Communication - Congrès PCF

Chantier communication – Atelier de Marseille
Contributeurs :

Étaient présents 12 camarades adhérents du PCF. (9 PCF13 et 3 PCF84)

 

CADRE DE LA DISCUSSION ET SYNTHÈSE

 

Pas une réunion de cellule, pas une assemblée de section sans que la question ne soit évoquée. La communication du PCF ou plutôt ses ratés sont une préoccupation majeure des communistes. Pour s’en convaincre, il suffit de se reporter aux résultats de la consultation militante réalisée à l’automne. Sur les 13843 questionnaires remplis, 92,78 % des communistes répondant ont identifié la communication comme une priorité et parmi eux, 3405, soit 24,59 % ont laissé une contribution écrite libre au sujet de la communication. Soit 1 sur 4. Un chiffre considérable qui a conduit à mettre sur pied un chantier communication destiné à approfondir l’analyse et à dégager des pistes de solutions avant la tenue du congrès extraordinaire programmé en novembre. Co-piloté au niveau national par Julia Castanier, directrice de la communication du PCF et Fabien Gay, sénateur de Seine-Saint-Denis, le chantier se déploie aussi dans la proximité

« Beaucoup de choses sont dites sur la communication, souvent justes, elles ont cependant quelques fois tendance à tout faire porter sur celle-ci, alors même que cette dernière reste un outil au service de notre projet et de notre positionnement politique », rappelle l’introduction proposée pour l’animation des débats.

Lors de notre atelier tenu à Marseille le constat est globalement négatif : absence de figures médiatiques fortes, retard pris sur le militantisme numérique, tracts hétérogènes, image en décalage avec la réalité du PCF d’aujourd’hui… Pour autant, les participants insistent sur les atouts du PCF : présence constante sur le terrain y compris en dehors des périodes électorales, personnalités locales et élus appréciés pour leur probité et leur engagement, réflexes militants lorsqu’un problème se pose ou une lutte se déclare, propositions transformatrices dans tous les domaines. La question posée est donc bien comment, avec une communication du XXIe siècle, mettre en valeur ces atouts.

Une série de leviers se dessine dans la discussion pour y parvenir : unifier la communication visuelle du PCF avec une charte graphique permettant au premier coup d’œil d’identifier un matériel communiste, retravailler le logo, mettre en place des formations de proximité pour permettre à tous de rédiger un tract court et efficace mais aussi pour apprendre à communiquer sur les réseaux sociaux et avec la presse, se doter d’un community manager, investir l’outil vidéo, se donner des porte-paroles à parité, travailler le « lexique communiste » permettant de faire passer le message du PCF. Bref, il s’agit pour les participants de ré-identifier le PCF et son projet dans le paysage politique en le valorisant pour ce qu’il est : un parti de militants, un outil d’intervention populaire au service de la transformation sociale.  

 

 

COMPTE-RENDU DÉTAILLÉ

 

États des lieux et priorités

 

Points forts sont :

  • La force militante et les militants eux-mêmes. Pratique militante historique et toujours d’actualité
  • Présence sur le terrain, toute l’année et pas seulement à des moments clés type électoraux
  • Présence sur internet et sur les réseaux sociaux, prise de conscience des opportunités de la com sur ces réseaux
  • Double présence sur le terrain et sur internet, équilibrée et judicieuse
  • Production de matériel réguliers, d’actualité
  • Réactivité sur le matériel et les réseaux sociaux / médias
  • Contenu politique du matériel de qualité
  • Visible malgré tout, même s’il y a encore du travail à faire (image de nos parlementaires « au travail » dans les médias par exemple)
  • Organisation globale efficace

Sur nos faiblesses :

  • Manque d’engagement / présence de certains militants
  • Difficulté d’organiser des actions communes sur un territoire donné (un département / une région / nationalement)
  • Manque de retour à la population, afficher nos résultats, les faires connaitre et les diffuser (par exemple la GCC)
  • Manque de diversification des moyens de communication
  • Tracts trop longs, trop lourds, trop compliqués pas assez directs
  • Difficultés de certaines sections à produire du matériel local (fond et forme – manque de matériel type et de formations)
  • Mauvaises pratiques sur les réseaux sociaux
  • Manque de visibilité dans les médias
  • On n’assume pas toujours notre identité (badges, logo, visuels voyants)
  • Manque de mise en valeur de nos actions et de nos élus
  • Pas de charte graphique, d’unité de communication et de signe distinctif
  • Problème de diffusion de nos idées, notamment sur internet : impression d’entre-soi
  • Les nouveaux adhérents ne sont pas assez mis en avant et souvent leurs compétences ignorées
  • La présence encore aujourd’hui du logo du FdG sur notre communication

Lorsqu’il s’agit d’évoquer les opportunités sur laquelle s’appuyer prioritairement :

  • Intensifier et diversifier les formations qui sont un atout dans notre parti (tract – écriture – réseaux sociaux – politique -etc.)
  • Former les camarades à être les médias du parti et savoir s’adresser à la presse
  • Se rapproprier notre vocabulaire
  • La diversification et l’accessibilité des nouveaux médias

 

Cerner les besoins

  • Besoin de formation pratique au niveau local
  • Besoin de matériel facilement accessible et modifiable localement (avec les outils et les savoir-faire des sections)
  • Pouvoir récupérer facilement les outils communication (logo, éléments de charte graphique, modèle de tract, photos etc.) sur un espace dédié
  • Rédiger un guide du militant 2.0

 

Définir l’univers du PCF

 

Identité (et histoire) :

  • Solide
  • Proximité
  • Militant
  • Révolutionnaire
  • Resistance
  • CNR
  • Sécurité-sociale
  • Conquête sociale
  • Marx
  • Historique
  • Réseau social
  • Valeurs
  • En mouvement
  • Nationalisation

 

Valeurs :

  • Pacifiste
  • Justice sociale
  • Démocratie
  • Ecologie
  • Anticapitaliste
  • Humain
  • Fraternel
  • Utopie
  • Partage
  • Progrès
  • Antifasciste
  • Emancipation
  • Liberté
  • Ouverture

 

Promesse :

  • Combatif
  • Fraternel
  • Festif
  • Convivial
  • Fête de l’Huma
  • Irrésistible
  • Vecteur de socialisation
  • Humain
  • Résilience
  • Persistance

 

Mission :

  • Humain d’abord
  • Service-public
  • Acquis commun
  • Liberté
  • Egalité
  • Egalité femme-homme

 

Vision :

 

Ambition :

  • Humain d’abord
  • Fraternité
  • Solidarité
  • Liberté
  • Progrès
  • Progrès social
  • Egalité
  • Victoire
  • Conquête
  • Ouverture

 

 

Les mots du communisme

 

  • Communisme
  • Capitalisme
  • Démocratie (bataille idéologique)
  • Féminisme
  • Citoyenneté
  • Efficacité sociale
  • Lutte des classes
  • Laïcité
  • Charges sociales -> Salaire différé
  • Lutte
  • Culture

 

Il faut qu’on redéfinisse certains mots, qu’on leur rende leur substance, qu’ils retrouvent du sens pour pouvoir se les réapproprier et surtout que les gens puissent le faire aussi.

 

Fixer notre identité graphique

 

Les symboles du communisme :

Deux avis contradictoires

  • Revenir aux outils mais en les adaptant aux travailleurs d’aujourd’hui
  • Aller de l’avant, avancer, pas besoin de symbole

Le logo :

  • Problème du « cadre » rigide = ne symbolise pas l’ouverture
  • Donner du mouvement au logo comme celui adopté pour la Fête de l’Huma en 2017
  • Abandonner l’utilisation du logo Front de Gauche
  • Harmoniser le logo et n’en utiliser plus qu’un
  • Revenir au « Parti Communiste Français » (historique) en grand sur les affiches et la communication : Visible et identifiable de loin

 

Le militantisme numérique

  • Avoir les outils adéquats pour développer la communication 2.0
  • Former les camarades et les responsables communications aux bonnes pratiques
  • Développer des outils et du matériel spécialement dédiés au militantisme numérique
  • Rédiger un guide du militant 2.0

 

La bataille médiatique

 

Il existe un sentiment d’injustice malgré le travail fourni face à notre manque de visibilité dans les médias mais qui est contrebalancé par l’idée qu’historiquement les communistes ont rarement eu une place de choix dans les médias (sauf avec la figure médiatique de G.Marchais). Les militants communistes sont des médias c’est aussi par le travail de terrain que les idées peuvent être diffusées et communiquées.

 

  • Apprendre à utiliser les outils à disposition pour pouvoir intéresser la presse et mettre en place des formations spécifiques
  • Faire le « buzz » en organisant des actions visibles, coordonnées et « spectaculaires »
  • Besoin d’apprendre à régir localement, interpeller la presse et s’approprier le matériel national et l’actu locale
  • Besoin de faire apparaitre plus de visages, jeunes, femmes, diversité etc. dans les médias
  • Apprendre à s’approprier les nouveaux médias mais aussi créer les notre
  • S’approprier le tract vidéo (former les camarades aux bonnes pratiques)
  • Il y a un besoin de repenser l’abonnement à l’Humanité et de le pérenniser après l’adhésion.

Repenser et retravailler les campagnes de diffusion et d’abonnement sur le terrain. 

Les commentaires

  • a publié dans Communication 2018-04-24 12:16:33 +0200