La formation des communistes - Congrès PCF

Revoir sérieusement "le moule" de la fameuse "formation des communistes" !
Contributeurs :

Il faut bien citer des noms quand ils ont balisé le chenal qui conduit le PCF & "la gauche" dans l'œil d'un cyclone annoncé : il faut s'interroger sur le sens même de notre beau mot de "formation des communistes": en effet, on doit s'interroger sur le contenu essentiel de cette "formation", quand elle a "produit" des Robert Hue, des Philippe Herzog, des Didier Le Paon & des Patrick Braouezec : va-t-on envoyer les "jeunesses communistes" dans une telle "formation" sans se poser cette grosse question là ? Il ne s'agit pas d'attaques personnelle, il s'agit d'interroger "la chose qui" a conduit tel "homme communiste s'il en est" là où il est rendu, à déclarer au Monde "je suis déçu par Macron pour qui j'avais appelé à voter" ! Je veux bien parler de "formation des nouveaux communistes" !...Mais il est temps d'en changer le "moule" !

Les commentaires

  • a commenté 2018-04-01 16:16:45 +0200
    Le regard critique sur “la formation” est important : c’est Roger Garaudy qui m’influença le plus vers 1963 quand " jeune chrétien", j’adhérai au PCF…Or l’on doit regarder ce qu’est devenue “la pensée de Garaudy” : il a fini à l’extrème droite négationniste, tout en ayant semé longtemps une très bonne “matière à réfexion”:

    le PCF doit se garder de tout repli sur de soi disant “noyaux durs de vérité absolue”, mais au contraire, former ses militants à la fabrique du lien : le lien sans lequel nulle république ne porte les atouts d’un internationalisme pacifiste et progressiste…Comment oser défendre une “identité PCF” qui serait inapte aux partages de pouvoirs qu’appelle le front commun nécessaire aujourd’hui ?
  • a commenté 2018-03-30 18:20:54 +0200
    Former pour servir le prolétariat en butte à une vraie guerre idéologique menée par la classe dominante, donc, saisir les arguments utiles en apprenant à les conjuguer quand l’idéologie dominantes les oppose :
    Apprendre le renfort qu’apportent les propositions d’Economie & Politique aux salariés en lutte, ne s’oppose pas à la recherche stratégique d’un front commun politique “éco-socialiste” où, justement les communistes devraient fournir plus que “de la militance dévouée”, mais l’information galvanisante : l’efficacité sociale et environnementale en lien avec “la démocratie partout”, donc au cœur des entreprises: le fameux Front commun politique attendu, il se réalise d’abord dans l’entreprise face à des enjeux concrets concernant toutes les catégories salariales: là, une spécificité (pas “identitaire”…) communiste concrète existe…La “formation” dont je parle viserait à former des animateurs de cellules d’entreprise produisant les “propositions concrètes” (à sens politique) en phase avec la" problématique locale" …face au pilonnage managérial…
  • a commenté 2018-01-25 18:57:52 +0100
    loin des transmission du dogme, que j’ai connu y compris à la JC dans les années 70, il faut repenser des temps de création d’idée appuyées sur des éclairages théoriques, qu’on doit pouvoir discuter, relativiser pour mieux se les approprier. Des démarches pédagogiques actives, issues de nos expériences dans l’éducation populaires doivent être mises en œuvre.
  • a pris position favorable 2018-01-25 18:57:51 +0100
  • a commenté 2018-01-23 14:49:32 +0100
    Je suis au bord du piège qui consiste à “citer des noms”…Mais voici exactement un exemple de ce qui pour moi peut être très “formateur”: André Chassaigne , vient de faire fonctionner la dialectique du “&” telle qu’elle devrait être notre “identité de rassembleurs” dans son discours à l’Assemblée Nationale:

    EXEMPLE DU « & » Bien utilisé et à propos , par André Chassaigne, à mon avis.

    “(…)
    Nous proposons une politique économique solidement fondée sur la recherche et l’enseignement, une coopération industrielle dans le respect des aspirations écologiques des peuples européens.
    (…)Imprégnons-nous de ce que disait si bien Nelson Mandela : « Tout ce qui est fait pour moi, sans moi, est fait contre moi. » fin .

    C’est donc pour moi AINSI que l’avenir du PCF peut se penser en travaillant à un FRONT COMMUN !

    http://www.andrechassaigne.fr/2018/01/55-ans-du-traite-de-l-elysee-intervention-a-l-assemblee-nationale.html?utm_source=ob_email&utm_medium=ob_notification&utm_campaign=obpushmail
  • a pris position favorable 2018-01-23 14:49:31 +0100
  • a commenté 2018-01-23 09:33:11 +0100
    Je n’aime pas citer des noms, mais ceux-ci ont un remarquable “en commun” : ils sont partis ! …et ce qui rend complexe “la leçon à tirer”, c’est la “non cohérence” des forces centrifuges les propulsant loin de “NOUS” !

    Resterait-il un fil (rouge)justifiant la “fidélité au parti” ? Je re-pense que oui, AVEC MARX ! notre Parti peut être une force nécessaire à L’HOMINISATION ! et j’en reviens à ce “&” devenu obsessionnel : c’est précisément lui qui chez Marx, aujourd’hui, peut signifier une visée anthropologique telle que le communisme rassembleur soit à la fois celui de l’homo économicus & celui de l’homo politicus…ET DANS CE “&”, la nécessité écologique figurait dès l’origine , inséparable des autres “nécessités” : l’avenir du PCF se pense alors en FRONT COMMUN !
  • a publié dans La formation des communistes 2018-01-22 12:52:36 +0100