction pour demander être reçu. La réponse est un refus car pas inviter au débat précédent. Le collectif doit en informer la population par tract (participer à la distribution). La municipalité va réunir les saint- léonais le 18 avril et invite la direction de la poste à y participer. Le bureau de section a rencontré le bureau municipal : sur le centre de santé public, à la suite de la rencontre, Jean-Luc nous a informés qu’il rencontrait le 23 mars le maire de Bergerac qui en a mis un en place au niveau municipale. Réflexion et échange à suivre. A Razac concernant le regroupement des communes, 200 personnes se sont réunis avec les 4 collectifs qui réclament la consultation des populations. La pression doit continuer pour mettre en échec cette perspective de regroupement.

Les commentaires