Le Parti et les classes populaires, au travail comme dans la cité - Congrès PCF

congrès du PCF: un sursaut salutaire?
Contributeurs :

Congrès du PCF : un sursaut salutaire ? Les 4, 5, et 6 octobre les communistes auront à choisir la base commune de discussion pour leur 38em congrès. Il n’y a qu’une issue possible à ce congrès : c’est d’affirmer, tous ensemble, que nous voulons que notre parti redevienne pleinement communiste. Pour que cela ait un sens pour les communistes et pour les autres, nous devons être clairs sur ce que cela signifie. Nous voulons un communisme en acte. Nous revendiquons et nous œuvrons pour l’abolition de l’exploitation capitaliste. C’est aujourd’hui un préalable à toutes réelles avancées sociales, conquêtes démocratiques et innovations écologiques. Cela ne veut pas dire que nous ne luttions pas en même temps contre les autres formes d’oppression…. raciale, patriarcale. Posons comme principe : « l’interdiction de tirer, avantage, profit, enrichissement du travail des autres, de quelque façon que ce soit : esclavage, exploitation du travail, rente, spéculation … » et assumons en pleinement les conséquences, notamment la fin de la propriété lucrative (propriété privée des moyens de production) et la socialisation des richesses produites par les travailleurs. Socialisation ne veut pas dire étatisation. Appuyons nous pour cela sur la part de communisme que les militants de notre parti et ceux de la CGT ont su conquérir dans notre pays avec la mise en place de la sécurité sociale, du service public, du statut des fonctionnaires ….. Disons clairement que la seule force capable d’imposer ces véritables changements c’est salariat unifié sur ses intérêts de classe. Mettons le parti communiste au service de cette nécessité et contribuons par nos propositions à cette unification : statut unique du travailleur sur la base d’une sécurité sociale professionnelle (par exemple) Si les communistes sont capables de s’entendre sur cela notre parti aura fait un bond salutaire vers son redressement. Christian Harquel

Les commentaires