Amendements - Bilan critique - Congrès PCF

Un bilan critique équilibré
Contributeurs :

Un bilan critique : Avant de présenter nos amendements, il nous semble nécessaire de préciser qu’un bilan critique de l’activité du Parti Communiste : • ne peut pas commencer en 2002, • ne peut pas se résumer à la critique de la direction sortante, • doit tenir compte de l’évolution de la société et des rapports de force dans le monde, • doit comporter une partie mettant en valeur les aspects positifs de nos actions et les succès engrangés. Page 6 Amendement n° 1, suppression de la ligne 4 : « Les échecs successifs sont dans toutes les mémoires » Amendement n° 2, lignes 5 à 7 : supprimer :« 2002 : notre effacement politique dans la « gauche plurielle » au lieu d’une action autonome sur les idées et dans les luttes conduit à l’échec à l’élection présidentielle » ; rajouter : « Début des années 1990 : avec la chute de l’URSS, le « modèle » alternatif socialiste s’effondre ce qui a des conséquences durables sur tous les partis communistes dans le monde. 1995 – 2002 : L’expérience de « la mutation » du Parti et ses dérives » Amendement n°3, lignes 12 à 52 : supprimer entièrement le passage, le remplacer par : «2007 création à l’initiative de notre parti des « collectifs anti-libéraux » avec une dynamique nouvelle et un réel élargissement du nombre des actrices et des acteurs qui construisent un programme d’action pour les présidentielles. Cela aboutit cependant un échec, le rapport des forces nous étant défavorable au moment de la désignation de la candidate communiste comme représentante des collectifs pour les élections. Cela a pour conséquence sur l’effondrement de notre résultat à la présidentielle. 2008-2016 : Création du Front de Gauche à notre initiative. Une construction originale qui a motivé l’engagement de dizaines de milliers de personnes, l’espoir de millions d’autres, autour du programme « L’humain d’abord ». Nous ne sommes pas allés jusqu’au bout de l’expérience comme nous ne nous sommes pas assez appropriés de notre idée de « fronts de luttes ». Le Front de gauche a sans doute eu trop tendance à se transformer en machine électorale. Il a ouvert un espoir de changement mais il n’a pas su offrir une alternative radicale et crédible à toute la gauche. 2017 : la décision du 37eme Congrès d’avoir un candidat communiste dans la perspective de la présidentielle n’est pas retenue, les adhérents se prononçant en faveur du soutien à la candidature de JL Mélenchon. Dans ces conditions, après des reculs importants aux élections municipales et régionales, marquées par la perte de nombreux élus communistes, notre résultat aux législatives (2,72 % des exprimés) est le plus mauvais de notre histoire. Nous obtenons cependant 11 députés dont 5 élus dans le cadre des très rares accords de retrait de la FI au premier tour. » Page 7 Amendement n° 4, ligne 1 : « Cet affaiblissement n’est pas une fatalité » devient un titre permettant d’introduire les aspects positifs de notre bilan. Amendement n° 5 : ligne 2 et 3 : Supprimer : « Il a pour cause principale des choix politiques initiés par nos principaux dirigeants et obstinément poursuivis malgré les alertes et les échecs » Amendement n°6 : ligne 4 rajouter :« Dans ce bilan critique, il y a aussi des réussites. Citons notamment : 2005 : l’expérience réussie du référendum sur l’Europe Nous avons su mettre la force organisée du parti à la disposition de celles et ceux qui voulaient résister. Nous avons parié sur la capacité des électrices et des électeurs à s’emparer du débat et cela a fait toute la différence. Les dirigeants du pays disaient tous « avec un texte pareil, c’est impossible ». Nous avons publié l'intégralité du document dans l'Humanité, mené des débats, publié des « traductions » successives pour éclairer les enjeux. Le levier démocratique, élément majeur et fondamental de la victoire de 2005, est sans cesse sous-estimé dans nos pratiques politiques aujourd’hui. 2009 : La votation citoyenne pour La Poste, organisée en octobre pour demander un référendum national sur le service public postal. Vrai référendum d'initiative populaire contre la transformation de La Poste en société par actions, il a réuni près de 2 millions de votants. » Nos erreurs…. Amendement n° 7 : ligne 4, remplacer :« Ces erreurs ont un lien » par « Nos erreurs et nos échecs ont un lien » Amendement n° 8 : ligne 10, après « novation communiste. », remplacer la fin du paragraphe par : « Un défi que nous avons eu du mal à relever et qui, sous peine de disparaitre, nous impose impérativement d’écrire « un manifeste du Parti communiste du XXIème siècle ».

Les commentaires