Amendements
Un nouvel internationalisme pour relever le défi de la mondialisation capitaliste - Congrès PCF

Voeu sur les perspectives des enjeux européens au sein du PCF
Contributeurs :

I. La Base commune et l’Europe Il est écrit dans la base commune au sujet de la construction européenne « Nous avons des différences sur la façon d’en finir avec cette construction. » Il est dit quelques lignes plus loin « Des camarades pensent qu’on ne peut pas la transformer et qu’il faut affirmer le droit pour chaque nation de désobéir aux traités jusqu’à sortir de l’Union européenne si nécessaire pour respecter la souveraineté populaire. » Cela marque des débats au sein du PCF sur la position à adopter au sujet de l’Europe. Les communistes sont néanmoins en capacité de fixer une position sur l’Europe claire à l’occasion de ce congrès. Le travail engagé dans ce domaine est très avancé, et notamment depuis le référendum de 2005. On peut citer récemment le forum de Marseille en 2017 qui a rassemblé des acteurs politiques de toute l’Europe de gauche qui aspirent à des changements profonds dans la construction européenne. Ce forum sera renouvelé en 2018 à Bilbao en Espagne. Il rassemble des acteurs syndicaux, associatifs et politiques. Parmi les acteurs politiques, il y des membres du Parti de la Gauche européenne, et d’autres qui ne le sont pas. Le travail engagé est marqué par une convention nationale du projet sur l’Europe réalisée en 2016. On peut également citer les rassemblements du Front de Gauche en 2009 et 2014 dans le cadre national. La présidence de Pierre Laurent du PGE entre 2010 et 2017 a été marqué par une période de développement des liens entre les acteurs politiques européens et l’arrivée au pouvoir d’un parti allié du PCF en Grèce. Ce développement s’est accompagné de difficultés nouvelles importantes. On pourrait exprimer dans la base commune que le PCF affirme sa volonté de réaliser une construction politique au service des peuples en Europe. Les institutions actuelles ne conviennent pas aux citoyens, et les changer est possible. II. Donnons des perspectives La dynamique nationale sera centrale dans les élections européennes de 2019. Néanmoins, les sujets européens doivent faire l’objet d’importants débats. Il y a quelques mois, une journée consacrée sur les transports en Europe avec Jean-Luc Gibelin et Marie-Pierre Vieu a été le lieu de riches débats à Montpellier. La construction d’un front politique de gauche en Europe est possible. Les germes sont déjà là. De plus, regarder ce qui se passe ailleurs en Europe permet d’adopter un regard intéressent sur la situation actuelle. Il est possible d’organiser dans le cadre de la préparation des élections européennes des assemblées générales de communistes pour définir notre activité politique. A l’occasion de ses échanges, il sera possible de se former mutuellement. Nous disposons de nombreux éléments pour préparer ces échanges, fruits des travaux menés depuis 2005 par le PCF et les organisations européenne auquel notre parti appartient. Tout en gardant en tête la dimension nationale des élections européennes, nous pouvons développer notre discours politique sur l’Europe. Une question est posée par l’euro-député communiste honoraire Francis Wurtz au travers d’une contribution qu’il a réalisé. N’avons-nous pas un regard trop centré sur les questions économiques ? La question économique est centrale, mais résumer l’Europe à cela limite notre discours politique. Le fait que le placement des institutions européennes et des réels centres de décisions à l’Ouest de l’Europe ne mérite-t-il pas une critique ? Dire que le coeur de l’Union européenne c’est l’axe franco-allemand, c’est affirmer une réalité qui ne va dans le sens d’une construction politique démocratique en Europe. La question de l’euro est importante, mais centrer le débat autour de la monnaie commune présente de nombreuses limites. Cela ne permet pas d’engager un vrai débats sur les moyens d'écrire un autre avenir en Europe, en cristallisant les débats autour de l’élément monétaire. L’Europe constitue un élément central pour les jeunes générations. Ceux qui voteront pour la première fois en 2019 n’ont toujours connu que l’Europe de la monnaie unique et élargie à l’Europe médiane depuis 2004. En développant notre discours nous pouvons accroitre notre présence au sein de la jeunesse. L’Europe est un des espaces d’entrée dans les discussions politiques des nouvelles générations.

Les commentaires