Communication - Congrès PCF

Atelier Préparatoire pour le congrès extraordinaire 2018
Contributeurs :

Atelier_communication.jpg

Chantier communication

 

Étaient présent 9 camarades adhérents du PCF ainsi que deux sympathisants

 

Etats des lieux et priorités

Il est proposé de faire un premier tour de table pour que chacun tente de mettre en avant les points forts de notre parti du point de vue de la communication .

Lors de ce tour de table, il est évoqué de manière récurrente l’engagement et le savoir faire de notre corps militant même s’il se réduit parfois a un noyau de personnes très actives .

Cet engagement nous apporte une visibilité certaine dans les actions et les manifestations il n’en reste pas moins que tous regrettent que cela ne soit pas mieux transformé dans les médias et que nous restions si peu visibles pour la majorité de la population faiblement politisée.

Les efforts faits par nos députés pour faire connaître leurs travaux ( conférence de presse, page FB reprenant leurs interventions ) sont reconnu et apprécié par les militants . Ces actions doivent être poursuivit

Les éléments clés considérés comme nos points forts sont :

- Sincérité de nos militants et de leur démarche.

- Fond de notre discours, notre vision du monde.

- Les propositions concrètes et travaillé, ancrées dans la réalité, de notre projet.

Sur nos faiblesses :

- Il est constaté la réserve de nos militants n’osant pas s’adresser directement à la presse ou se mettre en avant lorsque cela est nécessaire.

- Cette réserve se ressent également lorsqu’il faut évoquer et défendre nos fondamentaux marxistes, résultat sans doute du libéralisme triomphant et de dénigrement du Marxisme subit depuis des années et auquel nous sommes malgré tout sensibles .

- Notre communication s éparpille souvent et n’est pas suffisamment précise il est nécessaire de se recentrer en se posant à chaque fois les questions : Pourquoi communiquer ? Quand communiquer ? Et cela avant même d’aborder la questions : Comment communiquer ?

Lorsqu’il s’agit d’évoquer les opportunités sur laquelle s’appuyer prioritairement :

-Le dialogue et la proximité « réelle » avec les citoyens, le lien social, notre volonté de rassemblement sont des pistes à revaloriser , elles ont fait leurs preuves par le passé et restent incontestablement d’actualité. L’exemple des révolutions arabes nous montre que la communication ne doit pas s’arrêter au virtuel si l’on veut pérenniser les résultats. Il faut éviter l ‘écueil d’une communication qui ne soit basée que sur le « trolling »

-Un travail de fond doit être fait en direction de la jeunesse et des « indécis » basée sur la richesse des travaux et la diversité de nos « penseurs » .

- N’hésitons pas à partager nos interrogations qui sont souvent celles de la population

- Éviter l’entre-soit et les messages réservés aux seuls initiés, nos messages, se doivent d’être concrets et compréhensibles.

Cerner les besoins

Ce thème ayant été abordé plus ou moins en filigrane dans les débats précédents il est décidé de poursuivre sans le traiter pour laisser plus de temps aux autre thèmes.

Définir l’univers du PCF

Nous sommes un parti de classe, héritier de valeurs humanistes et construit sur l’ histoire ouvrière . Le marxisme est indissociable de notre identité.

Nous portons des valeurs de solidarité et d’ émancipations pour tous .

Nous sommes l’un des seuls parti de classe dont l’ambition affichée est de prendre des responsabilités et de les assumer .

Notre rôle est de développer les idées progressistes partout ou il y a matière à débattre et d’ élever le niveau de conscience de chacun. Il nous faut se réapproprier les espaces annexés par nos adversaires .

Notre vision du monde est matérialiste et dialectique . Elle ne peut se satisfaire d’un recours à l’individualité et à l’isolement, nous sommes internationalistes par conviction.

Nous visons à travers la défense de nos idéaux et nos propositions à faire disparaître la pauvreté et la précarité .



Les mots du communisme

Le consensus s établis autour du fait que les mots ne sont pas une fin en soi.

Il semble illusoire d’avoir de champ lexical universel permettant de s’adresser à l’ensemble de nos interlocuteurs. Il est essentiel de ne pas effrayer et d’être compréhensible. Les mots que nous utilisons doivent s’adapter aux publics visés et à l’intention recherchée.

Si le concept de « 1 % et 99 % » est compréhensible par la majorité de la population qui y sera plus sensible qu’au concept marxiste de classe, il n’en reste pas moins qu’ils recouvrent deux réalités et des finalités d’emplois différentes.

Se cantonner à un champ lexical « simple » du communisme sous prétexte de modernité ou d’intelligibilité risque de nous éloigner de notre ambition fondamental qui est l’ élévation intellectuel de chacun.

Nous ne pouvons refuser d’utiliser certains mots parce qu’ils ont étés dévoyés par nos adversaires .La « solidarité » de Macron tel qu’il la présente aux retraités n’est pas la solidarité tel que l’imagine les communistes notre rôle est de démonter ce langage Macronien pas de lui substituer le nôtre.

Fixer notre identité graphique

Nous nous interrogeons sur la pertinence de changer de logo,

Il ressort de nos débats que si un travail graphique autour des trois lettres PCF, tel que la suppression du cadre ou un artifice graphique évoquant une mise en mouvement ou symbolisant une ouverture semble nécessaire, ces trois lettres sont suffisantes pour identifier notre parti , la nécessité d’un symbole supplémentaire n’apparaît pas nécessaire. La visibilité ( taille, couleur du fond doit être adapté au matériel et à l’utilisation, notamment sur les affiches)

La nécessité d’une charte graphique se fait ressentir de manière évidente que ce soit dans les productions sur support papier ou dans l’environnement numérique.

Le militantisme digital

Les réseaux sociaux sont surtout appréhendés du point de vue « outil d’informations militants « par les camarades présents qui ne les envisage pas réellement comme des outils de débat ou d’influence.

Au niveau de la Fédération afin de répondre à cette attente d ‘un outil départemental efficace , il est décidé de créer dans un premier temps un nouveau sîte de la Fédération permettant la publication et le partage de production (Communiqué, info, tracts, visuels, etc ) et une consultation différée plus pratique que les réseaux sociaux . Dans un second temps une réflexion doit être engagé afin d’évaluer une stratégie d’utilisation des réseaux sociaux en tant qu’outil d’influence local.

La bataille médiatique

La nécessite apparaît face à barrage médiatique de porter nos efforts sur des canaux de communications nouveaux nous donnant accès à un public auquel nous n’avons pas accès habituellement.

Une chaîne Youtube ( ou autre ) doit impérativement être développée



















Les commentaires

  • a commenté 2018-05-17 14:35:52 +0200
    Je pense que dans les fédérations nous avons besoin de formations-débats certains sujets peuvent nous diviser comme: le réchauffement climatique, la sortie du nucléaire, la place de la robotique dans le monde du travail utile ou destructrice d’emplois…?
    Concernant la réserve des camarades fasse à la presse: Manque d’aisance et sans doute de maîtrise des sujets fasse aux journalistes, aux micros et caméras? D’où l’importance de formations internes avec des spécialistes du parti. Seul les sujets bien compris peuvent nous permettre une meilleure élocution auprès de la population et de moins appréhender les prises de paroles ou discussions avec les médias.
    Pour notre matériel: Pourquoi pas Parti Communiste Français plutôt que PCF? Et un œillet rouge?
  • a pris position favorable 2018-05-17 14:35:52 +0200
  • a publié dans Communication 2018-04-16 16:08:14 +0200