Nouveaux modèles d'organisation - Congrès PCF

Redefinir notre identité
Contributeurs :

La feuille de route de ce congrès extraordinaire nous demande de "changer tout ce qui doit l'être sans tabou pour pouvoir jouer à nouveau pleinement notre rôle". A l'aube de nos 100 ans il nous faut changer pour continuer à être utile. Il nous faut une nouvelle identification accompagnée d'un changement de nom et de logo tout en restant communiste. Devenons le "parti du commun" dont l'idée force serait l'idée communiste au sens large nourrie et enrichie de toutes ses histoires et tendances. Ces changements sont nécessaires pour continuer à porter nos idées et nos analyses dans le siècle qui débute et surtout continuer à inventer et à penser le dépassement du capitalisme dans un monde sans cesse en mouvement. Nous avons déja par le passé su opérer ces mutations et changements de nom (SFIC-PC-PCF). Nous serions bien peu fidèles à nos idéaux révolutionnaires si nous restions attachés comme à des fétiches à une identification ancienne. Le temps est venu d'inventer les nouveaux identifiants communistes de notre parti pour le siècle qui commence.

Les commentaires

  • a commenté 2018-02-02 17:33:26 +0100
    Je constate avec joie que nombre de camarades font des propositions, sont pret à faire évoluer notre nom pour que nous gardions toute notre efficacité auprès des gens.
    “Parti Communiste Français-Le Parti du Commun”, un nouveau nom qui sonne comme un trait d’union entre notre histoire et un futur à inventer ou la notion de Communs à, je le pense, un role à jouer pour apporter un vent nouveau à notre courant de pensée. Lire à propos l’exellent dossier disponible sur le site de la revue de notre parti : Cause Commune.
  • a commenté 2018-02-02 15:46:19 +0100
    Cher camarade,
    Il ne suffit pas répéter “commun” à tout bout de champ, pour que ce mot fasse sens auprès des femmes et des hommes de début du 21ème siècle. Je pense à ce sujet, à la moquerie de De gaulle à propos de l’usage sans fin du mot “Europe”.
    Nous savons bien que le communisme, comme projet politique, vise à arracher la propriété des moyens de production aux propriétaires privés pour les remettre entre les mains d’un pouvoir détenu (d’une manière encore et toujours à préciser) par ceux qui mettent en valeur les moyens de production. C’est une visions qui remonte à Platon, en Occident, mais qui a été retravaillée par Marx et Engels, qui ont écrit le fameux manifeste du parti communiste.
    Ce magnifique adjectif, nous devons être fiers d’en hériter. Nous avons le devoir de le faire briller comme l’étoile sur le béret de Che Guevara.
    Ce que tu proposes camarade, est ce qu’attendent les bourgeois et les capitalistes depuis que les partis communistes existent. Avoir honte de leur nom et se cacher derrière un prête-nom qui ne trompe personne sur la capitulation qu’il révèle.
    Je ne ferais pas parti des fossoyeurs du PCF. Il y en a eu assez de l’Italie à l’Allemagne de l’Est et autres anciens pays de l’Est. Heureusement certains, comme les tchèques, les grecs, ont résistés.
    Si nous devions faire aggiornamento dans notre nom ce ne pourrait être que: Parti des Communistes de France, ou Parti Communiste de France, les deux signifiants à la fois notre appartenance idéologique et notre visée internationaliste du mouvement communiste.
    Gérard Venel
  • a pris position defavorable 2018-02-02 15:46:19 +0100
  • a commenté 2018-02-02 15:18:15 +0100
    Voici une autre proposition de nom porteuse d’évolution en douceur : “PCF-Le Parti du Commun”…
  • a commenté 2018-01-19 13:50:36 +0100
    Voici quelques propositions de nouveaux noms :
    Le Partage en Commun/ Parti des Luttes / La Commune ! / Mouvement Communiste /
    Parti de la Commune / Parti des Communs pour un Développement Humain Durable PCDHD /
    Parti du Bien Commun / …
  • a commenté 2018-01-19 09:58:29 +0100
    Je partage entièrement la démonstration d’Aline Béziat.
    Gérard Venel Lambesc le 19 janvier 2018
  • a commenté 2018-01-18 17:52:58 +0100
    Changement de Nom c’est toujours non
    Le préalable c’est que ce soit le fonctionnement du PCF qui change, et donc le Parti doit changer ses Statuts pour faire émerger un Communisme du XXIe siècle inédit. Je fais la proposition de la Démocratie Communiste pour cela et pour démontrer qu’avec elle on peut détruire le Capitalisme. Si tu t’imprègnes de ce qu’elle porte, tu verras que du vote à bulletin secret émergeront des noms que personne ne pouvait soupçonner. Normal puisque c’est le résultat de jugements collectifs qui émanent d’une multitude de jugements individuels positifs de la base vers le haut de la pyramide. Ainsi il est fort peu probable qu’à chaque congrès on retrouve la totalité des camarades sortants. Dans ce processus, ce sont les meilleures idées qui vont prendre le dessus sur le choix des personnes, c’est ça l’innovation. Ensuite c’est bien la mise en cohérence des idées entre ce que l’on veut et les moyens que l’on a. À savoir entre la politique et l’économie, entre les idées que l’on veut mettre en œuvre et les moyens que l’on se donne ou que l’on est en capacité de se donner. Mais tout cela indépendamment du Capitalisme.

    Tu te focalises sur l’effacement du PCF, car tu penses que nous ne sommes pas compris. Nous ne sommes pas compris parce que nous ne produisons pas du Communisme, ni dans le Parti ni dans la société. Le PCF donne l’impression qu’il ne sert à rien. Les luttes contre le Capitalisme ne produisent pas du Communisme, nous sommes sur la défensive en permanence. On râle, mais nous ne construisons rien. Les luttes ne sont que des soubresauts. Se battre contre un mur tu y fais des trous mais tu n’écroules pas la forteresse. Par contre en construisant du communisme par le bas, tu en détruis ses fondations, c’est tout autre chose.

    Ceux qui nous gouvernent depuis des lustres ne pensent qu’une chose c’est détruire notre Parti et céder à leurs sirènes est un aveu de faiblesse. Je les entends déjà Le Parti Communiste n’existe plus, il est mort, il s’est détruit, car ils pensent comme toi qu’en changeant de nom on détruit l’ancien monde c’est faux. ! Au moment de l’écroulement de l’URSS un cri, c’est élevé : Marx est mort. La JC d’alors avait fait une affiche Marx est mort ? Mon œil ! Répondaient-ils. Ceux qui changent de nom c’est pour effacer certaines ardoises, et effacer des politiques qui n’ont pas réussies. Mais comme tu le dis pour autant ils ne changent pas de politique, ils changent la couleur du papier, ce n’est que de l’enfumage. De plus, on a vu la LCR changer de nom, résultat elle a perdu en crédibilité, car elle a révélé des tensions internes, c’est tout. Notre crédibilité au contraire c’est de poursuivre notre œuvre en la révolutionnant, c’est régénérer un Communisme hautement démocratique, qui unit les camarades, qui fait lien, et qui réactive un Communisme sur des bases inédites, où chacun peut s’y investir en toute confiance car elle est porteuse d’une confiance incontestable. C’est par l’intelligence collective des Communistes impulsée par la somme des intelligences individuelles de chacun que nous pourrons construire tout autour de nous un Communisme vivant, attractif et épanouissant pour chacun et pour tous.

    C’est de l’épanouissement de chacun que viendra l’épanouissement de tous. Il est donc indispensable que le Parti reconnaisse le potentiel politique de chaque camarade, et c’est au travers de la Dem Com que cela se produira. Aujourd’hui hélas, c’est du mépris envers la base que génère le Parti.

    Aline Béziat – Rochefort 18 janvier 2018
  • a commenté 2018-01-18 14:51:57 +0100
    Nous auront beau revolutionner en profondeur notre fonctionnement, si cela ne s’accompagne pas d’un changement de nom et de nouveau visages pour nous représenter, tous nos efforts seront vains. En revanche, un changement de nom sera le signal fort que nous ouvront une nouvelle séquence, que nos idées communistes sont nouvelles et porteuses de solutions originales. Le mot communiste peut d’ailleurs tout à fait intégrer un nouveau nom. Faisons des propositions !
  • a pris position favorable 2018-01-18 14:51:56 +0100
  • a commenté 2018-01-18 13:36:14 +0100
    Changement de nom ? NON !

    Dans l’HD du 11 janvier 2018 : Karl Marx penseur de la totalité et des contradictions, et Isabelle Garo dans Marx et l’invention historique, me conforte dans l’idée qu’il ne faut rien céder au Capitalisme et surtout pas changer de nom. En effet le Marxisme qui coule dans nos veines coule aussi dans les veines du Prolétariat. Pour l’avoir testé grandeur nature sur un unique bureau de vote dans un village de 2500 âmes, le Communisme et le socialisme y sont toujours présents comme une promesse. Je précise que pas un Capitaliste pur jus n’habitait le village. Ne rien céder mais régénérer le Communisme, à la lecture de ce que Marx nous a enseigné, mais aussi revisité par nos chercheurs actuels, mais pas que. En effet c’est en faisant du communisme à l’intérieur du Parti à savoir mettre en cohérence des idées qui se diffusent dans le Parti, et donc obligent ainsi à dépasser nos divergences. Je m’explique, il ne s’agit pas de se faire abuser par ce que nous renvoie la société peaufinée par le monde, libéral et capitaliste, qui distille un anticommunisme de masse dans la conscience du peuple des prolétaires, mais au contraire nous devons nous réapproprier le communisme, le régénérer pour dépasser et finir par abolir le capitalisme. En ce sens il ne faut rien céder d’un pouce mais au contraire révéler un Communisme totalement inédit.

    Prolétaires de tous les Pays unissez-vous, nous dit au fond : qu’il nous faut une Démocratie Communiste, pour que les idées qui viennent actuellement d’en haut ne puissent plus dégouliner sur nos épaules, qui en définitive active un suivisme dévastateur. C’est le Contraire nous saperons le capitalisme si le Parti commence par reconnaître le Potentiel politique de chaque camarade qui potentiellement est en évolution constante. Pour que s’active une transversalité politique. Si nous savons voir ce qui fait barrage à l’intérieur du Parti, nous pouvons tout transformer en profondeur. C’est la Démocratie interne du Parti qui ne permet pas la reconnaissance du potentiel politique de chacun, qui ne permet pas de rendre le Communisme vivant pour qu’il se généralise dans toute la société. Pour cela il nous faut comprendre que la Démocratie Communiste, (1) est la solution pour que les idées puissent s’épanouir dans tout le Parti, et épanouir chaque camarade dans les actions politiques qu’il produit autour de lui, pour en finir avec non seulement avec un certain suivisme, mais qui l’oblige à désigner qui il veut voir s’activer politiquement dans les instances supérieures à celle dans laquelle il s’active au quotidien. C’est ainsi que la reconnaissance positive que chacun émet dans un bulletin de vote, provoque un jugement collectif incontestable faisant force de loi.

    Nous avons tous des contradictions et ce sont les autres qui nous les révèlent. De plus une idée émise, qui sort d’un cerveau n’appartient plus à ce cerveau, mais se diffuse, se transforme, se réactualise, évolue ou disparaît. Les idées de Marx en sont un exemple époustouflant. C’est le bouillonnement des idées, qui, si elles sont mises en cohérence entre politique et économie communistes, vont déstabiliser complètement le Capitalisme. Produisons d’abord du Communisme à l’intérieur du Parti en changeant nos statuts et en y incluant les principes et les processus de la Démocratie Communiste, pour que toutes les associations puissent en faire de même, et ne soient plus déviées par les mannes financières de l’économie capitaliste qui les détruisent.

    La société a besoin d’un communisme qui se développe par le bas et partout dans la société mais avec une démocratie qui empêche la misère de se propager, d’où mon idée de Monnaie Commune National à taux zéro dans un circuit bancaire qui ne puisse pas faire de profit. Ainsi chaque individu pourra s’émanciper du capitalisme, par son épanouissement qu’il trouvera dans la construction d’un communisme hautement démocratisé producteur d’un socialisme totalement inédit.

    (1) Le Manifeste pour une Démocratie Communiste, il se trouve dans les contributions du dernier congrès en 2016. À faire circuler sans modération si vous y trouvez un l’intérêt particulier http://congres.pcf.fr/82606
    Aline Béziat Rochefort 18 janvier 2018
  • a commenté 2018-01-17 21:22:45 +0100
    J’ai longtemps combattu l’idée de changer de nom. Force est de constater que le peuple veut de moins en moins de nous. La droite change régulièrement de nom et tout le monde sait que c’est la droite. Les idées que nous défendons et l’espérance de changement de société auxquelles nous aspirons sont plus importantes. Oui le parti doit se moderniser et être moteur. Ce changement de nom est pour moi signe d’une volonté d’initier cette dynamique. J’ai une préférence pour un nom plus radical que commun dont tout le monde se moquera. J’aimerais un nom dans la lignée de ce que nous sommes comme les rouges ou le parti des luttes.
  • a pris position favorable 2018-01-17 21:22:45 +0100
  • a commenté 2018-01-17 10:48:17 +0100
    Bonjour Tomaz, je comprends ces prises de position pour un changement de nom du parti. Le parti, il est vrai, a besoin d’être réformé, de s’adapter à son temps, mais ce n’est pas le nom qui change le parti mais bien le parti qui change le nom. Si le mot “communiste” a toujours une signification très forte dans le coeur des militants, on ne peut nier aujourd’hui qu’il règne un certain septicisme à l’égard de ce terme dans l’opinion publique (même si je trouve cela très surévalué). N’ayons pas peur de se nommer communistes, et c’est en militant pour faire vivre le parti communiste sans avoir honte de son nom qui signifie tant, que nous changerons la manière dont il est perçu.
  • a pris position defavorable 2018-01-17 10:48:16 +0100
  • a commenté 2018-01-15 13:47:13 +0100
    Bonjour, merci de ne pas dénaturer mes propos, je ne veux pas “détruire” mon parti et je ne pense pas que le “communisme est une idée ancienne”, bien au contraire.
    Partons du questionnaire rempli par plus de 14000 camarades et qui doit aider à notre reflexion : à la question “De quel parti avons nous besoin ?”, les communistes ont placés en premier, à 71,3% l’axe de travail suivant : “Quelle nouvelle forme d’organisation(…) ? Avec quels moyens ? SOUS QUEL NOM ?”. Je n’ai donc pas l’impression d’etre un mauvais communiste ou un “liquidateur” en proposant un changement de nom. Je ne suis pas opposé à ce qu’un nouveau nom conserve le mot “communiste”. Ce qui est important c’est d’envoyer le signal d’un changement profond et cela passe je pense par un nouveau nom. Proposer un nom comme “Parti des Communs”, “La France en Commun”, “Parti du Bien Commun” n’obère en rien nos idées communistes. (Lutte Ouvrière est bien un parti communiste mais ne l’affiche pas dans son nom).
    Ne sous estimons pas l’importance de l’image et des médias. Notre manque d’éfficacité médiatique et de relais par les médias (contrairement à la FI, chouchous des médias quoiqu’ils en disent) ainsi qu’une image qui ne refléte pas ce que nous somme, sont les facteurs déterminants de la baisse de nos résultats électoraux et de notre influence (bien plus qu’un soi disant manque de cohérence ou d’un prétendu réformisme). Il n’y a qu’à voir le succès fulgurant de partis comme EM! et la FI, sortes de produits marketing qui ont su obtenir l’adhésion populaire en misant tout ou presque sur l’image, la communication (le logo phi), et un leadeur “tête de gondole”. Il ne s’agit pas de copier mais pour incarner le renouveau nous ne pouvons pas, je crois, faire l’impasse sur un changement de nom. Quelques propositions : “La France en Commun”, “Nouveau Parti Communiste”, “Cause Commune” et mes préférés : “Parti des Communs”, “Le Bien Commun” ou “La Commune !”.
    je rappelle pour finir que notre parti à plusieur fois changé de nom dans son histoire…
  • a commenté 2018-01-13 19:17:28 +0100
    Cher camarade Philippe,
    Simplement je te demande de tirer les enseignements des faits historiques récents. Par exemple, en Italie, les communistes ont changé le nom du parti et le parti communiste italien est émiettée, atomisé. Notre choix ne doit pas être influencé par les sirènes de la pensée dominante, qui sont, si j’en crois K. Marx la pensée de la classe dominante. Nul n’est à l’abri de cette pression, même les communistes. Cette question du changement de nom revient comme un leitmotiv depuis les années 95, lorsque Robert Hue, le premier, a lancé cette idée. Il faut voir ou il en est aujourd’hui. Son congrès de Martigues est aujourd’hui perçu comme un renoncement et un replis vers la social-démocratie. Au moment ou la pensée de Karl Marx redevient un ferment de la pensée révolutionnaire, n’abdiquons pas devant le combat de classe qui fait rage. Oui, si l’anticommunisme s’est développé c’est parce que seul les communistes organisés constituent un danger pour la survie des privilèges et des intérêts du capital. Renier notre nom, c’est renoncer à ce combat fondamental. Réfléchit à tout ça camarade. Ne sombrons pas dans cette ornière. La lutte est rude mais nous n’avons pas d’autres choix que de la mener. Révolutionner le PCF, comme il nous est demandé, c’est donner des couleurs révolutionnaire au communisme français. Notre nom est issu de notre histoire. Il faut savoir d’ou l’on vient pour décider ou l’on va.
  • a commenté 2018-01-13 18:50:26 +0100
    Il est évident qu’il faut changer le nom de notre parti sans renier à nos valeurs communistes, notre histoire. Mais restons les pieds sur terre en 2018. Interroger vos entourages et vous verrez . Ouvrez vos oreilles à l’extérieur… Arrêtons de faire la politique de l’autruche…. C’est une des clés de notre devenir et de notre réussite.
    C’est IMPORTANT pour ne pas aller au déclin.
    Merci.
  • a pris position favorable 2018-01-13 18:50:26 +0100
  • a commenté 2018-01-13 14:20:11 +0100
    Absolument contre le changement de nom du PCF. Ceux qui veulent cela veulent détruire le seul Parti en capacité de construire du Communisme pour détruire le capitalisme. Le mot commun ne dit pas le Communisme. Macron l’emploi à tout va. Nous devons au contraire affirmer ce qu’est un Communisme du 21ème siècle.
  • a pris position defavorable 2018-01-13 14:20:11 +0100
  • a commenté 2018-01-13 12:30:51 +0100
    L’identité Communiste ce n’est pas l’idée en soi, c’est le contenu qu’elle porte. Le communisme n’est pas une idée ancienne, c’est même une idée extrêmement neuve et qui doit évoluer sans cesse. (Voir dans l’HD du 11 janvier 2018 Karl Marx, penseur de la totalité et des contradictions).

    Le communisme c’est le mouvement réel qui dépasse/abolit le capitalisme. Karl Marx. C’est donc que le Communisme existe indépendamment du Capitalisme pour le dépasser et pour finir par l’abolir. Ce que je constate c’est que le Communisme du Parti Communiste Français actuel, est englué totalement dans le Capitalisme. Tout ce qu’il propose comme projet communiste se trouve englué dans le magma de la démocratie et de l’économie Capitaliste. C’est pour cette raison que le PCF n’est plus attrayant. Le peuple des prolétaires comprends que le PCF ne peut rien faire pour lui.

    Quand Karl Marx nous explique la Baisse Tendancielle du Taux de Profit, au fond il nous dit que les capitalistes, ne peuvent pas partager les richesses produites par les prolétaires, puisqu’ils sont obligés de faire des profits sinon ils disparaissent. Autrement dit on se bat contre le mur du capitalisme, sans jamais pouvoir l’ébrécher, ni sans jamais pouvoir obtenir des satisfactions définitives. À chaque lutte gagnée, le capitalisme s’évertue à reprendre sans cesse d’une main ce qu’il a donné par l’autre.

    C’est en construisant du communisme indépendamment du capitalisme que l’on pourra le dépasser. C’est possible il y a plus de Communistes à l’extérieur du Parti qu’à l’intérieur. Par contre pour mener à bien cette mission-là, l’identité d’un Communisme du XXIe siècle doit se refonder sur sa Démocratie et son Économie. Il faut aussi revisiter les fondamentaux de Marx et donner une nouvelle grille de lecture aux mots en les adaptant à la réalité de notre époque. Par exemple réactualiser ce que veut dire le Prolétariat.

    La notion de Parti est très importante, ce n’est pas un mouvement au chacun vient y faire son marché. Mais c’est une organisation politique où la reconnaissance du potentiel politique de chacun doit être prise en compte à tous les niveaux.

    Aline Béziat Rochefort 13 janvier 2018
  • a commenté 2018-01-10 18:23:30 +0100
    Je suis en total désaccord avec cette fuite en avant qui consiste à croire qu’un changement de nom est synonyme d’un renouveau. Nous nous inscrivons dans une histoire qui se poursuit avec ses grandeurs et ses faiblesses. La grande bourgeoisie le sait très bien qui ne manque jamais de cultiver le lien avec ce passé. Il n’y a qu’à lire les textes de Mr et Mme Pinçon-Charlot pour comprendre combien l’appartenance à une histoire est une force.
    Ta proposition consiste à effacer tout notre héritage, tous les fondements d’un parti révolutionnaire.
    Redéfinir notre identité, passe pour moi, par un bilan des causes de nos reculs et de nos échecs. Le sigle, le drapeau n’y sont pas pour grand chose, en tout cas beaucoup moins que tous les renoncements qui ont jalonné ces 30 dernières années.
    Le mot “commun” est devenu “tendance”. Il sied si bien à la FI, parti réformiste. Il conduit par exemple, à remplacer l’expression “services publics” que tout le monde comprend et apprécie. N’aggravons pas la confusion déjà installée entre le PCF et la FI. Il s’agit bien de redéfinir notre identité par nos propositions, nos actes. Nous sommes un parti communiste, ce que tu sembles regretter.
    Par contre, travailler l’image au sens de la communication me semble nécessaire. Mais prenons garde à ne pas nous laisser glisser vers un affadissement de nos couleurs, tel que cela me semble se dessiner avec le pictogramme de cette page “notre Rêv olution”. Le bleu du texte et de quelques personnages est celui de la France Insoumise. Je dis STOP. Choisissons le rouge PCF et soyons-en fiers.
  • a pris position important 2018-01-10 18:23:30 +0100
  • a commenté 2018-01-10 16:14:58 +0100
    Bonjour Hervé,
    j’aime bien ta proposition qui inclue le mot “Communs” c’est à dire l’ensemble des “ressources partagées, gérées collectivements par une communauté”(wikipedia) et le mot “Humain” ce qui rappelle notre slogan “l’humain d’abord”. La notion écologique y apparait aussi clairement. “Parti des Communs pour le Développement Humain Durable”, PCDHD ou “Parti des Communs”, PC pour faire plus court. Pourquoi pas !
  • a commenté 2018-01-08 11:50:20 +0100
    -
  • a pris position important 2018-01-08 11:50:20 +0100
  • a publié dans Nouveaux modèles d'organisation 2018-01-08 11:48:14 +0100