Amendements - Relever les défis de la crise - Congrès PCF

2-3 Combattre le racisme, l'antisémitisme, la xénophobie
Contributeurs :

Combattre le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie avec une vigueur nouvelle et développer avec les citoyen.ne.s de nouvelles solidarités La violence du racisme lié au faciès, à l’origine, à la croyance, à l’adresse, et de l’antisémitisme affecte gravement la vie de nos concitoyen.ne.s. Le quotidien des habitant.e.s des quartiers populaires, en particulier celui des jeunes, est miné dans tous les aspects de l’existence, travail, logement, mobilité, école, loisirs… A l’inverse de la démocratie libérale, la république sociale porte des valeurs universelles, et permet à tou.te.s de se retrouver, de construire une identité collective. S’ intaure sous nos yeux un marché de la représentation identitaire. qui peut conduire à une véritable assignation identitaire,liée d’abord aux origines ou à la croyance. Le peuple se trouve divisé, étiqueté dans d’innombrables « eux » et « nous «. Le racisme, enraciné dans l’héritage du colonialisme, est plus que jamais l’instrument des politiques d’exploitation et de domination. La droite et l’extrême droite instrumentalisent les peurs en présentant les origines des personnes comme une menace. C’est le grand retour d’une vieille logique, celle des ennemis de l’extérieur et ceux de l’intérieur et du bouc émissaire. Ils montrent du doigt les travailleurs étrangers pour exonérer le capitalisme des injustices qu’il fabrique, comme le chômage et les bas salaries. De leur côté les fondamentalistes religieux instrumentalisent les croyances à des fins politiques. L’antisémitisme est réactivé pour justifier des actes de barbarie et de terrorisme. Droite, extrême droite, fondamentalistes religieux, racistes de tous poils exalte une identité repliée et fantasmée, et dénature la laïcité. Nous voulons inscrire avec toute la vigueur nécessaire et dans la durée le combat antiraciste pour une république solidaire et fraternelle, pour l’égalité de tou.te.s dans tous les domaines de la société et sur tout le territoire, en particulier dans les quartiers populaires. Avec Patrice Chamoiseau les communistes déclarent que « le racisme, la xénophobie, l’indifférence à l’autre qui vient, qui passe, qui souffre sont des indécences qui dans l’histoire des hommes n’ont ouvert la voie qu’à l’extermination et donc que ne pas accueillir même pour de bonnes raisons, celui qui vient, qui passe qui souffre et qui appelle est un acte criminel. » Le monde, l’Europe, la France, tous les états doivent penser de toute urgence, en termes nouveaux les migrations. Migrant.e.s qui fuient les guerres, la misère, les inondations, drames humains interrogent sur les choix politiques des gouvernements quand les citoyen.ne.s, les associations développent de multiples actions de solidarité concrètes. Pour notre part nous affirmons le droit à la mobilité , comme la nécessité du co développement et appelons à l’accueil digne des migrants dans le respect du droit international et de la convention international des droits de l’enfant. Le combat pour l’humaine dignité est au coeur de notre engagement communiste. Relevons le défi. Henriette Zoughebi, section Neuilly-sur-Marne et Damien Boussard

Les commentaires

  • a commenté 2018-11-09 11:21:40 +0100
    Amendement pour remplacer les lignes 35 à 55 page 8 et page 9 ligne 1 à 5
  • a publié dans Amendements - Relever les défis de la crise 2018-11-09 11:18:48 +0100