Nouveaux modèles d'organisation - Congrès PCF

Lien aux adhérents, démocratie interne et échanges entre sections
Contributeurs :

Contribution collective de la section PCF de Saint-Maur-des-Fossés (94) : 1 • ENTRETENIR UN LIEN RÉGULIER AVEC LES ADHÉRENTS POUR LES ARMER IDÉOLOGIQUEMENT, RÉPONDRE A LEURS ATTENTES ET LES INVITER A PASSER A L’ACTION : a) Le lien de la cotisation et le rôle des trésoriers / collecteurs doivent être remis au centre de notre politique de contact avec les adhérents : * La remise de carte et la collecte régulière des cotisations sont de bonnes occasions d’entretenir la relation et de dialoguer en face à face afin de savoir ce que pensent les camarades qui ne participent pas aux réunions de section. Ce contact « physique » entretenu par le collecteur doit permettre d’articuler le sens du collectif qui est présent en chaque communiste. * A ce titre, il est important que les collecteurs bénéficient d’une bonne formation politique car ils sont parfois les seuls camarades actifs du parti qui sont connus par les adhérents éloignés de nos initiatives militantes. b) Les courriers de convocation envoyés régulièrement (mensuellement) aux adhérents pour les réunions de section et assemblées générales doivent avoir un contenu politique et doivent contenir autant que faire se peut : * un point sur l’actualité clarifiant le point de vue des communistes et les grands combats en cours pour que chaque militant soit bien armé et bien au courant des positions et des luttes animées par le Parti. * des incitations à participer à des initiatives locales, fédérales ou nationales. En complément de ces courriers, des échanges brefs / notifications par SMS, e-mail ou téléphone sont à prévoir pour les camarades qui souhaitent aller à l’essentiel. c) Pour combattre le sentiment de résignation qui touche certains adhérents, il paraît important de mener et animer dans chaque section ou territoire des combats locaux, qui peuvent aboutir sur des victoires (défense d’un bureau de poste, soutien à des grévistes, défense d’un service de santé), pour que les adhérents puissent se sentir pleinement utiles, valorisés et voir qu’ils peuvent faire la différence localement. => Ces combats locaux menés notamment hors campagne électorale peuvent amener vers la mobilisation des adhérents critiques vis-à-vis de certaines pratiques électoralistes. Ils présentent aussi l’avantage de permettre d’illustrer concrètement nos discours sur le caractère destructeur du capitalisme et de démontrer la force du collectif (en cas de victoire). d) Concernant les nouveaux adhérents, leur accueil nous paraît devoir être repensé pour les impliquer rapidement dans l’action, les outiller et tenir compte des attentes des jeunes en termes de militantisme… Si la formation est un enjeu majeur qui reste à développer, la remise d’un kit d’accueil type (à mettre à disposition dans les fédérations) à donner en même temps que la carte serait un premier pas souhaitable pour permettre à chaque camarade de savoir dès le départ quelles sont les positions du Parti et quels sont ses modes de fonctionnement. Ce kit pourrait par exemple contenir : * Dernier texte voté en congrès (Cf. Numéro de « Communistes » où il était reproduit) * Dernier programme national (« La France en Commun ») * Statuts en vigueur, * Bulletins d’abonnement à l’Humanité et à Cause Commune avec, si possible, des tarifs avantageux, * Bibliographie et sites web conseillés… e) Concernant les nouveaux média, la tenue d’une page Facebook et/ou d’un site web de section faisant l’inventaire des actions et proposant des argumentaires constitue, notamment quand il est accompagné de l’envoi de newsletters régulières (ou d’e-mails transmis à une liste de diffusion regroupant tous les adhérents), un autre moyen d’entretenir le lien et d’inviter à passer à l’action. f) Concernant les outils, quand un camarade dit être intéressé par une thématique et que celle-ci est enregistrée dans COCIEL (« ses centres d’intérêt politique et militant »), il serait pertinent que ses coordonnées soient directement transmises aux animateurs nationaux et fédéraux de cette thématique et/ou rajoutées dans les listes de diffusion associées de façon à ce qu’il puisse rapidement recevoir des informations sur la (ou les) thématique(s) dans lesquels il souhaite s’impliquer. g) Lorsque les adhérents sont sollicités pour donner leur avis, l’info ne doit pas être que « montante ». Les camarades doivent avoir un retour sur la façon dont leur avis a été pris en compte et intégré dans les politiques du Parti. A ce titre, l’absence de synthèse des propositions formulées lors des dernières consultations organisées par le Parti (site contributif des états généraux du progrès social, ruche de l’assemblée nationale des animateurs de section…) donne une très mauvaise image de notre capacité à tenir compte des avis donnés. => Si on souhaite mobiliser les adhérents et les convaincre que leur voix compte, une synthèse transparente des avis et propositions collectées lors des consultations est un préalable non négociable. h) L’explosion des horaires décalés, du travail de nuit et du week-end mais aussi l’augmentation de la précarité doivent nous inciter à développer des moyens permettant aux adhérents qui sont dans ces situations de pouvoir s’exprimer même s’ils ne peuvent pas venir aux réunions ou assemblées générales. La mise en place de forums internet thématiques privés (réservés aux adhérents) à des niveaux départementaux ou de boîtes à idées électronique pourrait s’avérer un bon outil pour tenir compte des évolutions du salariat. i) Pour mieux faire vivre ce lien avec chaque adhérent, de nombreux camarades plaident pour le retour d’une fonction de secrétaire à l’organisation dans chaque section ayant notamment en charge le suivi des cartes et des adhérents. j) La question du financement est centrale mais est relativement peu abordée dans les débats proposés. Or, il nous semble que, pour retrouver une ligne politique claire dans le contexte actuel, le PCF doit viser à ce que ses finances ne soient plus aussi dépendantes des rémunérations de nos élus. Notre politique électorale ne doit pas être adossée à des enjeux financiers aussi importants qu’actuellement, sinon nous ne nous sentons pas toujours réellement libres de nos prises de position politique. 2 • DÉMOCRATIE INTERNE ET HORIZONTALITÉ : DES ATOUTS A RENFORCER a) Chaque semaine, des tracts et argumentaires sont rédigés par des sections à travers la France. => Nous proposons de prévoir un espace de partage sur le site web du PCF (réservé aux animateurs de section) où chaque section, fédération ou commission pourrait mettre à disposition des autres ses productions (tracts, affiches, modèles de pétition, supports de formation…) pour réellement mettre à profit notre intelligence collective. b) La démocratie et l’émancipation de chacun sont au cœur de notre engagement communiste. Il est donc essentiel d’organiser autant de débats horizontaux que verticaux pour produire des idées réellement nouvelles et partagées mais il convient de réfléchir en même temps à des modalités pour mieux faire remonter les débats de la base et s’assurer de leur prise en compte par les directions fédérale et nationale. => Pour renforcer la démocratie interne au PCF, nous proposons ainsi de : * Consulter plus souvent les camarades sur les décisions stratégiques en utilisant les nouveaux outils à disposition (internet) mais en laissant la possibilité aux camarades plus âgés de faire connaître leur vote par courrier ou via des urnes mises à disposition à la section. * Créer des espaces d’échange plus fréquents (trimestriels ?) entre militants de base et direction nationale pour éviter la coupure entre une élite supposée et des militants c) Plutôt que de les esquiver par peur de s’entredéchirer, les points de débats importants au sein de notre Parti (notamment Europe, Écologie, Bilan…) doivent faire l’objet de réelles discussions animées nationalement et localement avec une période de débat ouvert donnant lieu après quelques semaines à un vote des communistes pour permettre de clarifier la position des communistes et de les unir les communistes une fois qu’une position majoritaire aura été actée. Ceci devrait être fait en amont du Congrès. d) Le partage des bonnes pratiques locales est à renforcer pour s’appuyer sur ce qui existe déjà dans les sections et faire face à la baisse de notre nombre de cotisants. A ce titre, nous proposons de : * Prévoir un temps systématique d’échange sur les initiatives locales de chaque section au sein des conseils fédéraux (départements). * Mettre cette volonté de partage / transmission de bonnes pratiques au cœur des missions des responsables fédéraux à la vie du parti. e) L’animation de forums d’échanges d’idées sur internet (autour des commissions thématiques ?) semble à discuter pour faciliter la mise en réseau des militants au-delà des organisations déjà existantes. f) Nous devons inventer des solutions pour que les femmes soient mieux représentées en commençant par améliorer la représentation et la place des femmes dans le Parti et en donnant l’exemple à chaque niveau, pour que les femmes se sentent plus à l’aise, notamment pour s’exprimer en réunions.

Les commentaires

  • a commenté 2018-03-29 21:05:37 +0200
    La démocratie en France est très mal menée depuis plusieurs mandats présidentiel. Les français constatent la violence des multiples procédés anti-démocratique 49-3, ordonnances, référendum non respecté… Nous devons être exemplaire à ce sujet : la consultation régulière des militants, la communication entre la base et sa direction, la prise en compte des aspirations et des inquiétudes, en d’autre termes un Parti à l’image de ses adhérents est répondant au défit d’une 6ème République?
  • a pris position important 2018-03-29 21:05:36 +0200
  • a commenté 2018-03-27 19:39:04 +0200
    Notre idée n’est pas de remettre en cause la souveraineté des communistes qui doit en effet primer en toute circonstance. Au contraire, nous proposons dans ce point 2b) comme dans le point 2c) de rendre plus fréquentes les consultations sur les sujets qui font vraiment débat au sein du Parti pour permettre à chaque camarade de s’exprimer et pour permettre à une position majoritaire d’émerger de manière claire. Ce mode de consultation “sans filtre” permettrait par ailleurs à notre sens de mieux prendre en compte les nouveaux modes d’engagement et le besoin d’expression directe qui se fait entendre de plus en plus dans les jeunes générations. De notre point de vue, ceci n’est pas contradictoire avec nos statuts et toute consultation devrait clairement être précédée d’un (ou plusieurs) débat(s) dans chaque section pour que les communistes votent en ayant toutes les cartes en main. Le rôle des directions de section n’est pas remis en cause par notre proposition. Les débats/combats à mener localement sont bien décidés par les communistes et leurs directions dans chaque section et ces directions de section ont bien entendu un rôle d’animation et de “courroie de transmission” à jouer entre les camarades des sections et les comités fédéraux (voire le conseil national). Il nous paraît juste important dans le contexte actuel d’avoir plus de consultations directes et d’échanges “sans filtre” à un niveau national sur les sujets qui ne font pas consensus au sein du Parti (afin d’éviter de rester dans un entre-deux qui ne profite à personne, et qui ne profite pas non plus à la clarté de notre ligne politique).
  • a commenté 2018-03-27 11:48:49 +0200
    Est-ce qu’il n’y a pas une contradiction fondamentale entre ce qui est exposé au § b et la question de la démocratie ? Est-ce que les communistes, désormais souverains, selon nos statuts, ne peuvent pas être les moteurs de réflexion et d’action dans les AG de section. Cela n’implique t’il pas d’autres méthodes que celles énoncées et notamment celles d’une direction de section ?
  • a pris position important 2018-03-27 11:48:48 +0200
  • a publié dans Nouveaux modèles d'organisation 2018-03-25 18:58:52 +0200