Nouveaux modèles d'organisation - Congrès PCF

Réajuster nos pratiques internes aux évolutions sociétales.
Contributeurs :

Nos conseils (nationaux, départementaux) et assemblées de section commencent immanquablement par un rapport liminaire copieux préparer par un membre de l'exécutif. Cette pratique quasi systématique, me semble marquée au sceau de notre histoire marxiste-léniniste. Le dirigeant incarne la parti guide et guide donc les camarades dans le sens et dans la direction que l'exécutif pourtant censé exécuter (mettre en œuvre) propose en fait très largement. Elle risque de renvoyer chaque adhérent-e à un rôle passif et d'exécutant. De fait ma petite expérience du parti (j'étais déjà là pour les "changer de cap") me montre que se noue alors entre la direction et le reste des camarades un jeu pas très dynamique où les derniers se reposent largement sur les premiers... En outre les aspirations des adhérent-e-s, évoluent avec la société dans le sens d'un plus individualisme, où la reconnaissance de soi par les autres prend de plus en plus d'importance (besoin d'être écouter, besoin de s'exprimer, besoin de se réaliser,etc..) C'est pour tenir compte des ces évolutions que depuis la rentrée septembre nous expérimentons en S&L, au CD comme dans à la section de Mâcon des formes plus "impliquantes" de réunion statutaire. Le schéma est le suivant. La réunion est convoquée avec un ordre du jour développé comportant des questions ouvertes pour la réflexion. Les camarades sont invité-e-s à travailler par groupe sur ces questions, à s'en poser d'autres et à proposer des actions à entreprendre. A ces moments les membres de l'exécutif s'effacent en tant qu'exécutif (pas en tant qu'adhérent-e-s) Puis les groupes de travail qui ont désigné un secrétaire et un rapporteur, rendent compte de leur réflexion et de leurs propositions. Le rapport classique est ainsi établi par l'ensemble des présent-e-s, de l'analyse du contexte aux propositions d'initiatives. Le débat de cette seconde phase est plus ramassé, concentré sur la prise de décision démocratique. Au delà de cette forme qui peut évoluer en fonction des enjeux à traiter, je retiens le sens que nous voulons faire transparaître: celui d'un adhérent-e souverain-ne, celui de l'intelligence collective, celui de la formation par la confrontation des idées, celui de la dynamique des relations interpersonnelles. Enfin à l'issue de telles réunions, il est clair que la mise en œuvre est collective: l'exécutif étant alors plus dans le rôle de facilitateur de l'action décidée que d’organisateur de l'action qu'il aurait préalablement "vendue".

Les commentaires

  • a commenté 2018-06-07 11:39:06 +0200
    En ce qui concerne la tenue des conseils départementaux et des comités de section je suis plutôt d’accord avec le fait qu’un type de convocations développées pourraient être plus attractives pour les camarades qui composent ces instances. La pose de questions ouvertes, tout comme un ordre du jour précis dès la convocation, aiderait certains camarades à intervenir et, particulièrement, ceux qui n’ont pas pour habitude de s’exprimer facilement… Ils viendraient avec une analyse travaillée en amont et affinée de leur expérience sur le terrain et le reverseraient plus volontiers à la discussion du jour. Pour laisser le temps à chacun de s’exprimer, cela implique, de la part du rapporteur, de faire l’effort d’un rapport de la situation politique plus concis, qui relèverait surement la dynamique et devrait être suffisant au regard d’une assemblée sensée être déjà bien informée. Je suis également très attachée aux comptes rendus ou relevés de décisions qui doivent ensuite redescendre en direction de tous les adhérents sous forme dématérialisée ou papier pour ceux qui n’ont pas Internet (et il y en a). Il m’apparait cependant particulièrement difficile, compte tenu de l ‘actualité qui nous oblige à nous réunir et à participer à de nombreuses initiatives à un rythme soutenu de trouver le temps de réunions supplémentaires pour les camarades en responsabilité pour travailler les thèmes par groupes avant ces rendez vous de Comités de Section OU Conseils Départementaux. En revanche, c’est à partir de ces échanges nourris que les camarades en responsabilités se doivent d’alimenter et provoquer les débats au sein de toutes les assemblées de communistes, (cellules, AG de section,) pour qu’ils ne restent pas cantonnés à quelques uns.
  • a pris position important 2018-06-07 11:39:06 +0200
  • a commenté 2017-12-28 12:54:57 +0100
    Le rapport moral en début de réunion tue la discussion car il ne comporte que peu de questions ouvertes. Il ne favorise pas la prise de parole de certains adhérents dont nous ne sauront jamais ce qu’ils pensent des sujets de l’ordre du jour, c’est grave. Je n’ai cependant aucune difficulté pour faire la liste des orateurs qui vont intervenir, toujours les mêmes, avec bien sûr la formule “moi je” ou “je suis d’accord avec le camarade Paul” et il répète ce que nous avons déjà entendu. Ce que tu décris très bien : “(besoin d’être écouter, besoin de s’exprimer, besoin de se réaliser,etc..)”
    Il est bien plus productif pour notre parti de faire parler nos adhérents sur les problèmes qui les concernent, en se souciant de ceux qui n’ont pas l’élocution facile, ce que tu préconises et que j’approuve totalement.
    La seconde phase me convient aussi car elle “colle” à la démocratie interne du parti et les dirigeants deviennent des fédérateurs, des facilitateurs et synthétiseurs des actions évoquées et à mener. Elle se sert de l’intelligence collective.
    Il est de notre devoir de militant de comprendre les mécanismes de la société dans laquelle nous vivons et pour cela le parti doit instaurer, au niveau des sections et autres lieux, des sessions de formation et de connaissance sur un sujet précis sollicité par les adhérents.
  • a pris position important 2017-12-28 12:54:57 +0100
  • a commenté 2017-12-22 10:47:43 +0100
    tu
  • a pris position important 2017-12-22 10:47:43 +0100
  • a pris position favorable 2017-12-22 10:47:43 +0100
  • a commenté 2017-12-14 15:09:10 +0100
    J’adhère complètement et à l’analyse, et à la démarche et aux objectifs. Bien sur c’est moins facile et on n’est pas habitué, mais c’est tellement mieux !
  • a pris position important 2017-12-14 15:09:10 +0100
  • a pris position favorable 2017-12-14 15:09:10 +0100
  • a commenté 2017-12-12 13:54:39 +0100
    100% d’accord !
  • a pris position important 2017-12-12 13:54:38 +0100
  • a pris position favorable 2017-12-12 13:54:38 +0100
  • a publié dans Nouveaux modèles d'organisation 2017-12-11 18:05:18 +0100