Amendements
Un nouvel internationalisme pour relever le défi de la mondialisation capitaliste - Congrès PCF

4.2 Pour un monde de coopération et de paix

page 14 ligne 50 à page 15 ligne 17 : La crise de 2007-2008 qui a frappé à des degrés divers l'ensemble des pays capitalistes a fragilisé l'image du capitalisme sans que pour autant ne surgisse clairement la possibilité d'alternatives. Elle a cependant accélérer l'émergence des populismes et de régimes autoritaires dans lesquels les despotes prospères à l'image de V. Orban, V. Poutine ou de R.T. Erdogan. Sur la base de crises institutionnelles, d'absences d'alternatives tangibles, de négation des idéologies et de la politique au sens classique du terme, le populisme se cristallise sur la défense de l'ethnie, du racialisme, de l'identité sous toutes ses formes promouvant une vision néoconservatrice de la nation. Celle-ci devient un espace de repli et de privatisation des droits. Dans sa version xénophobe, elle rejette les migrants, les minorités et la mondialisation. La course aux armements, la prolifération nucléaire, la remise en cause d'accords internationaux comme, celui de l'Iran, nourrissent les conflictualités meurtrières comme au Yémen, en Irak ou en Syrie.