Le Parti et les classes populaires, au travail comme dans la cité - Congrès PCF

Des divisions catégorielles à la conscience de classe reconstituée
Contributeurs :

Saliha Boussedra souligne dans l’humanité du 19 Février, « Les salariés sont soumis à des divisions catégorielles qui rendent leur intérêt de classe secondaire ». Il n’est pas possible de renvoyer les problématiques catégorielles à des problèmes secondaires. Il s’agit au contraire de les reconnaitre pleinement. Une politique de classe qui ne travaille pas avec et contre les divisions catégorielles en pensant passer au-dessus semblent vouée à l’échec ». Ce sont bien en effet les divisions liées au travail qu’il faut investir. Les divisions modernes issues ou exacerbées par le Capital. Ou des divisions plus anciennes récupérées au passage par le capital alors même qu’il n’a pas strictement besoin de certaines ! Celle entre les hommes et les femmes, le racisme. Les seules divisions anciennes qui l’intéressent ce sont en définitives celles entre les fonctions intellectuelles et manuelles. Mais même ici la machine moderne à l’intelligence artificielle a des exigences radicalement nouvelles... Dans les années 60, l’effort pour coller aux réalités du salariat auquel appelle Saliha Boussedra a été perçu. Mais admettons qu’il ne fut pas mené avec la détermination et les moyens nécessaires. Admettons même qu’il a reculé dès lors que nos échecs électoraux ont commencé à interpeller notre stratégie. Vouloir centrer notre révolution interne sur la prise en compte des classes populaires peut-elle inverser la tendance ? Certainement pas...Il faut au contraire sortir d’un approche historique rétrécie du concept de prolétariat. Celle-ci ne prêtait pas trop à conséquences jusqu’en 1960, mais depuis elle est devenue un obstacle stratégique au vu de la réalité des forces productives modernes. Il faut donc en revenir à ce fameux prolétariat de Marx, travailleur collectif productif qui peut aller d’un scénariste du cinéma, salarié des studios hollywoodiens de la grande époque, à l’ouvrier de Smart ! Sans oublier que devenir fonctionnaire, retraité, chômeur, chercheur, professeur, ne vous a jamais sorti pas de votre classe dès lors que vous êtes radicalement séparé en propre de toute propriété des moyens de production et d’échanges. Les divisions du travail dans lesquelles s’inscrivent nécessairement les prolétaires ne peuvent amener les communistes à les hiérarchiser, à soumettre les uns aux autres au titre des divisions concrètes et mal vécues du travail. Il faut au contraire proposer une conception forte du travail et de ses finalités sociales. Il faut tout autant nourrir tous les combats sur la formation afin de s’assurer que tous les fils et filles de prolétaires puissent accéder le plus vite possible à toutes les fonctions, jusqu’au aux plus hautes responsabilités, que ne cessent de déléguer la Bourgeoisie. Ici, l’affaire est stratégique. La salarisation massive de la population acte que « La bourgeoisie s'avère comme une classe superflue ; toutes ses fonctions sociales sont maintenant remplies par des employés rémunérés » (Engels - Anti-Dhuring) .. La grande priorité n’est-elle pas d’aider le prolétariat à reprendre les mots de Sieyès à son seul compte, qu’il soit du privé ou du secteur public : « Qui donc oserait dire que le Tiers état n’a pas en lui tout ce qu’il faut pour former une nation complète ? ». Renouons avec cette manière de penser le monde, dans la réalité historique du rapport social. Choisissons de devenir le parti de tout le prolétariat, c’est-à-dire le parti qui entend faire progresser le travail de toutes les catégories et professions dans l’objectif de l’émancipation de tous.

Les commentaires