Nouveaux modèles d'organisation - Congrès PCF

Le temps de la démocratie
Contributeurs :

La démocratie et la délibération demandent du temps. Comment concilier ce nécessaire besoin de discussion collective et les rythmes de nos vies dans un monde qui accélère sans cesse ? Comment conjuguer les exigences de la démocratie et les aspirations individuelles qui ont aussi leur légitimité, même lorsqu'elles ne s'inscrivent pas dans le champ politique à strictement parlé ? Quel type d'organisation pour ceux qui craignent que l'engagement revienne à sacrifier ses soirées dans de longues réunions ?

Pourquoi ne pas instituer plusieurs niveaux de militantisme afin de mieux coller à la diversité des types d'engagements aujourd'hui ? C'est ce que propose le Parti des Travailleurs Belge. Il propose 3 niveaux d'adhésions. Pour chaque niveau, une cotisation, très faible pour ceux qui choisissent de s'investir a minima, plus importante pour les autres. Chaque niveau implique un engagement. Par exemple, pour l'engagement faible, participer à une AG au cours d'une période de plusieurs mois.

Pourquoi ne pas recourir plus régulièrement à internet pour permettre à ceux qui ne viennent pas aux réunions de s'investir tout de même.

Les commentaires

  • a commenté 2017-12-11 20:19:35 +0100
    Il est vrai que nous avons plusieurs niveaux niveaux d’engagements des adhérents mais le montant de la cotisation ne reflète pas toujours le niveau d’engagement même si elle peut donner une indication, il y a des adhérents qui continuent à payer un montant élevé de cotis et qui ne veulent plus militer, il y a des précaires qui militent avec une cotis à 12 € l’année,
    Par contre nous avons de plus en plus de faibles cotisations, peut être faudrait il réfléchir sur le montant de la cotisation ou la mise en place de forfaits
    Là où je suis d’accord avec Florian c’est que nous devons créer des espaces sur internet qui permettent à des communistes de pouvoir s’investir et débattre avec d’autres adhérents car la disponibilité manque souvent
  • a commenté 2017-12-11 15:40:17 +0100
    @ fanny ternon et Jean-Marc Barès-Crescence

    Je comprends les difficultés. Une vraie carte sympathisant me parait intéressante; une carte sympathisant qui implique de recevoir de l’info de façon régulière et des invitations à des réunions. Le but étant d’élargir notre audience. On connaît tous j’imagine des dizaines de copains compagnons de route qui ne prendraient pas leur carte. Je cherche une manière de les lier plus à nous…
  • a commenté 2017-12-11 11:28:17 +0100
    Mitigé sur ta contribution:
    - Bonne problématique,
    - ok pour internet et différents niveaux d’investissement,
    - mais non à plusieurs statuts d’adhérents qui va voir émerger une élite surinvesti par rapport à une masse de supporters (dérives à prévoir),
    - Est-ce vraiment le manque de temps qui dissuade l’adhésion ou plutôt le manque d’adhésion à 1 projet politique?
  • a pris position defavorable 2017-12-10 17:58:32 +0100
  • a commenté 2017-12-10 17:12:38 +0100
    Et pourquoi pas une carte de sympathisant qui donnerait accès à de l’information et à quelques réunions sans pour autant avoir accès aux votes du partis ? Ils pourraient s’inscrire dans des initiatives s’ils le souhaitent mais ne seraient pas effrayés par l’obligation de militer…
  • a commenté 2017-12-10 07:51:29 +0100
    Plusieurs niveaux de cotisation pour plusieurs niveaux d’investissement me paraît une idée délicate et qui peut s’avérer dangereuse. En revanche, il existe déjà plusieurs niveaux d’investissement, c’est une réalité, et deux statuts, celui de l’adhérent, et celui de l’adhérent cotisant, c’est une réalité également. Mais les deux ne coïncident pas forcément.
  • a pris position defavorable 2017-12-10 07:51:29 +0100
  • a commenté 2017-12-09 15:59:02 +0100
    Quelque soit le moyen : la réunion, l’assemblée, les e-mails, les sms, l’internet ? Il n’y a pas de miracle, le niveau d’engagement de chacun est lié à sa conviction. Plus nous sommes convaincus, plus nous nous engageons. Il est illusoire de penser que seule la modernité de l’outil nous fera avancer. Cela peut nous aider et nous devons nous en emparer dans notre vie militante. Nous (dans la Sarthe nord) utilisons depuis plus d’un an et demi tous ces outils. Ce sont ceux qui sont convaincus et souvent les mêmes qui répondent. Alors que faire… Prendre son bon vieux téléphone fixe ou mobile et appelez. Le rendement est meilleur. Nous sommes dans la ruralité. D’un bout à l’autre de la section nous mettons environ 1h30 en voiture (nous n’avons pas d’embouteillage.) Et bien le seul remède à la remise en mouvement des communistes, c’est se rencontrer, discuter et décider de vives voix. Nous avons tenté des rendez vous sur internet, un échec et pourtant il y a des jeunes adhérents. Nous remettons en place des cellules de proximité, cela demande un énorme investissement, mais c’est la voie…
    Un dernier exemple tiré de mon expérience: les votes électroniques dans les élections professionnelles ou de caisses de retraite qui devaient en principe selon certains améliorer la participation la fait descendre de façon importante partout. En créant un non événement les gens ne cliquent pas alors qu’ils faisaient l’effort de se déplacer avant. Seules les boîtes mobilisées ont des résultats similaires en participation.
  • a pris position important 2017-12-09 15:59:02 +0100
  • a commenté 2017-12-09 11:08:50 +0100
    L’idée de différents niveaux d’adhésion mise en place au PTB ne vise à exclure personne selon l’argent, évidemment.
    L’idée est de s’adresser à ceux qui sont effrayés par l’implication que demanderait l’adhésion à un parti. Je crois que ça correspond à un certains nombre de gens qu’on pourrait toucher et qu’on ne touche pas actuellement. L’idée de “carte placée”, même si la personne n’est pas devenue adhérente, existe déjà chez nous, mais demande à être formalisé.
  • a commenté 2017-12-08 21:48:51 +0100
    Absolument pas favorable à la cotisation en fonction de l’investissement. Le meilleur moyen de faire partir définitivement les derniers prolétaires du parti !! Leur empêcher d’exercer le pouvoir parce qu’ils investissent pas la thune… On cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins! Je rajouterai, on a le pouvoir selon son implication point barre. Seul le travail devrait donner le pouvoir sur la production non?
  • a pris position defavorable 2017-12-08 21:48:51 +0100
  • a publié dans Nouveaux modèles d'organisation 2017-12-07 15:35:08 +0100
  • responded with submitted 2017-12-07 15:30:28 +0100