Amendements
Pour un Parti communiste utile, agissant, audacieux et novateur, internationaliste et révolutionnaire - Congrès PCF

Dans l'entreprise
Contributeurs :

Page 21 - après la ligne 55 : oui, la relance du combat de classe dans l'entreprise est indispensable. Mais il ne suffit pas de "il y a qu'à" et de "il faut qu'on" pour que ça se fasse. Comment prenons-nous en compte la difficulté du combat politique au sein de l'entreprise, la peur de la placardisation, du blocage de carrière, de la mise à l'index, du licenciement ? Comment prenons-nous en compte les différences si importantes entre grandes entreprises, PME-PMI et TPE ? Que faisons-nous des ubérisés, des auto-entrepreneurs, des télé-travailleurs ? Amendement : ajouter après "la cité." : Mais cette volonté ne pourra devenir autre chose qu'une promesse de congrès qu'à la condition que nous réfléchissions ensemble aux possibilité de la mettre en application. Il ne suffit pas de consignes, il faut aussi aider les militants, les camarades, à répondre aux conséquences que peut avoir un engagement politique pour des salariés confrontés, en particulier dans les PME et TPE, à la pression patronale, aux dangers de stigmatisation, de blocage de carrière, de placardisation, voire de licenciement. De même, qui dit relance du combat de classe dans les rapports d'aliénation, dit prise en compte des nouvelles formes d'exploitation que sont la précarisation à outrance, l'ubérisation, l'auto-entreprenariat, le télé-travail. Là aussi, une réflexion nationale doit être menée à la base pour espérer pouvoir passer de la parole aux actes.

Les commentaires