La formation des communistes - Congrès PCF

Comment former les communistes à la problématique de la valeur ?
Contributeurs :

#Stéphan Manganelli #Guillaume emesge #Odile Planson Haribey et Friot ne sont opposés que partiellement sur la question de la valeur. Ils ont en commun d'avoir la difficulté d'un JB Say de donner de la valeur à du travail marchand ou non qui n'entre pas dans la production d'une marchandise matérielle marchande qui fonde la démonstration à A. Smith sur la valeur temps de travail.
Marx ne traite pas directement ces problèmes, sans doute parce qu'ils sont triviaux de son point de vue...

Je passe sur l'idée stratégique à d'autres titres du concept du travailleur productif collectif (Qu'est-ce que le prolétariat, est-ce la classe ouvrière etc).

J'en viens au sujet:

Comment former les communistes à la problématique de la valeur ?

Pour Marx, une cantatrice embauchée par un entrepreneur producteur de spectacles permet à celui-ci de faire du profit. La cantatrice est donc une force de travail exploitée ; Elle crée donc de la valeur pour elle et pour le capitaliste.
Elle est prolétaire comme l’ouvrier payant parfois un billet pour l’écouter...
(Cf Livre IV du capital... Marx n’a pas osé écrire cela dans le livre 1 du capital. Il était "encore trop jeune" diront certainement certains aujourd'hui pour ne pas avoir eu peur des ouvriers. Il a choisi un exemple plus consensuel, le professeur...).

Il n'y a donc pour Marx aucun problème: les productions "immatérielles" marchandes peuvent produire de la valeur
A condition bien entendu qu'elles soient considérées socialement comme offrant une valeur d'usage du point de vue de l'acheteur qui doit alors en débourser la valeur (exprimé monétairement par le prix).
Pourquoi ?
La nécessité qu'une production se voit accorder une valeur (une valorisation économique) ne relève en rien du capital mais de l'économie de marché. Comme Aristote l'avait déjà si bien compris dans une économie déjà marchande, mais avec une ampleur bien moindre que dans notre société.

C'est l'organisation marchande des sociétés qui impose aux hommes de donner valeur à ce qu'ils vendent et achètent sur un marché plus ou moins développé.
Pas la manière de produire de certains ces richesses promises à achetées pour être consommées par d'autres.

Il faut comprendre la nature de la contrainte sociale liée à l'existence du marché. Pour poser la problématique correctement, il faut remonter le temps, examiner des économies marchandes peu développées (Aristote). Et pour la résoudre facilement, il faut examiner les économies marchandes très développées, comme la nôtre...

Dans notre société, plus personne ou presque ne prends le temps de produire par lui-même ses propres conditions d'existences. Chacun produit biens et services nécessaires aux conditions d'existences des autres personnes qui ont la même stratégie. Xénophon expliquait déjà pourquoi!. Et tout le monde se retrouve sur un marché d'une incroyable complexité. La monnaie le simplifie quelque peu tout en le complexifiant sous certains aspects: autres questions...

Le marché est pour chaque producteur le lieu d'acquisition de la monnaie par la vente de ses ou sa marchandise
La dépense de cet argent permet à chaque producteur d'accéder aux biens et services qu'il n'a pas pris le temps ou pas pu produire par lui-même.
Ici pas la peine de s'occuper de savoir qui l’œuf et la poule! Le cycle est acté depuis longtemps

Dans un société aussi marchande que la nôtre...

Tout producteur consacrant son temps à produire pour la reproduction des conditions d'existences des autres, sans prendre le temps de produire les siennes, doit trouver moyens de faire revenu afin d’acquérir sur le marché les valeurs d'usage nécessaires à ses propres conditions d'existences mais qu'il n'a pas eu le temps de produire...

La question de la valeur se réduit donc à l'évaluation sociale de ce temps de travail

Pour comprendre le revenu salaire, il faut examiner ce que vend sur le marché le prolétaire de Marx.
Pour comprendre le revenu traitement du fonctionnaire, il faut examiner ce que celui-ci produit au regard du marché (ou d'autre chose?), le marché restant le lieu où il doit s’approvisionner. Ici il faut examiner l'usage d'une partie des revenus des autres producteurs non fonctionnaires...
Pour comprendre les revenus de remplacement du retraité, du chômeur indemnisé, du travailleur malade et ses remboursement de frais, du nécessaire revenu de l'étudiant pleinement adulte en formation etc... il faut examiner s'ils portent sur le marché une "marchandise". A défaut, il faudra examiner la provenance possible de l'argent, donc des richesses sociales produite sous-tendues qu'ils peuvent acquérir...

Les commentaires