Amendements
Pour un Parti communiste utile, agissant, audacieux et novateur, internationaliste et révolutionnaire - Congrès PCF

Le Conseil National - Les Principes démocratiques des structures -
Contributeurs :

Page 23 - lignes 45 à 50  - Remplacer - -------- Le Conseil National, élu par le congrès, est la seule instance de direction nationale. Il doit assumer pleinement cette responsabilité. Il peut faire appel à des compétences qui ne seront pas forcément élues au CN pour étoffer son activité (anciens dirigeants). Le CEN, doit servir à préparer les décisions du CN et en impulser la mise en œuvre en liaison avec l’actualité, et non se substituer au CN. Il doit décider de ses ordres du jour et faire très régulièrement le bilan de l’application de ses décisions. Il doit être tourné vers la réorganisation et le renforcement du parti. Le CN véritable assemblée des communistes est le vivier de dirigeants utiles à tout le Parti. Il se constitue en commissions pour capter les idées qui viennent d'en bas, les mets en cohérence avec les dimensions humaines, économiques et écologiques, et se charge de les diffuser dans tous le Parti. ***** Les principes démocratiques du Conseil National, des Conseils Fédéraux, des Conseils de Sections et les Cellules sont identiques. Les principes et les buts de la Démocratie Communiste c'est d'ériger dans tout le Parti une pyramide de l'excellence de la politique. Chaque étage de la structure s'emploie à améliorer la mise en cohérence de leurs idées en dépassant les contradictions qui s'y expriment, sources de divergences. Tant que des divergences demeurent sur un sujet déterminé, le débat doit se poursuivre. Chaque structure, en lien direct avec les structures supérieures et inférieures, doit répertorier les besoins pour y répondre au mieux. Rechercher la plus grande efficacité va permettre une évolution constante du Parti dans sa Transversalité. *****

Les commentaires

  • a commenté 2018-10-26 14:53:49 +0200
    Hum…Et le Congrès, ce n’est pas une instance de direction nationale? Et la consultation nationale des communistes, statutaire, par exemple pour la désignation ou non d’un candidat à l’élection présidentielle? L(instance de direction supérieure du Parti ce sont les communistes eux mêmes. Entre deux Congrès, le CN a pour tâche de mettre en oeuvre les orientations majoritaires issues du Congrès. ET quand le CN ne siège pas, qui dirige le Parti, et veille à mettre en oeuvre les décisions du CN? Le CEN, n’est-ce pas? Et quand le CEN ne siège pas, qui représente le PCF ? Pas de secétaire national dans ton schéma? Et son rôle? N’est-ce pas son devoir de proposer des initiatives qui seront examinées et éventuellement corrigées ou adaptées par le CEN, etc? Telle que, ta formulation prive les communistes, au bénéfice du CN, de leur souveraineté politique. Une décision du CN peut être retoquée par une conférence nationale, dont les décisions peuvent être retoquée par une consultation nationale des communistes. Tu rétablis en quelque sorte -j’espère que ce n’est pas vraiment ta conception - une dictature du CN su le Parti…