Amendements
Pour une nouvelle stratégie de rassemblement et d'unité populaire - Congrès PCF

Echecs - Stratégie - Unité populaire
Contributeurs :

Page 17 - de la ligne 3 à 7 - rajouts ----- L’échec de l'union de la Gauche politique, des collectifs antilibéraux, du Front de gauche met en cause une conception stratégique du rassemblement, de la relation aux luttes, à la bataille d’idée et à notre visée, ainsi qu'une pratique politique incomprise du plus grand nombre. L’entente au sommet, limitée à un plus petit dénominateur commun, a pris le pas sur le Mouvement populaire et sa visée révolutionnaire s'appuyant sur un Parti de masse, renouvelant et révélant ainsi les travers d’expériences antérieures comme l'échec du Programme commun. ****** Page 17 - de la ligne 8 à 18 – rajouts et rectificatifs ----- Notre projet est démocratique et révolutionnaire. Il faut donc un rassemblement populaire majoritaire, dont le contenu soit à la hauteur pour transformer réellement l’ordre existant dans la société, les entreprises et les institutions : c’est la stratégie du PCF. * Elle implique de mener le débat en permanence, aussi bien avec les partenaires sociaux et politiques pour de constructions unitaires et non hégémoniques, qu’avec les Travailleurs, et les Citoyens. * Notre stratégie exige en permanence d’évaluer, jusqu’à les réajuster, en quoi nos initiatives dans les luttes et notre action dans les institutions contribuent à avancer vers nos objectifs ceux d'un communisme hautement démocratisé et d'une économie communiste inédite. Aussi importantes soient-elles, les élections ne sont qu’un moment de l’activité révolutionnaire des communistes. Et l’entente sur un programme ne donne qu'une perspective, tout en sachant que dans la réalisation concrète des projets proposée à l'électorat, la réalité de ce qui peut être fait, est toujours en butée avec la réalité due aux hasards des évènements, de l'actualité politique et du poids des oppositions qui s'expriment. ****** Page 17 - de la ligne 20 à 27 – rajouts et rectificatifs ----- Une unité populaire est possible. Elle reste toutefois à construire, d’autant plus que le ressenti des fractures et divisions a progressé, hélas de par notre effacement, nous ne sommes plus crédibles aux yeux d'une très grande partie de l'électorat. Cependant, L’unification du salariat et plus largement du Prolétariat conscient de l'être est décisive. Tout le salariat est aujourd’hui pris dans un rapport d’exploitation, des Ouvriers sans-papiers jusqu’aux intellectuels prolétarisés. Bien loin d’être une forme d’indépendance, l’ubérisation apparaît de plus en plus comme un rapport d’exploitation. Les Travailleurs indépendantes sont pris dans cette même logique, qui met en péril les petites entreprises et leurs atouts humain. ****** Page 17 - de la ligne 40 à 47– rajouts et rectificatifs - ------ Le progrès de ces facteurs communs est une menace pour le grand patronat, pour sa conception de l’entreprise. Pour appuyer les dirigeants, Macron engage toute la force de l’État avec ses réformes et ses forces réactionnaires. Ils s’emploient à récupérer une partie des salariés qualifiés sensibles aux enjeux de compétitivité, de modernisation, d’efficacité et de financement, tout en jouant sur des couches urbaines sensibles aux enjeux écologiques. Ils cherchent à les intégrer dans un rassemblement qui sacrifierait ouvriers, paysans bios, couches populaires, chômeurs, retraités, précaires etc... *****

Les commentaires