Vers une « démocratie limitée »

Après avoir altéré la démocratie sociale avec sa loi cassant le Code du travail, Emmanuel Macron s’attaque maintenant à la démocratie territoriale et politique, avec sa réforme constitutionnelle et les projets de lois l’accompagnant.

Sous couvert de modernisme, on remet au goût du jour l’archaïque maxime de Louis XIV : « l’État c’est moi ».
Dans la novelangue du pouvoir, le président des riches ne fait que s’attaquer à des corps intermédiaires inutiles ou parasitaires dont l’existence entrave la réalisation « des réformes dont la France a besoin » (sic). En réalité, il s’agit, pour appliquer les diktats de la finance globalisée, de faire sauter le verrou que constituent la démocratie représentative et la libre administration des collectivités territoriales. L’enjeu est, entre autres, de dépolitiser le Parlement en réduisant drastiquement le spectre du pluralisme politique et en faisant passer le statut des sénateur/trices et des député-e-s de celui de représentants du peuple à celui de techniciens de la loi. Or, la loi, comme toutes les institutions, n’est que la résultante de rapports de force dans la société. C’est pourquoi le pouvoir macronien fait tout pour cacher les véritables enjeux de sa révision constitutionnelle.
Certes, face aux contradictions, à la complexité et la diversité de nos sociétés en ce début de siècle, on ne peut en rester à la seule démocratie représentative existante. Il y a nécessité, non pas de la détruire mais, au contraire, de la renforcer et de la diversifier par l’intervention, la participation et l’expertise citoyennes.
Mais de cela, Macron s'en moque, son objectif pour complaire à ses maîtres de la finance mondiale est de faire de notre pays une démocratie limitée, à l’image de ce que fut la France de la Restauration (Le souper)
Si par malheur cette révision constitutionnelle et ses lois annexes venaient à être adoptées, elles entraîneraient une situation politique d’une telle gravité pour les prochaines législatives et sénatoriales, qu’elles impliqueraient de retravailler et de révolutionner en profondeur une partie de nos choix stratégiques au Congrès de notre Parti.
Pour s’opposer à cette révision constitutionnelle régressive et promouvoir la démocratie citoyenne dont notre peuple a besoin, le PCF a lancé une pétition exigeant un référendum à l’issue du débat parlementaire, comme le permet l’article 89 de l’actuelle Constitution (Pour signer la pétition).

En signant et faisant signer cette pétition tout l’été, et à la Fête de l’Huma, le PCF entend contribuer à créer une mobilisation populaire pour empêcher Macron de réaliser son 18 Brumaire.

Yann Le Pollotec

Vers une « démocratie limitée »

Lire la suite

Vous avez aimé Gattaz, vous allez adorer Roux de Bézieux

Lire la suite

Proposition de base commune de discussion du conseil national

Lire la suite

Pour une renaissance industrielle de la France

Lire la suite

Sans une énergie 100% publique, pas d’avenir pour la France

Lire la suite

Mépris de classe contre conscience de classe

Lire la suite

Proposition de base commune

Lire la suite

Pierre Laurent - Lettre aux adhérent·es

Lire la suite

Une nouvelle étape du Congrès s’ouvre

Lire la suite

Le 9 juin «  à notre tour de marcher sur l’Elysée »

Lire la suite

L’enjeu politique d’une « marée populaire » le 26 mai

Lire la suite

Gaza, Palestine il y a urgence à agir !

Lire la suite

« Malheureux les pays qui ont besoin de héros »

Lire la suite

Pas de résolution de la crise écologique sans renaissance industrielle

Lire la suite

De l’avenir du fret ferroviaire aux Assises communistes de l’écologie

Lire la suite

Mettons sous protection citoyenne les services publics

Lire la suite

« L'espoir changea de camp, le combat changea d'âme »

Lire la suite

Europe de l’Humain d’abord contre l’Europe de la finance et du national-populisme

Lire la suite

Tous ensemble pour la défense et le développement du service public ferroviaire

Lire la suite

Villes et quartiers populaires: l'enjeu d'une proximité concrète

Lire la suite

Rassembler notre peuple pour défendre et développer notre bien commun : les services publics

Lire la suite

Chantier Elections européennes

Lire la suite

Le sens du combat communiste et la SNCF

Lire la suite

Rien ne devrait être trop beau pour la SNCF et les cheminots

Lire la suite

Le chaînon politique manquant

Lire la suite

Faire participer un maximum de communistes

Lire la suite

La casse des services publics du transport n'est pas la faute de la neige

Lire la suite

Populisme de gauche : l’impasse

Lire la suite

La situation des EPHAD ou la société de la malveillance vs le progrès social.

Lire la suite

Etats généraux du progrès social : le teaser

Lire la suite

Présentation des Etats généraux du progrès social par Igor Zamichiei

Lire la suite

Des pistes de Davos à la prison de Fleury : le sens du combat communiste

Lire la suite

4eme Rencontres Niemeyer

Lire la suite

Les États généraux du Progrès social ou la preuve par Lactalis

Lire la suite

Les chantiers en vidéo : Initiatives de solidarités concrètes

Lire la suite

Les chantiers en vidéo - Le parti et les classes populaire au travail comme à la cité

Lire la suite

Le 3 février, des états généraux du progrès social au cœur des luttes

Lire la suite

Le congrès étape par étape

Lire la suite

Solidarités concrètes Du communisme en actes !

Lire la suite

Congrès/Consultation des communistes : Un signe encourageant

Lire la suite

Les premiers chantiers du Congrès sont ouverts, saisissons nous-en !

Lire la suite

Congrès 2018, mode d’emploi

Lire la suite

Retour sur les ruches

Lire la suite

Les chantiers du communisme du 21e siècle

Lire la suite

18 novembre 2017 - Assemblée nationale des animatrices et animateurs de section

Lire la suite